La France conserve sa note AAA chez Moody's et Fitch

Moody's et Fitch réaffirment la note de la France. Des rumeurs de marchés indiquant le contraire ont contribué à faire chuter les valeurs de plusieurs banque hexagonales.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

"Rien n'a changé", rappelle Mood'ys. Son concurrent Fitch le confirme aussi : la France conserve son triple A, la meilleure évaluation possible pour une institution ou un Etat de la part des agences de notation.

Les banques françaises souffrent en bourse de rumeurs de marché sur une éventuelle dégradation de la note du crédit de la France. Moody's coupe court à ces bruit et évoque une "perspective stable" selon Reuters.

Il en va de même pour Fitch qui réitère son message positif sur la note française. Ce mercredi matin, l'une de ses branches, Fitch Solutions, en charge des études économiques, avait état de ses inquiétudes sur le marché des dérivés de crédit (CDS) français dans un rapport. La hausse de l'écart entre les titres français et allemands "pourrait constituer un signe montrant que les marchés sont de plus en plus préoccupés par la capacité de la zone euro à soutenir les pays les plus affaiblis de l'UE", constataient les auteurs de cette étude.

La troisième grande agence de notation, Standard & Poor's, qui a dégradé en fin de semaine dernière la note des Etats-Unis, avait déjà renouvelé sa confiance dans la note souveraine de la France.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/08/2011 à 8:27
Signaler
La France conserve ses AAA.Tant mieux.Mais que se passera-t-il si un plan de sauvetage de l'Italie doit être élaboré,sans relèvement de la dotation du FESF et sans que la France mette en oeuvre un "frein budgétaire" à l'allemande?Et un frein un peu p...

à écrit le 11/08/2011 à 7:59
Signaler
Pour éviter un effondrement général de l'économie mondiale, les agences de notation progressent à petit pas et ont commencé par le plus gros des endettés, l'Amérique. Toutefois, la France ne perd rien pour attendre son tour.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.