La Fed se prépare à un éventuel défaut de paiement des Etats-Unis

 |   |  271  mots
La Tribune Infographie/SSAULNIER
La Tribune Infographie/SSAULNIER (Crédits : La Tribune Infographie)
Alors que le Congrès américain négocie toujours un accord pour relever le plafond de la dette, la Réserve fédérale étude les mesures à prendre en cas de blocage.

La Réserve fédérale américaine se prépare activement à la possibilité d'un défaut des Etats-Unis à quelques jours de la date butoir à laquelle Washington se trouverait dans cette situation, a déclaré mercredi le président de la Fed de Philadelphie.

Charles Plosser a indiqué que la banque centrale américaine a travaillé étroitement avec le Trésor américain ces derniers mois, afin de déterminer les mesures à prendre en cas de défaut de la première économie mondiale le 2 août prochain.

Il a par ailleurs dit à Reuters avoir "la profonde conviction" que Barack Obama et la Congrès trouveront un accord pour relever à temps le plafond d'endettement autorisé, actuellement fixé à 14.300 milliards de dollars.

Il a précisé qu'en cas de défaut, la Fed, chargée d'assurer la stabilité financière du pays, se sentirait contrainte d'intervenir en tant que créancier de dernier recours si les marchés venaient à s'affoler.

Le président de la Fed Ben Bernanke avait déclaré la semaine dernière qu'un défaut sur la dette américaine serait dévastateur. "Ce serait un résultat calamiteux", avait-il dit.

"Cela créerait un grave choc financier qui aurait des répercussions non seulement sur l'économie américaine mais aussi sur l'économie mondiale".

Charles Plosser estime par ailleurs que la Fed pourrait devoir resserrer sa politique monétaire dans le courant de l'année.

Il anticipe une croissance de l'économie américaine comprise entre 3% et 3,5% en taux annuel au second semestre 2011, et une taux de chômage en baisse à environ 8,5% d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2011 à 8:26 :
Les républicains rêvent de far west . Les impôts réduits ont toujours à leur sens été la solution.
C?est le plein libéralisme qui les anime. Mais avec leur énorme immigration et les disparités
Ainsi engendrées, les « States » se doivent de redistribuer peu ou prou leurs richesses via le social. Sinon leur société violente deviendra ultra violente encore plus zonée par des getthos ou règnera le droit tribal.

a écrit le 23/07/2011 à 12:05 :
Une question que je me pose :
un défaut de paiment us forcerait il les européens et les asiatiques à trouver une alternative au dollar comme monnaie de réserve internationale, pour ne plus laisser les américains s'endetter inconsidérement pour ne payer qu'en faisant tourner les machines à imprimer les billets ?
a écrit le 23/07/2011 à 9:20 :
Les républicains ont a main et ils veulent affaiblir Obama. Leur plan : imposer un scénario dur jusqu' au 1/8 qu' Obama ne pourra pas accepter. Proposer le 2/8 un petit relévement de la dette pour 3 mois. Reprendre les discussions avec les démocrates et leur faire manger leurs chapeaux sur les programmes sociaux. Casser l' electorat d Obama, et gagner les élections....
a écrit le 21/07/2011 à 9:06 :
Les chiffres de C. Plosser pour l'économie américaine sont du style wishfull thinking. Qui croira à un taux de croissance de 3.5% sur le second semestre et surtout à une baisse du chômage à 8.5% ? Quelles raisons pourraient justifier ce changement soudain de tendance?
Réponse de le 21/07/2011 à 10:14 :
Tout ceci est une mascarade dans laquelle le monde entier va tomber, le nouvel ordre mondial est en route provocant famine et catastrophe naturelle et économique avec le projet bluebeam, tout ceci avait deja été prévu par serge monast
Réponse de le 21/07/2011 à 21:06 :
Pas besoin de Sege ou d'autres pour prédire qu'aucun régime n'est viable à long terme. Il ya eu les empires grec, romain, ottman, etc. sans parler de l'écroulement récent" de l'URSS. Le monde s'est-il arrêté de tourner ? NON. Alors on s'adaptera au prochain régime :-)
Réponse de le 23/07/2011 à 7:10 :
En effet "Tartemolle", cela me fait penser aux budgets Raffarin, Juppé et Jospin qui étaient présentés comme "volontaristes". Un peu comme si nous annoncions comme volontaristes un doublement de nos salaires dans les 6 mois et que nos consommions sur cette base. Folie que tout cela !
a écrit le 21/07/2011 à 8:37 :
Prévisions économiques ou objectifs dictés par une éventuelle réélection de Barak Obama?
Quand on a le culot de promouvoir le changement de l'indice CPI pour "économiser" sur la SS (en gros baisser les pensions mécaniquement par une diminution factice de l'inflation mesurée/réelle), on mesure l'incurie et le mépris que cette administration a de ses citoyens.
Ce n'est pas le défaut des US qui serait calamiteux: ce serait de garder une équipe pareille au pouvoir.
Réponse de le 21/07/2011 à 21:10 :
On reconnait un UMPiste dans ce commentaire :-) Je voudrais quand même te signaler que les déficits abysmaux sont l'oeuvre de Bush et sa bande, parce Clinton avait laissé les caisses pleines. Il est plus facile de détruire que de construire et tu ne devrais donc pas, sauf idéologie UMPiste, croire que tout va se redresser à coups de baguette magique !!!
Réponse de le 21/07/2011 à 23:37 :
Entièrement d'accord avec vous patrickb, une fois n'est pas coutume, certes. Bush a plombé le budget US par ses guerres couteuses en Irak et Afghanistan, et par ses réductions d'impôts pour les riches, sans oublier la catastrophique crise des subprimes, conséquences (en partie) de sa politique calamiteuse. Par contre Clinton a fait l'erreur monumentale de supprimer le Glass Steagall Act, qui séparait les banques d'affaires et les banques pour particuliers, pour faire plaisir à son copain Rubin (devenu co patron de Citigroup que la fin de cette loi a permis de créer...).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :