Bac : un bachelier sur deux recalé... en Roumanie

 |   |  502  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La lutte sans merci menée par le ministre de l'Education roumain contre les fraudeurs coïncide avec des résultats au baccalauréat historiquement bas. Seulement 44,47% des candidats ont réussi l'examen... soit 90.765 reçus sur 200.000 inscrits.

Les lycéens roumains, champions de la triche ? L'annonce des résultats du baccalauréat a eu l'effet d'une véritable douche froide en Roumanie, où plus de la moitié des candidats inscrits (55,53%) se sont vu recalés. Avec un taux de réussite de 44,47%, il s'agit de la pire moyenne enregistrée depuis la chute du régime communiste en 1989. A titre de comparaison, le taux de réussite 2011 est nettement inférieur aux précédentes cessions : 69,3% en 2010 au début de la lutte contre la fraude, et surtout 81,4% en 2009 et un taux similaire les années précédentes.

Pour le ministre de l'Education, Daniel Funeriu, il est clair que les moyens mis en place pour lutter contre la tricherie ont porté leurs fruits. Car cette année, les élèves ont eu la surprise de trouver dans les salles de concours des caméras, alors que les surveillants, d'habitude si facile à corrompre, sont restés de marbre. "Ces résultats et les comportements qui les ont générés sont le miroir exacte de notre société", a déclaré le ministre, lors d'une conférence de presse ce lundi. Et d'ajouter : "la nation doit choisir entre les gens corrects et travailleurs et ceux qui misent sur la malhonnêteté et la supercherie".

Le message est clair dans un pays où copier lors des examens scolaires et universitaires est monnaie courante. Dans un lycée du centre du pays par exemple, 111 des 159 candidats ont été renvoyés de la salle d'examen pour fraude ou tentative de fraude.

Sept ministres de l'Education depuis 2000

Le niveau du baccalauréat des années précédentes est donc largement remis en doute, surtout quand l'on sait que la Roumanie se classe à la 49ème place du dernier classement Pisa, qui note la compétence des élèves de 65 pays membres et partenaires de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Si de nombreux lycéens ont trouvé que les sujets avaient été trop compliqués, les professeurs, eux, sont dans l'ensemble d'accord pour affirmer le contraire. "Il est clair que les étudiants qui entrent à la faculté n'ont pas une culture générale suffisante. Pour améliorer cette situation, il faut adapter les méthodes d'enseignement à l'heure de l'Internet, qui change complètement la donne", estime Dan Sumalan, président de l'association des professeurs.

Le système scolaire roumain est pourtant régulièrement soumis à des modifications. La dernière loi en date sur l'éducation est entrée en vigueur en février dernier, alors que depuis 2000, sept ministres différents ont dirigé ce portefeuille. Daniel Funeriu, lui, est en place depuis un an et demi et son siège est déjà en train de tanguer. De nombreuses voix s'élèvent pour demander sa démission. Sa "thérapie de choc" n'a pas plu au leader de l'opposition, Victor Ponta, qui a estimé qu'en plus d'arriver au mauvais moment, elle était "erronée et injuste".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2011 à 12:11 :
Venir en FRANCE pour passer le BAC!
a écrit le 05/07/2011 à 18:47 :
Est-ce que quelqu'un sait quel est le niveau de mathématiques en Roumanie par rapport aux autres pays de la Communauté européenne est extrêmement élevé.
a écrit le 05/07/2011 à 18:08 :
que le taux de réussite soit faible ce n'est pas important du moment qu'ils savent compter et ecrire, ce n'est pas toujours le cas en france
a écrit le 05/07/2011 à 16:11 :
Je pense que la France est trop gros, a mis sa main sur le livre pour que vous pouvez mettre la tête Nuy caméras et il ya un maximum strict, vous voyez votre pays, mais tous disent le nom de notre si important
Réponse de le 06/07/2011 à 7:47 :
Ha!ha! c'est pas beau de tricher au bac!Faut passer par le cour élémentaire avant.
a écrit le 05/07/2011 à 14:24 :
Le Bac est donc un examen sérieux en Roumanie ? On n'a pas les sujets à l'avance ? Ca change de chez nous.
Réponse de le 05/07/2011 à 15:13 :
@ bouboule: oui, mais chez nous, avec bac + 2 (sans doute les 2 seaux qui vont avec la serpillère), on peut devenir technicien de surface :-)
a écrit le 05/07/2011 à 10:40 :
bravo à ce ministre, comme ailleurs, quand un est efficace, il sera viré.. quand j'ecoutais hier que le rapport qui a durée une année entière pour reformer les vacances scolaires: enlever 2 semaines sur la moitié de l'année... je rêve et remettre des demi journée mercredi ou samedi.. tu parles, quelle efficacité!! les journées des gosses sont trop chargées, ils devraient aller à l'ecole toute l'année pour etudier à un rythme plus lent et faire du sport tout simplement. 7 semaine de vacance scolaire c'est bien suffisant et les parents qui bossent salueront cette mesure.. ah, mais j'oubliais, tout est fait pour que les femmes restent à la maison. Vive la liberté de choix!
a écrit le 05/07/2011 à 10:14 :
Enfin un pays ou le bac signifie quelque chose. Une vraie sélection. Alors qu'en France, il faut vraiment être complètement à coté de la plaque pour rater le bac, qui ne veut plus rien dire. Vivement le ministre qui aura le courage de baisser le taux de réussite pour remonter le niveau, plutôt que de rendre les études toujours plus faciles, et donc, hélas, toujours plus longues puisqu'il faut bien faire la différence avec les étudiants "concurrents" et puisqu'il faut bien, un jour apprendre quelque chose.
a écrit le 05/07/2011 à 9:59 :
Certes il n'y a pas que ce problème mais je ne serai pas surpris que dans une dizaine d'années on soit confronté à la même situation en France suite aux "réformes" successives actuelles... Peut être la seule différence c'est que ce sera avec la bénédiction de l'Etat qui ne voudra pas assumer l'effondrement des qualifications donc abaissera sans cesse les exigences. Économies d'aujourd'hui, chagrins de demain (en matière d'éducation, je précise).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :