La révolution économique du "Printemps arabe" reste à faire

La Tunisie organise dimanche ses premières élections depuis vingt-trois ans. Toute la région souffre d'un chômage accru, et les investisseurs hésitent à s'engager.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Dix mois après qu'un jeune marchand de fruits s'est immolé par le feu en signe de désespoir et de protestation, enclenchant les soulèvements populaires du « Printemps arabe », la Tunisie organise dimanche ses premières élections libres depuis 23 ans. Un vote qui n'est qu'une première étape : les électeurs doivent choisir entre 110 partis, et quelque 1.600 listes pour élire ceux qui formeront l'Assemblée constituante. Le taux de chômage a bondi jusqu'à 18 % cette année, et les investissements se sont taris: un coktail amer mais inévitable.

« L'économique et le politique ne peuvent qu'aller de pair. Un cadre économique et social apaisé est nécessaire à l'établissement d'une démocratie », explique Elyes Jouini, vice-président de l'université Paris-Dauphine et ancien ministre du gouvernement de transition tunisien, au printemps dernier. Si la route est longue, et les embûches nombreuses, la Tunisie s'en sort bien. Le Conseil National de Transition libyen a eu beau se féliciter de la disparition de l'ancien leader Kadhafi (lire en page 40), le pays pétrolier se retrouve exsangue après plusieurs mois de conflits et de bombardements, et aussi très divisé. En Egypte, les militaires ont succédé aux militaires : les conditions d'une transition démocratique restent lointaines, tout comme en Syrie où le bain de sang se poursuit depuis plusieurs mois.

Souvent à l'origine de la révolte sociale, le chômage s'est aussi, et sans surprise, accentué depuis l'hiver dernier dans toute l'Afrique du Nord alors que l'économie ralentissait. Le chômage des jeunes, qui représentent plus de la moitié de la population des pays du Maghreb, reste le principal enjeu de la région. La demande de main d'?uvre qualifiée n'a pas suivi l'effort réalisé dans les années 1970 par la Tunisie ou l'Egypte pour élever le niveau d'éducation de la population. Aujourd'hui, « aucune des économies n'est capable de trouver un modèle pour faire face à ce « tsumani » de jeunes travailleurs », remarque Samir Aïta, président du Cercle des économistes arabes.

Après avoir connu des régimes qui « captaient les rentes et bloquaient l'économie », le changement initié par les «révolutionnaires» est libérateur, reconnaît-il. Mais, pour lui, une aide financière extérieure sera nécessaire pour endiguer les problèmes structurels. Toutefois, la générosité des Etats européens qui doivent régler leurs propres problèmes financiers aura des limites.

En avril dernier, la France a contribué à une aide internationale en versant 350 millions d'euros via l'Agence française de développement (AFD), à la Tunisie. Mais cet effort finance des projets, alors que le pays a plutôt besoin d'un soutien budgétaire direct. « Pour 2012, le soutien de l'AFD risque d'être nettement inférieur à son rythme d'investissement pour 2009 et 2010 », estime Radhi Meddeb, PDG de Comete Engineering.

Les pays du Golfe ont, en revanche, manifesté leur intérêt. Mais s'ils volent au secours des pays d'Afrique du Nord, les modèles de gouvernance risquent d'être éloignés des systèmes démocratiques auxquels aspirent les « révolutionnaires », selon Samir Aïta. Quoi qu'il arrive, il faudra du temps pour que la région retrouve une stabilité politique et économique: « 10 à 15 ans», selon le président du Cercle des économistes arabes.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 22/10/2011 à 12:01
Signaler
quelle révolution ? Une immense majorité des populations est pauvre , analphabète et soumise à l'emprise de la charia de l'alliance scélérate du sabre et du goupillon . C'est certain qu'il y a des gens qui voudraient une vraie libéralisation mais q...

à écrit le 21/10/2011 à 15:17
Signaler
Il serait en effet plus que temps qu'ils suivent notre exemple !

à écrit le 21/10/2011 à 12:22
Signaler
Il faut le dire. Le tribalisme ou la féodalité, ça peut s'apparenter à une sorte de décentralisation, mais c'est pas vraiment ce qui marche le mieux avec le développement économique. Les seigneurs de la guerre, c'est pas trop propice au décollage du ...

le 21/10/2011 à 15:57
Signaler
Je confirme.

à écrit le 21/10/2011 à 11:49
Signaler
Vous n'y pensez pas j'espere ! Vous n'ecoutez pas les écolos qui nous disent que l'on consomme trop, qu'ils faut se restreindre, qu'il faut deconsommer, qu'il faut décroisser,qu'il faut retourner au moyen age ,voire au néolythique ,ils ont des solut...

à écrit le 21/10/2011 à 9:31
Signaler
je commence à me dire que Marine a raison, y'a bien une conspiration contre le fn. quand elle a eu ce discours là hier sur une radio, c'est tout juste si le journaliste voulait pas lui faire dire que kadafi aurait mieux fait d'être encore là.. alors ...

le 21/10/2011 à 12:04
Signaler
La liberté et son corolaire la démocratie sont elles un but ou un moyen?Si on vit en liberté dans une société democrate et que l'on ne demande rien à quoi bon changer!C'est donc le but qui importe ,qui leur importe à eux !Lequel est -il!Consommer com...

le 22/10/2011 à 8:44
Signaler
en consommant responsable, je pense que tout habitant sur terre peut manger à sa faim, avoir un toit, une activité qui lui génère un revenu. le tout est de savoir si on veut continuer avec un ratio de 10% de la population qui controle 90% des richess...

à écrit le 21/10/2011 à 8:20
Signaler
Une révolution et tout est facile ! Quelle illusion ! Une révolution et tout est à faire. Période de tous les dangers où s'aiguisent les apétits. Des dictatures différentes pour succéder à une dictature. Tous les Etats sont à la recherche de dirigean...

à écrit le 21/10/2011 à 8:02
Signaler
quelle difference entre une dictature et une entreprise?coluche disait dans uns dictature on te dit ferme la et dans une democratie on te dit cause toujours. dans une entreprise il y a un patron qui donne des ordres et du personnel qui doit les execu...

le 21/10/2011 à 9:34
Signaler
Votre vision anti libérale du monde de l'entreprise est déplorable. Opposer employeurs et employés est archaique et est teinté par votre propagande collectiviste. L'économie libérale jamais appliquée en France, ou trop timidement, a tout de même créé...

le 21/10/2011 à 12:19
Signaler
Les gens qui n'aiment pas l'économie liberale ont et auront le soucis absolus d'éviter de commercer avec vous les libéraux.Chose trés facile à faire en créant des circuits qui vous évitent ,en developpant des reseaux commerciaux communautaires ,mutua...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.