Pas de solution "big bang" à la crise selon Angela Merkel

 |   |  281  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré ce vendredi qu'elle ne croyait pas à une solution miracle pour la zone euro, devant le congrès annuel du syndicat allemand IG Metall à Karlsruhe. Elle a également défendu l'idée d'une taxe sur les transactions financières mondiales.

Le prochain sommet de la zone euro ne suffira pas à résoudre définitivement la crise de la dette, a prévenu ce vendredi la chancelière allemande, Angela Merkel. "Il n'y a pas de solution unique, il n'y a pas de solution 'big bang'", a-t-elle déclaré devant le congrès annuel du syndicat allemand IG Metall à Karlsruhe.

Elle a ajouté qu'une décote sur la dette de la Grèce ne constituait pas non plus la panacée. Angela Merkel a en outre réaffirmé son scepticisme quant à l'efficacité d'éventuelles "euro-obligations". "Elles ne constituent pas non plus une solution miracle", a-t-elle dit, jugeant que "dans la situation actuelle, elles ne seraient pas une aide".

Par ailleurs, elle a défendu la taxe sur les transactions financières : "il n'est pas possible que ceux qui, à l'extérieur de la zone euro, nous appellent toujours à agir contre la crise, refusent dans le même temps l'instauration d'une taxe sur les transactions financières".

Ces déclarations interviennent alors que les Européens vont essayer de convaincre les autres grandes puissances mondiales qu'ils agissent pour stopper la crise de la dette en zone euro. En effet, les ministres des finances et les présidents des banques centrales des pays riches sont réunis ce vendredi et jusqu'à samedi à Paris pour préparer le sommet du G20 qui doit se tenir les 3 et 4 novembre prochain.

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G20 cherchent notamment des solutions à la crise de la zone euro pour éviter une contagion à l'économie mondiale.

De son côté, Bercy a déclaré la veille remettre la BCE au centre du sauvetage de la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2011 à 17:42 :
Elle a raison sur pas mal de points, sauf sur les obligations européennes. Natürlich, car ça obligerait l'Allemagne à rémunérer plus cher ses emprunt qu'actuellement. Une solution simple serait des obligations Européennes globales excluant l'Allemagne, qui pourrait aussi les garantir moyennant un taux négocié. L'Allemagne pourrait parallèlement continuer à émettre ses propres obligations, moins rémunérées, tant que les investisseurs sont prêts à les acheter à ces conditions (tout comme les obligations US qui sont encore très demandées malgré le déclassement de leur credit rating).
a écrit le 14/10/2011 à 16:22 :
Pas de BigBang, mais très probablement un BIG CRUNCH sous peu....
a écrit le 14/10/2011 à 16:17 :
de grace Mme MERKEL soyez sans aucune indulgence avec notre président il faut faire payer les banques et rentrer dans le conseil d'aministration pour avoir un droit de regard sur l 'AVENIR!!!
a écrit le 14/10/2011 à 15:32 :
Selon des médias anglophones Merkel et Sarkozy ont décidé de toujours soutenir les banques; à commencer par DEXIA. Traduisez intégralement le texte des deux allocutions de ces clowns...Jean-Claude Meslin
a écrit le 14/10/2011 à 15:24 :
« Crise de la zone euro : Paris et Berlin avancent de concert »
Sacré rigolos, c'est justement ça qui a conduit la Zone Euro au bord du précipice.
L'axe franco-allemand empêche l'Europe Unie de se faire.
Ni la France ni l'Allemagne n'ont intérêt à ce que l'Europe des Nations fasse place à une vraie Union Européenne. La Zone Euro a dégénéré en une sorte de réserve privé pour les exportations de la France et surtout de l'Allemagne qui s'offre un excédent commercial de 14 Milliards par mois « PAR MOIS » d'où l'endettement de certains pays de la Zone Euro. Parce-que qui dit excédent dit forcement déficit, puisque il ne peut y avoie d'excédent sans déficit. Endettement (déficit) que le contribuable devra payer et qui aura profité seulement à la grosse industrie. (surtout allemande)
a écrit le 14/10/2011 à 15:12 :
La seule solution est que la Grèce sorte immédiatement de la zone Euro et se débrouille. Après tout ira mieux. Et si ce n'est pas le cas, les pays en difficultés devront faire de même.
Réponse de le 15/10/2011 à 9:45 :
non hélas tout n'ira pas mieux car tous les pays européens sont enmbourbées dans les dettes !

La solution : la fin de cette europe de technocrates incompétents, la fin de cette europe de la non croissance et de la non prospérité
a écrit le 14/10/2011 à 12:50 :
Je ne suis pas contre le principe d'une taxe financiere, ce a quoi je suis oppose, c'est de donner plus d'argent aux irresponsables politiques qui auront tot fait de le dilapider et qui devront, ensuite, creer de nouvelles taxes.
a écrit le 14/10/2011 à 12:45 :
A Merkel présente la particularité, contrairement à d'autres responsables politiques, de ne pas pratiquer la langue de bois, et de faire preuve en toute circonstance de réalisme. C'est sans doute le côté "sérieux, rigoureux" des germaniques. A force de tergiverser, de prendre des demi-mesures, on a repoussé l'échéance , mais on est à présent , acculé par les marchés, dans une impasse.Il est plus facile de berner les électeurs que les marchés ...
a écrit le 14/10/2011 à 12:15 :
Pas de solution "big bang" (comprendre nous n'avons pas de solution à long terme à cette crise, nous ne faisons que repousser éternellement les problèmes)
Réponse de le 14/10/2011 à 12:38 :
comme vous avez raison. quand on ne fait qu'emprunter pour les dépenses courantes, sans jamais rembourser le principal, c'est la faillite à plus ou moins long terme, et, dans le cas d'un état, c'est un peu plus à long terme. Tout est une question de ce qu'on peut lui piquer par la suite
Réponse de le 14/10/2011 à 13:12 :
je peux me tromper mais c'est très probablement un message direct au 'junior partner' (N. Sarkozy) qu'il peut toujours rêver à la transformation du FESF en banque avec effet de levier.
Réponse de le 14/10/2011 à 13:32 :
pouvez vous me donner la définition que vous donnez des dépenses courantes ? merci
Réponse de le 14/10/2011 à 14:55 :
dépenses courantes: l'armement, les allocations chomages retraite, santé, paiment des fonctionnaires, des infracstructures et entretiens public... ect ect ect, la liste est trop longue.. pour notre mal?Bien être??
a écrit le 14/10/2011 à 12:12 :
Les Allemands vont tout simplement sortir de ce foutoir de zone Euro. Tout s'effondrera comme un château de carte le lendemain pour le bien des États et des peuples. Chacun retrouvera sa monnaie et pourra dévaluer a sa guise pour créer de la croissance et de ce fait réduire considérablement son déficit... Arrêtons le génocide programmé des peuples sous les coups de butoir des mesure d?austérités!!!! Cette Europe la ressemble de plus en plus au 4eme Reich.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :