La crise a des effets dévastateurs sur la santé des Grecs

 |   |  478  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une étude britannique pointe les ravages de la crise économique sur la santé des Grecs : augmentation des suicides, hausse de la consommation de drogue, accroissement des infections au virus HIV...

Une étude britannique pointe dans une étude parue lundi les effets désastreux de la crise économique et des coupes budgétaires en Grèce. "Le tableau de la santé des Grecs est très préoccupant", juge David Stuckler, sociologue à l'université de Cambridge qui a dévoilé les conclusions de son étude dans le journal médical Lancet. Des coupes budgétaires considérables et l'augmentation du chômage à 16% conduisent de plus en plus de Grecs à la dépression et à la drogue. De plus, de nombreuses personnes sont privées d'accès aux soins en raison de la réduction des budgets des hôpitaux et des services médicaux.

Plus les moyens pour consulter un médecin

"Nous constatons (...) des tendances très inquiétantes, un doublement des cas de suicides, une hausse des homicides, une augmentation de 50% des infections au virus HIV et des gens qui nous disent que leur santé a empiré mais qu'ils ne peuvent plus consulter de médecins même s'ils devraient le faire", ajoute le sociologue. Selon l'équipe de chercheurs de Stuckler, le taux de suicide a augmenté de 17% entre 2007 et 2009, mais un chiffre officieux donné par des parlementaires grecs fait état d'une hausse comprise entre 25 et 40%.

Un ancien homme d'affaires se défenestre

Parmi les faits divers qui ont choqué les Athéniens, un ancien homme d'affaires s'est défénestré, laissant un mot où il expliquait que la crise financière avait eu raison de lui. Un propriétaire d'un petit magasin a été retrouvé pendu sous un pont, avec une lettre où l'on pouvait lire: "Ne cherchez pas d'autres raisons. La crise économique m'a conduit à ça". Martin McKee, de la London school of hygiene and tropical Medicine, qui a travaillé avec David Stuckler, estime que d'autres pays européens devraient prêter attention à ce qui se passe en Grèce."Ce qui a lieu en Grèce montre ce qui peut se passer en cas de coupes budgétaires importantes dans le domaine de la santé (...) " a-t-il prévenu.

La consommation d'héroïne bondit sur fond d'austérité

Dans leur étude, les chercheurs ont également mis à jour une augmentation significative d'infections au HIV en Grèce à la fin de l'année 2010. Selon leurs prévisions, les contaminations vont augmenter de 52% cette année par rapport à l'an passé. La consommation d'héroïne a également augmenté de 20% en 2009, chiffre à rapprocher avec la diminution d'un tiers des programmes de lutte contre la drogue en raison des économies budgétaires. Ces deux dernières années, le gouvernement grec a imposé de sévères mesures d'austérité pour tenter de réduire sa dette colossale. La Grèce connaît sa plus grande récession depuis 40 ans et a dû accepter un plan de sauvetage du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Union européenne (UE).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2011 à 8:36 :
tel que l'article est rédigé, on a l'impression que c'est la crise économique qui fait que les grecs ne se soignent pas, alors qu'en réalité d'après les articles ci-dessous ce sont les soignants qui semblent mal se comporter.
C'est plutot grave, je trouve.
a écrit le 21/10/2011 à 18:06 :
L'un de mes oncles, résident en Grèce, s'y est fait soigner il y de cela quelques années. Le système de santé est corrompu. Même le guide du Routard signalait, avant la crise, qu'il valait mieux se faire soigner à Athènes qu'en province. Il est clair que l'Etat devra organiser un système de santé de secours pour les classe les plus vulnérables. Quant au sida et à l'héroïne, il y a là comme un problème de discipline...
a écrit le 11/10/2011 à 11:56 :
désolée, je suis sceptique.. j'entends trop qu'en Grèsce, on ne paye aucune taxe, aucun impot, que tout se fait en liquide.. Donc, je vois pas comment ils pourraient être touché par la crise..hormis celle du tourisme, mais qui est aussi présente en tunisie, egypte.. et je crois pas qu'ils se droguent plus..
a écrit le 10/10/2011 à 19:40 :
je vis en Grèce à mi-temps depuis 1984. Auparavant, les commercants, artisans, médecins etc, fraudaient le fisc á 60 %. Maintenant, c'est á 40 %. Belle avancée. Ce qui m'effraie surtout, ce sont les professions médicales, doc, oncologues, radiol, dentistes etc, qui eux, ne changent absolument pas ! Dernier RV avec oncologue : 90 ? au black et comme j'avais le malheur de réclamer 1 papier pour me faire rembourser : 122 ?. En résumé, les pauvres, la petite classe moyenne souffre terriblement, mais pour le reste de la population, business as usual. Comment peut-on tolérer que l'église orthodixe ne paie ni TVA, ni IR, ni la nouvelle taxe foncière mise en place ces jours-ci ? Désolée, je suis profondément européenne, mais je REFUSE de payer pour une théocratie...
a écrit le 10/10/2011 à 11:53 :
Déjà si en Grèce, des réformes avaient pu etre mises en oeuvre mais lors des dernières élections en 2007, c'est un "bonimenteur" Papaendreous qui a promis monts et merveilles et donc a été élu...ne serait ce que de déclarer tous ses revenus alors que la plupart des Grecs en ont deux:un déclaré, l'autre au noir...comment avoir des rentrées fiscales satisfaisantes dans ces conditions?!
Réponse de le 10/10/2011 à 13:40 :
D'accord pour le bonimenteur.
Mais pour le reste, le système fiscal en Grèce est complexe et la bureaucratie ne facilité pas son fonctionnement. Il y a beaucoup de personnes qui payent leurs taxes et sont en règle. Mettre tout le monde dans le même panier, c'est pousser tout le monde à la malhonnêteté et c'est très improductif. Le problème n'est pas uniquement grec et c'est une erreur de se focaliser dessus comme nous le faisons.
a écrit le 10/10/2011 à 9:43 :
Ils l'ont bien cherche aussi...!
Réponse de le 10/10/2011 à 11:48 :
Ben, penses-tu réellement que ce soient les grecs qui l'on cherché?
Les politiques ont promis, les politiques ont menti et maintenant...ce sont les grecs qui trinquent...
Réponse de le 10/10/2011 à 13:36 :
@Ben
Désolée, mais je trouve ce type de commentaires vraiment ignoble. Il faut vraiment être aveuglé par la haine pour dire cela.
a écrit le 10/10/2011 à 9:16 :
C'est ca l'europe,on nous a promis le paradis,ca sera l'enfer.Mais je suis sur qu'il va y en avoir encore qui vont continuer de dire "les grecs l'ont bien cherche,ils ont menti etc etc" Certes mais les autres pays savaient,plus ou moins,que les chiffres etaient bidonne car une economie qui est base sur le tourisme a 90% ne pouvait pas remplir les conditions d'admission mais il y avait des interets financiers a faire entrer toujours plus de pays dans l'espace europeen,car plus de frontiere,plus de frais de douanes et un nouveau marche libre pour les grosses boites qui ont pu faire consommer a fond les grecs a credit et maintenant qui payent les pots casses,les grecs avant tout mais nous aussi,sans oublier que cette situation nous pend au nez.Merci l'europe des marches
Réponse de le 10/10/2011 à 11:50 :
rb, "cette situation nous pend au nez", Faux. Nous y sommes déjà, il suffit de parcourir la presse quotidienne locale !
a écrit le 10/10/2011 à 9:10 :
C'est qui nous pend au nez aussi en France. Avec les folies sarkozyennes et l'héritage socialiste, la France est sur les genoux. Son système de santé se détériore chaque jour alors que l'AM et la CMU se portent mieux que jamais. Au Sénat tout va bien. Dassault et Vergès (86 ans) sont en plein forme. Les cumulards de Gauche continuent d'encaisser plusieurs salaires afin de "défendre les dossiers au niveau national". A force de tirer sur la ficelles, les politciens vont se réveiller un beau matin avec une véritable révolution.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :