Le Bundestag adopte l'élargissement du Fonds européen de stabilité

 |   |  456  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Avec une large majorité, la chambre basse du parlement allemand a approuvé les décisions du conseil européen du 21 juillet dernier. Angela Merkel a sauvé sa propre majorité. Nicolas Sarkozy et la chancelière incitent tous les pays de la zone euro à ratifier rapidement l'accord sur la Grèce.

Le Bundestag a adopté ce jeudi matin les réformes du Fonds européen de stabilité financière (FESF) décidé par le conseil européen du 21 juillet dernier. Il n'y avait là aucune surprise puisque, depuis plusieurs semaines, les deux principaux partis d'opposition, les Verts et les Sociaux-démocrates, ont fait connaître leur volonté d'approuver ce texte. Aussi le projet de loi a-t-il obtenu l'aval de 523 des 622 députés du Bundestag. Le Bundesrat, l'autre chambre du parlement, devrait sans difficulté ratifier ce texte demain vendredi et achever ainsi le processus législatif outre-Rhin. Avec cette décision, l'Allemagne, premier contributeur au Fonds, est le onzième pays à ratifier la possibilité pour le FESF de disposer de 440 milliards d'euros et d'agir directement sur le marché secondaire des obligations souveraines.

Dans l'après-midi, Nicolas Sarkozy a félicité Angela Merkel pour la ratification du plan d'aide à la Grèce. Et les deux responsables franco-allemands ont incité tous les pays de la zone euro à ratifier rapidement cet accord.

Angela Merkel sauve sa majorité

L'enjeu de ce vote allemand résidait en réalité ailleurs. Il s'agissait de savoir si la coalition entre Libéraux et Chrétiens-démocrates, que dirige la chancelière, allait assurer sa majorité de 21 voix sur ce vote. Dans le cas contraire, la position du gouvernement deviendrait difficile et l'option de nouvelles élections fédérales serait devenue possible. Finalement, Angela merkel a pu compter sur 315 députés de son propre camp, elle a donc assuré sa propre majorité de quatre voix. Jusqu'au dernier moment, le suspense a été haletant : le « vote blanc » dans les groupes parlementaires de mardi avait montré 18 récalcitrants au sein de la coalition, contre 25 début septembre, mais la question d'un futur élargissement du FESF n'avait eu de cesse d'inquiéter certains députés durant les derniers jours. Ils n'ont été que 17 à ne pas voter le projet de loi, au final.

