Plan d'aide à la Grèce : feu vert de la France, feu orange de l'Allemagne

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les députés français ont approuvé mercredi le deuxième plan de sauvetage de la Grèce arrêté le 21 juillet dernier par les dirigeants de la zone euro, et sont donc les premiers à entamer cette procédure. Ce matin, l'Allemagne avait également dit "oui", mais sous conditions.

Les députés français ont approuvé mercredi le deuxième plan de sauvetage de la Grèce arrêté le 21 juillet dernier par les dirigeants de la zone euro, et sont donc les premiers à entamer cette procédure.

L'Assemblée a adopté l'article du projet de loi de finances rectificative - "collectif budgétaire" - qui prévoit d'élargir les missions du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté pour. Les socialistes se sont abstenus. Le groupe de la gauche démocrate et républicaine (PC, Verts, Parti de gauche) a voté contre.

Le plan grec, d'un montant total de 109 milliards d'euros, sera abondé par une participation des banques et assureurs européens dont le montant pourrait aller jusqu'à 50 milliards d'euros. L'endettement français sera accru d'environ 15 milliards d'euros d'ici à 2014 en raison de sa mise en oeuvre.

Les dirigeants de la zone euro, a rappelé le rapporteur UMP Gilles Carrez, ont décidé de ne plus limiter le FESF au simple rôle de financier des Etats ne pouvant plus accéder aux marchés financiers mais d'étendre ses missions de façon à lui permettre d'agir en amont des attaques spéculatives et de jouer un rôle de garant de la stabilité financière de la zone euro.

Les députés doivent se prononcer ce mercredi soir par un vote solennel sur l'ensemble du "collectif budgétaire" qui vise, d'une part, à avaliser le plan grec et, d'autre part, à adopter plusieurs des dispositions du plan d'austérité gouvernemental.

Le Sénat doit examiner à son tour jeudi et vendredi ce texte. Le gouvernement souhaite qu'il fasse un "vote conforme" c'est-à-dire qu'il adopte le texte tel que voté par l'Assemblée.

Le projet de loi de finances rectificative serait ainsi définitivement adopté par le Parlement français, qui serait le premier a approuver ce deuxième plan d'aide à la Grèce?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2011 à 17:06 :
Merci à la Tribune de commniquer le nombre de députés présent pour ce point crucial car la Grèce ne pourra pas rembiourser à le citoyen paiera les députés s'en moquent ils ne sentent pas concernés par l'avenir de la France et de ses cotoyens mais par leur rémunérations, trop payés pour être aussi IRRESPONSABLES
a écrit le 08/09/2011 à 10:57 :
à quand un plan d'aide pour la france?
a écrit le 08/09/2011 à 9:56 :
Encore de l'argent gaspillé en pure perte.
a écrit le 08/09/2011 à 9:40 :
Suffit l'assistanat à ces pays où les citoyens fraudent massivement! Ils faudraient leur envoyer l'innénarable Luc Chatel pour leur donner des leçons de morale!
a écrit le 08/09/2011 à 9:24 :
"feu vert de la France"

C'est facile de vouloir payer sans avoir soi-meme d'argent et de savoir que les autres payeront.

Heuresement que Merkel n'a pas l'intelligence politique de Schroeder sinon l'Allemagne serait déja en faillite ayant payé sans fin les pays du club med.

Vive le Parlement Allemand...Seul outil a la fois democratique en Europe...
a écrit le 08/09/2011 à 9:18 :
Il faut arrêter d'aider la Grèce sans contrepartie, car il faut bien noter que jusqu'alors ils nous ont menés en bateau et depuis longtemps. D'ailleurs c'est logique car le gâteau (à l'Euro)était trop bon et nous des gros naïfs idéalistes.
a écrit le 08/09/2011 à 7:40 :
il faudrait un tuteur pour chaque Grec!
quand on voit tous les billets de 50, 100, 200 euros qui sortent des porte-monnaie, dans les super marchés, les boutiques ou les tavernes... ou pour les joueurs de bouzouki le 15 août, en trois semaines de vacances dans une région très peu fréquentée par les touristes, j'ai vu une gabegie sans nom! y compris une débauche d'eau pour arroser; des bolides sur les routes... mais surtout, je le répète, j'ai entendu: "la crise?? on s'en fout!!" vous êtes Suisse? non, Française et je ne m'en fous pas!
a écrit le 08/09/2011 à 7:16 :
Les Danaïdes (nations de la zone Euro) sont condamnées, aux Enfers, à remplir sans fin un tonneau sans fond.
a écrit le 08/09/2011 à 6:34 :
ce sont les banquiers qui devront se frotter les mains à l'heure actuelle pas le peuple Grecs
a écrit le 08/09/2011 à 6:32 :
je ne comprends plu ces socialistes surtout PS !! martine et auytres dirigeants PS crient qu'il faut aider la Grèce et quand ils ont les moyens de le faire ils s'abstiennent je ne pige plus rien dans ce parti
Réponse de le 08/09/2011 à 11:00 :
effectivement vous ne pigez pas grand chose
a écrit le 08/09/2011 à 5:02 :
C'est économiquement trés mal sains de "donner" encore de l'argent au socalistes grèques qui ont dépensé pendant des années l'argent qu'ils n'avaient pas !
a écrit le 07/09/2011 à 22:06 :
Si nous voulons aider la Grèce et les autres pays en difficulté il faut leur permettre d'augmenter leur productivité et les y aider. L'austérité freine l'économie et par conséquent les rentées fiscales diminuent.
La convergence des économies de la zone euro a été trop négligé, en fait nous avons aidé les pays en dehors de la zone Euro plus que les pays en difficulté de la zone euro.
La campagne de dénigrement, surtout en Allemagne, a pour but d'empêcher des mesures qui permettraient d'atteindre une convergence des économies de la zone euro.
Le système actuel favorisent les économies fortes qui ont pu en fait se renforcer aux dépens des économies faibles.
Il faut donc absolument prendre des mesures qui conduiront à une plus grande convergence des économies à l'intérieur de la zone euro.
Faute de quoi la zone euro et l'euro n'auront aucune chance de survivre à la prochaine crise.
a écrit le 07/09/2011 à 20:41 :

Est ce aujourd'hui démocratique que les députés ,qui n'ont pour leur grande part ni expertise financière ni expertise économique ,engagent le peuple français dans des nouvelles dettes (alors que Mr Fillon déclarait l'état français en état de faillite en 2007), pour aider la Grèce qui est un véritable tonneau des danaides, nouvelle fuite en avant de leur part
Cet engagement des élus est d'autant scandaleux et profondément injuste que l'on nous prône et impose de la rigueur dans tous les compartiments ,par contre aucun de ces représentants élus des assemblées n'a publiquement suggeré des mesures d'économie par des réductions de leurs frais et dépenses pour la nation,seule Mme Boutin a osé proposer cette restriction qui serait valeur d'exemple
a écrit le 07/09/2011 à 20:05 :
Ne valait-il pas mieux s'emparer des actifs des riches grecs qui n'ont jamais payé d'impôt et pour lesquels on demande des sacrifices au peuple français ?
Il n'y pas pas de frontière pour les solidarités entre les riches du monde entier , et tout cela au détriment des plus pauvres
a écrit le 07/09/2011 à 19:24 :
Voici 15 milliards d'euros qui seront perdus corps et bien, et qui ne nous dispenseront pas de recapitaliser en urgence les banques françaises. L'argent public ne vaut pas cher.
a écrit le 07/09/2011 à 18:52 :
C'est ahurissant : la France, sur-endettée, va emprunter 15 Milliards d'Euros pour les prêter à la Grèce ! Argent que les Grecs NE POURRONT JAMAIS REMBOURSER - voir la chute vertigineuse de leur croissance.
Je ne suis pas un "économiste distingué", mais j'ai un peu de bon sens : on pourrait à la rigueur comprendre que l'on DONNE cette somme si nos finances n'étaient pas aussi lamentables, mais PRÉTER ...
Réponse de le 08/09/2011 à 2:02 :
La France est obligé d'agir ainsi car la Grèce doit l'argent à des banques françaises entre-autres et si la Grèce ne pouvait pas rembourser les banques feraient faillite et l'état serait obligé d'intervenir pour éviter une réaction en chaine. L'argent est peut-être perdu en prêtant à la Grèce il est certainement perdu si les banques doivent être sauvées.
De deux maux il faut choisir le moindre. L'erreur a été de prêter à la Grèce mais la il s'agissait de faciliter les exportations franco-allemandes vers la Grèce, surtout l'armement (du temps des généraux)
Pendant que les Grecs sont obligés de se serrer la ceinture les généraux grecs, les armateurs et les banquiers franco-allemands profitent des millions et milliards.
Ainsi va la vie.
a écrit le 07/09/2011 à 18:45 :
Les parlementaires auront à rendre compte au peuple de cet acte totalement anti démocratique et, pour le coup, inconstitutionnel. Quand à accroître encore la dette nationale pour engraisser les banques, cela se règlera dans les urnes. Il est facile de connaître le nom de tous les parlementaires ayant voté pour ce plan d'aide afin de voter contre eux aux prochaines élections.
Réponse de le 08/09/2011 à 7:17 :
Seul 266 députés sur + de 570 ont voté cette résolution!Nous ne sommes plus en démocratie,les "gouvernants" font ce qu'ils veulent avec l'argent du peuple.
Quand viendra le temps du grand fracas,ce qui ne serait tarder,des tètes devront tomber.
a écrit le 07/09/2011 à 18:41 :
suicidaire !! nous nous créons des dettes pour essayer de payer celles des grecs qui ne nous rembourseront jamais !! il faut arrêter cette gabégie
a écrit le 07/09/2011 à 18:19 :
Si nous voulons aider la Grèce et les autres pays en difficulté il faut leur permettre d'augmenter leur productivité et les y aider. L'austérité freine l'économie et par conséquent les rentées fiscales diminuent.
La convergence des économies de la zone euro a été trop négligé, en fait nous avons aidé les pays en dehors de la zone Euro plus que les pays en difficulté de la zone euro.
La compagne de dénigrement, surtout en Allemagne, a pour but d'empêcher des mesures qui permettraient d'atteindre une convergence des économies de la zone euro.
Le système actuel favorisent les économies fortes qui ont pu en fait se renforcer aux dépens des économies faibles.
Il faut don absolument prendre des mesures qui conduiront à une plus grande convergence des économies à l'intérieur de la zone euro.
Faute de quoi la zone euro et l'euro n'auront aucune chance de survivre à la prochaine crise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :