Le vice-chancelier allemand pour un "conseil de stabilité" de la zone euro

 |   |  205  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
"Nous avons besoin d'un nouveau pacte de stabilité pour l'euro", estime le vice-chancelier allemand, Philipp Rösler, qui plaide pour la création d'un "conseil de stabilité" pour la zone euro qui pourrait imposer des sanctions aux pays membres trop dépensiers.

L'Allemagne a appelé ce mardi à la création d'un "conseil de stabilité" pour la zone euro qui pourrait imposer des sanctions aux pays membres trop dépensiers.

Le vice-chancelier Philipp Rösler, également ministre de l'Economie, souhaiterait également que les Etats membres soient soumis à des tests de compétitivité pour mesurer entre autres la souplesse de leurs marchés du travail. "Nous avons besoin d'un nouveau pacte de stabilité pour l'euro", a-t-il déclaré, précisant que l'objectif est d'assurer la stabilité à long-terme de l'euro. Il présentera cette proposition à ses homologues européens lors de leur prochaine réunion. Il proposera entre autres l'introduction d'un frein budgétaire, basé sur le modèle allemand.

Cette intervention de Philip Rösler, chef de file des libéraux-démocrates (FDP), qui ont formé en 2009 une alliance avec les chrétiens-démocrates d'Angela Merkel, a été coordonnée avec cette dernière, selon une source de la chancellerie, cité par Reuters.

Depuis le début de la crise, Berlin insiste sur le fait que la réduction des déficits budgétaires et la mise en oeuvre de réformes pour renforcer la compétitivité des Etats doivent être exigées en contrepartie des aides financières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2011 à 14:03 :
C'est quand meme etrange comme l Francais oublie son histoire, c'est bien beau de taper sur l Allemagne et l'Europe, faudrais vous rappeler qu'a la chute du Mur ils ont recuperer une Allemagne de l est exangue.... ils se sont plein non ils se sont bouge et on fait le reformes structurelle nécéssaire, il se sont serre la ceinture pendant la periode plutot faste de croissance meme molle....


Le Francais lui a bloque toute reforme, pour certain on vecu de subvention: des entreprises, aux agriculteurs, jusqu aux citoyens...

Aujourd hui la France comme la plupart des pays du sud de l europe payent leur immobilisme....

Pour trouver un responsable a notre situation que chacun se regarde dans la glace.... c est toujours facile de dire "c'est pas moi c est l autre"
a écrit le 10/08/2011 à 11:56 :
Je suis bien entendu fortement opposé à une telle mesure qui consisterait à figer les positions économiques actuelles tout en empêchant les autres pays de progresser.
L'Allemagne baigne dans on jus de pays égoïste qui veut bien être prédateur mais n'entant pas que les autres le soient à son encontre. Cousu de fil noir.
a écrit le 10/08/2011 à 9:48 :
Ce dont nous ( les 17 états de la zone) avons besoin, c'est d'un gouvernement européen fort, assis sur une légitimité forte. Nous savions qu'avec l'euro, il nous faudrait une Union politique type fédérale. nous y sommes. Alors aux politiques d'expliquer aux citoyens ce que cela veut dire et dire précisément les conséquences d'une fédéralisation ou d'un retour en arrière. Si nous revenons en arrière il faudra clairement dire aux citoyens que cela signifie la fin de l'EU telle qu'elle existe. Car penser uns eul instant que nous continuerions à vivre l'Europe telle quelle, serait mentir. Fini schengen, fini citoyenété européenne, fini le rêve d'exister. retour en arrière avec toutes les conséquences économiques que cela supposent. Bref, le cauchemar....Seulls les frontistes semblent se réjoiur de cette éventualité....
Réponse de le 10/08/2011 à 11:29 :
« Si nous revenons en arrière il faudra clairement dire aux citoyens que cela signifie la fin de l'EU telle qu'elle existe. Car penser uns eul instant que nous continuerions à vivre l'Europe telle quelle, serait mentir. Fini schengen, fini citoyenété européenne ». Parfait comme programme. « retour en arrière avec toutes les conséquences économiques que cela supposent. Bref, le cauchemar.. » C'est vrai qu'au niveau économique ce n'est déjà pas le cauchemar... Ah, oui, c'est vrai, ça serait pire sans l'euro. Ah, d'accord...
a écrit le 09/08/2011 à 20:05 :
Tout le monde dit il faut de la gouvernance, de la coordination mais quand il faudra se coordonner et obéir à des injonctions personne ne voudra suivre... la crédibilité c'est aussi ça !
a écrit le 09/08/2011 à 16:55 :
Que pèse le FDP: rien ou à peu près selon les sondages.
Réponse de le 09/08/2011 à 18:17 :
C'est pour cela qu'ils sont obligés de faire beaucoup de bruit et dire toutes les anneries qui pourraient leur ramener des voix.
Il y a peu de chances qu'ils arrivent aux 5% nécessaires pour entrer au parlement.
Réponse de le 09/08/2011 à 22:00 :
le dernier sondage les met à 4 %
a écrit le 09/08/2011 à 16:53 :
Et c'est certainement nôtre "Praktikant" M Rössler qui déciderait à qui pourrait être imposé des sanctions et quels sont les pays membres trop dépensiers.
Quel chance qu'il y ait les Allemands pour dire aux autres ce qu'il faut faire.
Je voudrais quand même signaler à M Rössler qu'en Italie il n'y a pas de Hartz IV et que en moyenne l'age réel de la retraite est plus élevé en Italie qu'en Allemagne.
Il la ramene parce-que la Merkel a une extinction de voix, elle a comme toujours trop parlé et pas assez reflechi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :