Le déficit commercial se creuse en France, l'excédent s'affaiblit en Allemagne

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mauvais chiffres pour le commerce extérieur français en juillet : son déficit se creuse à 6,46 milliards d'euros en raison d'une hausse des importations et d'une stagnation des exportations. L'Allemagne fait mieux mais son excédent commercial s'amenuise.

Le déficit commercial français se creuse et atteint les 6,460 milliards d'euros en juillet, selon les chiffres publiés ce jeudi par la Direction générale des douanes.

Les exportations n'ont progressé que lentement, passant de 34,657 milliards d'euros en juin à 34,756 milliards en juillet, en données corrigées des variations saisonnières. Les ventes du secteur aéronautique se sont repliées par rapport au mois précédent. En juillet, la France n'a en effet vendu "que" vingt Airbus pour 1,2 milliard d'euros, contre vingt-sept en juin pour un peu plus de 2 milliards.

En revanche, les produits intermédiaires et d'équipements automobiles, ainsi que les boissons, se sont mieux vendus à l'étranger, mais pas suffisamment pour contrebalancer la hausse des importations.

En effet, celle-ci s'accélère passant de 40,062 milliards en juin à 41,216 le mois suivant. "En net repli" en juin, "les importations rebondissent en juillet, notamment celles de matériels de transports, de produits pétroliers raffinés et de produits informatiques et électroniques", note ainsi le service de statistiques des douanes dans son communiqué.

Sur les sept premiers mois de l'année, la balance commerciale hexagonale affiche un solde négatif de 43,9 milliards d'euros, contre 28,5 milliards d'euros de déficit sur la même période l'an dernier.

2 milliards de déficit avec l'Allemagne

Les importations en provenance d'Allemagne notamment ont augmenté de près de 10%, le déficit français avec son principal partenaire commercial atteint presque les 2 milliards d'euros en juillet.

L'Allemagne connaît d'ailleurs une situation bien plus favorable que la France. La première économie européenne, elle, conserve en effet un son excédent commercial en juillet même si celui-ci diminue. Il passe ainsi à 10,1 milliards d'euros le mois dernier, contre 11,5 milliards le mois précédent. C'est le plus bas niveau depuis janvier 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2011 à 6:27 :
Ce qui me surprend c'est que personne ne semble se rendre compte qu'il y a des facteurs naturels qui avantagent l'Allemagne, non seulement par rapport à la France mais surtout par rapport aux autres pays de la Zone Euro.
Les principaux facteurs naturels sont: la position géographique centrale, des pays riverains en plein essor et donc bon clients, la topographie du pays (transports par route et voie fluviales facils, taille du marché intérieur (environs 100 Millions de Germanophones) une solidarité, presque du chauvinisme, due à son histoire récente, et surtout par rapport à certains pays du sud, le climat modéré, etc., etc. Il ne suffit pas d'ailleurs de comparer la France à l'Allemagne, la situation est encore plus difficile pour l'Italie par exemple, pour qui ces différences sont encore bien plus marquée que pour la France. J'ai compté 12 tunnels sur 18 km d'autoroute en Italie du sud
C'est la tout le problème de l'union monétaire, il y aurait remède mais cela serait difficile de faire accepter des changements à l'Allemagne maintenant. Le fait est que les économies divergent de plus en plus dans l'union monétaire, alors qu'elles devraient converger.
Selon moi c'est Mitterrand qui a sous-estimé ces avantages naturels lors de la signature des accords et croyait pouvoir profiter des ces accords en même temps que l'Allemagne aux dépens des autres pays de l'union monétaire. Tel est pris qui croyait prendre!
a écrit le 07/10/2011 à 8:50 :
Le scandale des délocalisations d?Eric Laurent, chez Plon

Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.

Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.

En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer ?
a écrit le 08/09/2011 à 9:40 :
TROP DE FRANCAIS NE TRAVAILLENT PAS OU FONT SEMBLANT!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/09/2011 à 9:20 :
Mais pourquoi le gouvernement ne taxe pas les voitures de luxe? J'y verrai 3 intérêts:
-diminuer le déficit avec l'allemagne, puisque on sait bien que 90% des voitures de disons plus de 30 ou 35k? sont des Audi, BMW ou Mercédès
-ça rendrait les comportements des conducteurs un peu plus citoyens, puisqu'on sait bien que les possesseurs de ces voitures, munis de leurs coyottes, n'ont que faire des limitations de vitesse;
-ça montrerait aux allemands que prêcher la rigueur c'est bien mais que ça peut leur retomber sur la figure;
-ça donnerait un peu d'oxygène à nos constructeurs, plus présents dans les véhicules modestes vers lesquels les "riches" se rabattraient;
-ça contribuerait au plan de rigueur;
-ce serait symboliquement équitable dans le discours sur la taxation des riches (dont je suis);
-ça serait écologique.
Pour info, audi vend 50 000 voitures/an en France (site Audi), et une taxe rapportant en moyenne 2k?/véhicule donnerait donc 100M? soit pour toutes les marques faisant des voitures de ce type, un chiffre d'environ 4 ou 500 M?!
Réponse de le 07/10/2011 à 7:22 :
mais tu es dingue toi , tu veux que bruxelles nous rappelle à l'ordre pour protectionnisme !! cette europe est faite comme çà libre circulation et aucune contrainte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :