Le Bundesrat valide à son tour le FESF

 |   |  323  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La chambre représentant les Länder allemands a approuvé la nouvelle formule du fonds de soutien européen. Mais la Bavière a prévenu : elle n'ira pas plus loin.

Au lendemain de l'approbation par le Bundestag du fonds européen de stabilité dans sa version élargie, c'est le Bundesrat, chambre qui représente les Etats à Berlin, qui a donné ce vendredi son feu vert. Il ne restera plus au président fédéral, Christian Wulff, à contresigner le texte pour achever le processus de ratification de l'accord européen du 21 juillet dernier. Ce devrait être une formalité.

Une formalité

Le Bundesrat, où Angela Merkel ne dispose plus de majorité depuis sa série de défaites aux élections régionales, aurait en théorie pu bloquer le processus puisqu'il doit donner son avis sur tous les sujets qui touchent les recettes et des dépenses du budget des Länder. Or, une garantie accordée au FESF pourrait en théorie affecter le budget des Etats fédérés. Mais en réalité, la majorité en faveur du texte était considérable : on vote au Bundesrat par Länder et tous les gouvernements régionaux étaient favorables au projet de loi.

La Bavière menace

Le débat a néanmoins été utilisé par les Bavarois de la CSU pour rappeler que, désormais, ils n'accepteraient plus aucun pas dans le cadre de la solidarité européenne. "Nous rejetons tout nouveau risque et toute nouvelle augmentation" du FESF, a ainsi tonné le président du parti frère de la CDU et ministre-président de la Bavière, Horst Seehofer. Il a notamment rejeté toute possibilité de donner de nouveaux moyens au FESF par l'usage de lignes de crédit via la BCE. "La Bavière n'acceptera aucun pas de plus vers une union de transferts financiers, de responsabilité diluée et d'inflation", a-t-il ajouté. Ce mot a dû sonner comme une menace aux oreilles de Wolfgang Schäuble, ministre fédéral des Finances, que beaucoup soupçonnent outre-Rhin de vouloir d'ores et déjà préparer de nouvelles mesures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :