Berlusconi est à la recherche de 20 milliards d'euros

Santé, retraites, impôt sur la fortune: Rome réfléchit à diverses options pour équilibrer son budget dès 2013, comme promis vendredi dernier. Certaines d'entre elles ont été rendues publiques par Giulio Tremonti, ministre de l'Economie et des Finances, qui s'exprimait ce jeudi devant la Chambre des députés à Rome.
Giulio Tremonti, ministre italien de l'Economie et des Finances, doit préciser ce jeudi où il veut trouver les 20 milliards d'euros d'économies

L'impératif pour Silvio Berlusconi est clair : trouver au plus vite 20 milliards d'euros d'économies pour maintenir l'engagement de parvenir à l'équilibre budgétaire dès 2013 (au lieu de 2014) et au passage de calmer les marchés.

Ce jeudi matin, Giulio Tremonti a évoqué différentes pistes pour y parvenir lors d'une audition à la Chambre des députés à Rome. Le ministre italien de l'Economie a défendu l'idée d'une "règle d'or sur l'équilibre budgétaire" devant les députés italiens. "Il est important que nous inscrivions l'équilibre budgétaire dans la constitution", a-t-il affirmé.

Giulio Tremonti s'est aussi dit ouvert aux propositions de la Banque centrale européenne pour réaliser ces économies. Celles-ci figurent dans une lettre "confidentielle" envoyée par Jean-Claude Trichet et son futur successeur à la tête de l'institution, Mario Draghi, en fin de semaine dernière. La BCE y préconisait de privatiser des services publics locaux et de réformer le marché du travail.

Le gouvernement italien entend aussi modifier la fiscalité des revenus financiers, avec une augmentation des taxes allant jusqu'à 20%. "A part les titres d'Etat, tous les titres financiers seraient taxés de 12,5% à 20%", a précisé Giulio Tremonti. Rome projette aussi de renforcer la lutte contre l'évasion fiscale.

Mercredi, lors d'une rencontre avec les partenaires sociaux, le président du Conseil avait par ailleurs indiqué une accélération du calendrier en annonçant une réunion du cabinet d'ici le 18 août.

Plusieurs hypothèses

Depuis plusieurs jours, les experts du Trésor ont en tout cas mis sur la table plusieurs hypothèses à commencer par une intervention sur les comptes sociaux. "Au stade actuel, rien dans ce sens", a tenu à rassurer le ministre du Travail, Maurizio Sacconi, tout en précisant "sur le moyen et long terme, les comptes sont en ordre. Pour le court terme, nous en discuterons avec les partenaires sociaux".

Après l'annonce, en juillet, de la réintroduction du ticket modérateur sur certaines consultations chez des médecins spécialistes, d'autres mesures pourraient être prises sur les soins hospitaliers. Mais cela ne devrait pas suffire pour équilibrer les comptes. Une nouvelle réforme des retraites serait envisagée. Les pensions de reversion devrait être touchées ainsi que les retraites d'ancienneté. Le seuil d'invalidité pourrait aussi être relevé. Mais sur le chapitre social, les syndicats et une partie de l'opposition de gauche ne cachent pas leur préoccupation. "Nous attendons une politique qui ne frappe pas les plus démunis", a mis en garde le puissant syndicat Cgil qui propose de taxer les rentes financières et les gros patrimoines.

Mais du côté de certains alliés de Silvio Berlusconi, on ne veut, pour l'heure, entendre parler d'une réforme des retraites. "Pas touche aux pensions des travailleurs", a souligné le ministre (Ligue du Nord) Umberto Bossi. L'un de ses lieutenants, le maire de Vérone, Flavio Tosi s'est prononcé lui aussi pour "une taxation des rentes financières". Les experts auraient aussi envisagé également de taxer les propriétaires de résidences secondaires.

"Un impôt sur le patrimoine ? Je préfère encore démissionner", aurait cependant indiqué Silvio Berlusconi. De leur côté, les partenaires sociaux ont rappelé qu'ils souhaitaient une vague de libéralisations et la baisse des coûts du système politique.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 13/08/2011 à 8:49
Signaler
L'euro est une monnaie qui mène la France et l'Europe du Sud au désastre. Pour vouloir la sauver coûte que coûte, les gouvernants sont contraints de mener des politiques déflationnistes, qui se traduisent non seulement par un recul du pouvoir d'achat...

à écrit le 13/08/2011 à 8:47
Signaler
en france on rassure ... mais ce n est pas meilleur. il parait.. le pire est a venir ...

à écrit le 12/08/2011 à 16:16
Signaler
Le pauvre, il ne sait plus comment faire, mais augmenter les taxes ne fera que de provoquer un peu plus d'évasion fiscale, il faut diminuer les fonctionnaires inutiles dans l'administration et les dépenses somptuaires comme les dépenses des députés e...

à écrit le 12/08/2011 à 14:22
Signaler
Il peut les trouver sans probleme en Suisse, au Luxembourg ou dans tout autre paradis fiscal ou dans les caisses de la Mafia ou plutot dans ses coffres bourres d'or.

à écrit le 12/08/2011 à 11:18
Signaler
Moi aussi

à écrit le 12/08/2011 à 9:02
Signaler
Facile, il suffit de prendre des mesures concrètes au prochain G20 pour en finir avec l'opacité financière. Si les pays du nord continuent à défendre leurs petits copains et leurs petits intérêts dans les paradis fiscaux on ne s'en sortira pas. Regar...

à écrit le 12/08/2011 à 8:44
Signaler
S'il rendait ce qu'il a pompé sur le dos des Italiens depuis qu'il les parasite, cela ferait déjà un bon morceau :-)

le 12/08/2011 à 13:41
Signaler
lui, ? il pourrait preter a tous les pays en meme temps, il serait encore bien !

à écrit le 12/08/2011 à 8:33
Signaler
Lorsque les dirigeants deviennent les ennemis du peuple, le futur est sombre.

à écrit le 12/08/2011 à 7:55
Signaler
C'est quand meme Etrange tous ces chefs d etat qui un an en arriere ne voulaient absolument pas toucher a la fiscalite des plus riches qu ils soient particulier ou grosses entreprise en affirmant au peuple "vous comprenez si on les taxe, il n investi...

à écrit le 11/08/2011 à 19:52
Signaler
Cette politique déflationniste voulu par les fous de l'Euro ne mènera à rien, si ce n'est la ruine des peuples et à la fin paradoxale de l'Euro....

à écrit le 11/08/2011 à 14:54
Signaler
Berlu ne veut surtout pas taxer ses rentiers et va donc tondre le pauvre ouvrier qui n en peut plus ...comme dab ça sent le souffre labas.

à écrit le 11/08/2011 à 13:27
Signaler
Peut être Fillon en vacance en Toscane est-il sur palce comme vice-premier ministre italien pour preter l'argent de la France aux Italiens !!!

le 12/08/2011 à 13:39
Signaler
donnons leur Fillon directement ....

le 14/08/2011 à 20:28
Signaler
L'équipe et les bras cassés de l'UMP n'ont que le 1er ministre qu'ils méritent, il finira avec eux à la postérité avec la meme renommée de la plus grande médiocrité que l'ensemble de l'UMP d'aujourd'hui.

à écrit le 11/08/2011 à 12:38
Signaler
Taxes aux importations ?

à écrit le 11/08/2011 à 12:06
Signaler
L'italie a une grosse levée de 50 milliards en septembre. Son sort sera tranché à ce moment. Il ne devrait pas y avoir de problème majeur. Pour l'Espagne l'équation est plus délicate, nous allons devoir en parler à la rentrée. Viendront alors la ques...

le 12/08/2011 à 8:34
Signaler
Oui, enfin, si l'Italie lève 50 milliards à 5,7 %, autant dire que le pays est mort financièrement.

à écrit le 11/08/2011 à 11:52
Signaler
Comme tous ses semblables ,qu'ils mettent la main dans leurs poches ,elles ne sont pas vides car eux ,savent les remplir sur le dos du peuple !

à écrit le 11/08/2011 à 11:36
Signaler
Nous venons de prêter 15 milliards a la Grece, pourquoi pas 20 milliards a l'Italie et puis quelques milliards supplementaires a l'Espagne, Portugual.........et allez, et allez des milliards en veux-tu en VLOILA!!!!!!!!!!!!!!

le 11/08/2011 à 14:38
Signaler
S'il en teste un peu, je suis preneur, Meme un tout petit million me ravirait,

le 12/08/2011 à 7:08
Signaler
Aides internationales : Aides payées par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres ....

le 12/08/2011 à 8:37
Signaler
Un peu cynique, S.o.s . En y reflechissant, ce n'est pas cynique mais vrai et......amusant. En vous lisant, je n'ai pu m'empecher de rire( jaune peut-etre en pesant aux pauvres des pays pauvres)

à écrit le 11/08/2011 à 11:08
Signaler
Santé,retraites,certainement pas impôt sur la fortune, le travail c'est la santé, la retraite l'ennuie allongement des années de travail pour tous.Le probleme des 20 milliards résolu.

le 11/08/2011 à 11:32
Signaler
C'est aussi ce que pensait mon père, décédé au travail à 61 ans ... Effectivement, il n'a pas creusé le trou des retraites ... à défaut d'un autre trou.

le 12/08/2011 à 8:35
Signaler
Libre à vous de croire que vous allez vivre éternellement mais si le travail est votre seul objectif dans l'existence, je vous plains sincèrement car vous passez à côté de l'essentiel.

à écrit le 11/08/2011 à 11:06
Signaler
bah il les a déjà dans c poches ces milliards ..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.