Contexte politique

Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral des Finances, avait dans son discours avant le vote, rejeté tout renforcement futur du Fonds. Il a joué la compréhension avec les députés mécontents en déclarant que la « décision était difficile pour tout le monde ». Surtout, il a insisté sur les « craintes » du monde face à la crise et la responsabilité de l'Allemagne. Ce qui a cependant certainement le plus joué dans la décision des députés hésitants ou mécontents, c'est le contexte politique : de nouvelles élections fédérales aujourd'hui ramèneraient sans doute l'alliance Verts-SPD au pouvoir et élimineraient de la scène politique le parti Libéral donné entre 2 et 4 % des intentions de vote, contre près de 15 % lors du scrutin de 2009.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2011 à 10:04 :
Reculer pour mieux sauter, nous sortons du pragmatisme et du bon sens pour plonger dans le délire et le soutien d'une construction mal pensé , mal faite et appelé à s'effondrer. les fondations même de l'euro ont éte mal faites , mal pensées , la création d'une monnaie unique imposait la création d'un ministére des finances et de l'économie européen, c'est comme si on formait une armée combatant du même coté sans unité de commandement ce serait vite la débacle, on ne construit pas sur des fondations pourries on peut tout au plus etayer en attendant la catastrophe
a écrit le 30/09/2011 à 5:09 :
Cela permet de calmer le jeu et de rassurer les marchés pour quelques temps encore . Mais le problème de fond reste le meme. Et l'implosion du système demeure d'actualité. La meilleure preuve en est l'augmentation du déficit de l'Italie avec son corollaire l'augmentation des taux qui étranglent un peu plus l'économie. Porter le taux de TVA à 21 % est insuffisant. Il faudra un autre plan de rigueur. Donc la dette italienne s'achemine au delà de 120 % du PIB, celle de la France s'accentue pour venir toucher les 90 % du PIB. Dans ces conditions l'Allemagne ne pourra pas venir en aide à tout le monde. Des troubles sociaux sont inévitables, en Espagne, en Italie et en France. Profitons de l'aubaine pour acheter de l'or à bon compte sur repli. Dans un an il vaudra 2500 $ l'once !
a écrit le 29/09/2011 à 17:30 :
le facteur déclenchant du vote favorable du Bundestag est que le fonds européen est
été déclaré conforme à la constitution par les juges de la cours constitutionnelle .
a écrit le 29/09/2011 à 15:16 :
Les députés CSU CDU ont bien dû se tenir et Merkel a repris en main ses troupes: sinon pour eux dissolution,et une nouvelle majorité si les Verts continuent sur leur voie. Merkel a mon avis vient de faire son 1er vrai geste de chef.
a écrit le 29/09/2011 à 14:16 :
C'est une avancée importante, mais on n'a pas encore gagner la guerre contre les spéculateurs et les traders fous essentiellement d'ailleurs anglo saxons. Il va falloir que les américains fassent leur boulot et nettoient leurs écuries, et dressent leurs pur sangs, sinon un jour on risque de devoir de les envoyer à l'abattoir. On est certainement très niais nous les européens mais quand on nous fait vraiment chier ça se paie un jour ou l'autre. Pa railleurs, les escrocs, les fraudeurs, les rois de l'évasion fiscale et l'argent de la mafia, va falloir s'y pencher sérieusement, ya des postes à créer, comme dirait l'autre y aura certainement des candidats, il suffit de leut filer 10 à 15% de ce qui est récupérer pénalités incluses. Dans ce cas là les problèmes yen aura beaucoup moins, et la croissance cartonnera, c'est aussi simple qe ça. Un détail, plus un gramme de déficit qu'il soi social ou public jusqu'à un petit moment sinon c'est les politiques qui l'assument et les agences de rating dans le cas où ce déficit est due à la hausse des taux d'intérêts de leur fait.
a écrit le 29/09/2011 à 12:54 :
Les Députés Allemands viennent de décider ce qu'il ne fallait SURTOUT pas faire, Imiter la FED. M. Wolfgang Schäuble, ministre fédéral des Finances et Angéla MERKEL ont retourné leur veste au dernier moment..?
Réponse de le 29/09/2011 à 13:49 :
La spirale infernale de la dette peut donc se poursuivre à l'instar des Etats-Unis qui est le modèle à suivre pour l'Europe. Tout cela n'est pas sain d'un point de vue économique et posera problème à plus ou moins long terme surtout si aucune rigueur budgétaire n'est effectuée par la Grèce. Dans ce cas là, il n'y aura itpas de 3è plan de sauvetage, mais la faillite définitive et peut-être une crise systémique qui n'aurait été que reportée.
Réponse de le 29/09/2011 à 14:47 :
rassurez-vous la faillite n'a jamais été au RDV de l'histoire dans le domaine des finances et des emprunts: certes les dévaluations et les conversions monétaires, l'inflation se sont montrées mais au final tout a eté été fait pour le secours des financiers et des marchés et je pense que c'est logique comme fonctionnement des systèmes: Etats, relations internationales, échanges commerciaux et culturels, bref la vie.
a écrit le 29/09/2011 à 12:48 :
J'espère que les anglo-saxons vont nous lâcher un peu avec cette position claire des députés allemands....cela cela m'étonnerait avec leur dollar en perte de vitesse ....

@paavo : je n'ai pas lu la même chose sur la dépêche de Reuters : "Le vote au Bundestag a recueilli 523 voix favorables au renforcement du FESF, 85 voix contre et 3 abstentions"
a écrit le 29/09/2011 à 12:21 :
" avec une large majorite " ....., vous ironisez. il n'y a que 4 voix de difference! EMrkel a eu chaud!
Réponse de le 29/09/2011 à 14:40 :
la loi a bien été adopté à une large majorité : 523 voix contre 76. En revanche, la coalition de Me Merkel n'a obtenu que 4 voix de majorité. Elle a donc bien eu chaud, comme vous le dites et comme le précise cet article.
L'auteur.
a écrit le 29/09/2011 à 11:59 :
Bah ! l'augmentation des ressources du fond n'augmente pas pour autant sa faculté de prêter ! rire !
Comme les banques le fond augmente ses fonds propres c'est tout.
a écrit le 29/09/2011 à 11:31 :
l 'allemagne décide , la France s'exécute ... 5 ème puissance du monde ? Quelle naïveté !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :