La BCE toujours "très attentive" à la stabilité des prix

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque centrale européenne (BCE) a répété ce jeudi surveiller "très attentivement" les risques relatifs aux prix, réutilisant l'expression employée par son président après le relèvement des taux d'intérêt en avril. L'inflation a été confirmée à 2,7% en juin pour la zone euro.

Dans son bulletin de juillet, la BCE réitère le message lancé la semaine dernière par Jean-Claude Trichet lors de la conférence de presse qui a suivi le relèvement d'un quart de point de ses trois taux directeurs. "Le conseil des gouverneurs continue de suivre très attentivement toutes les évolutions relatives aux risques orientés à la hausse pour la stabilité des prix", déclare ainsi la BCE.

Les mesures exceptionnelles de politique monétaire de la BCE - financement d'opérations et rachat d'obligations - risquent d'affecter la stabilité des prix et la croissance si elles se poursuivent trop longtemps, ajoute-t-elle. De crainte que la crise des dettes souveraines de la zone euro ne fragilise le système bancaire et que les banques des pays bénéficiant de plans de sauvetage ne demeurent exclues de l'accès aux financements de marché, la BCE a proposé le mois dernier d'étendre l'accès illimité à la liquidité banque centrale au moins jusqu'en octobre.

Mais dans son bulletin de juillet, la BCE estime que ses mesures de soutien pourraient à terme "encourager une prise de risque excessive par les intervenants du marché financier".

Soucieuse de juguler une inflation confirmée à 2,7% en juin, au-dessus de l'objectif d'une inflation inférieure à 2%, la BCE a relevé ses taux directeurs deux fois cette année et signalé de nouveaux tours de vis à venir malgré l'intensification de la crise de la dette dans la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2011 à 14:56 :
L'inflation allège le poids de la dette et la rend plus supportable. Si les salaires étaient revalorisés selon l'inflation moyenne (même pas l'inflation réelle ou perçue) se serai déjà pas mal et arrangerai beaucoup de chose. Ne nous leurrons pas, il faut faire tourner la planche à billet pour s'en sortir sinon se seront les impôts qui vont flamber en même temps que les taux d'intérêts. Mais il faut aussi augmenter les salaires pour ne pas pénaliser le peuple. L?euro se dévaluera ce qui est une bonne chose pour notre économie !
a écrit le 14/07/2011 à 12:33 :
on n'a pas la même perception de l'inflation. Sur un panier dans un hypermarché, l'inflation est plutôt de 8% (cf. JT France 2 du 14/07/2011 13H)
a écrit le 14/07/2011 à 11:32 :
Les taux de la BCE sont à 1,5%, alors que l'inflation est à 2,7% : les taux réels de la BCE sont donc de -1,2%; la BCE fait donc un énorme cadeau aux banques en leur prétan des sommes "illimitées" à un taux réel de -1,2%. C'est un énorme scandale, il faut absolument remonter ces taéux le plus vite possible afin d'avoir des taux réels positifs et ne pas faire déraper l'inflation, et une fois de plus, sauver les banques au détriment de la population. La population n'a pas à payer, par l'inflation, pour améliorer la santé des banques. Que les banques assument leurs erreurs, elles en ont les moyens, par exemple en diminuant les bonus totalement injustifiés vu les erreurs monumentales qu'elles ont faites.
Réponse de le 14/07/2011 à 13:54 :
Le seul hic, c'est que si la BCE augmente trop ces taux, ceux des pays au bord du gouffre augmenteront également, les rendant ainsi davantage insolvables.... Mais que faire ?
Réponse de le 18/07/2011 à 12:05 :
@Alrix : c'est bien là le problème ... et probablement la cause principale de la prochaine crise à venir !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :