Une nouvelle corde à l'arc du FESF ?

 |   |  298  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pourrait fournir des garanties aux investisseurs qui achètent de la dette souveraine émise par un Etat membre, a déclaré ce vendredi une source européenne.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pourrait garantir de la dette souveraine émise par un Etat membre, a déclaré vendredi une source européenne. L'initiative encouragerait les investisseurs à en acheter car la dette souveraine est jugée trop souvent risquée. Cette idée offrirait une sorte d'assurance aux investisseurs contre des pertes potentielles et augmenterait de fait la puissance de tir du FESF.

"Au lieu d'acheter 100% (de l'obligation d'Etat), le FESF pourrait garantir, par exemple, 20% du montant de la dette émise auprès des investisseurs privés", a expliqué la source. Les marchés financiers s'inquiètent de ce que la taille du FESF, actuellement doté de 440 milliards d'euros, soit insuffisante pour lui permettre à la fois de venir en aide à un grand pays de la zone euro tout en renflouant les banques fragilisées de la région.

Les dirigeants européens prônent une recapitalisation des banques du continent qui pourrait d'après certaines estimations coûter entre 100 et 200 milliards d'euros, voire plus. Le directeur financier du FESF a de son côté estimé ce vendredi que les demandes auprès du fonds de sauvetage pour ces recapitalisations pourraient être limitées, le secteur privé et les Etats devant être sollicités en premier.

"Vous devez aussi prendre en compte le fait que l'Irlande, le Portugal et la Grèce ont déjà mis de côté des sommes pour les recapitalisations des banques dans le cadre de leurs programmes", a dit à la presse Christophe Frankel. Il a ajouté que le FESF se tournerait également vers le marché monétaire, rendant son financement plus flexible et diversifié. "Nous mettrons en place une stratégie de financement à court terme qui pourrait être structurée autour d'un programme de bons", a expliqué Christophe Frankel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2011 à 22:01 :
Tout cela n'est pas très rassurant.

Si l'on en croit certains analystes, le FESF pourrait agir en justice contre les Etats, mais personne n'aurait le droit de se retourner contre lui en cas de mauvaise action...

A lire ici : http://goo.gl/ehu1M
a écrit le 14/10/2011 à 16:42 :
Tout cela n'est que spéculation, et le FESF ne dispose pas dans ses statuts de procéder ainsi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :