La Chine salue le plan européen contre la crise de la dette

 |   |  588  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Chine a salué jeudi le plan anticrise annoncé par l'UE à Bruxelles, estimant qu'il devrait "soutenir la confiance des marchés" et insuffler une "nouvelle vitalité" à l'intégration européenne.

Après des discussions marathon cette nuit, la zone euro a réussi à boucler jeudi matin un plan censé assurer sa survie. Ce plan prévoit notamment une réduction de la dette de la Grèce de 50% et la mobilisation de 1.000 milliards d'euros via le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour empêcher la contagion à l'Espagne et l'Italie.

La Chine, deuxième économie mondiale, "salue le consensus européen sur la crise de la dette au sommet européen", a déclaré Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, ajoutant "qu'il aidera à soutenir la confiance des marchés en promouvant un développement économique durable de l'Union européenne et de la zone euro et en insufflant une nouvelle vitalité à l'intégration européenne".

"Nous souhaitons une Union européenne et une zone euro stables sur le plan économique. Nous pensons qu'une croissance continue, stable et saine de l'UE, qui est la première économie mondiale, est vitale pour la reprise économique mondiale", a poursuivi Jiang Yu.

Conférence téléphonique entre Nicolas Sarkozy et Hu Jintao

Lors d'un point de presse régulier, cette dernière a confirmé que le président chinois Hu Jintao devait s'entretenir jeudi matin au téléphone avec son homologue français pour "un échange de vues sur la situation financière internationale".

"La Chine soutient les mesures actives de l'Europe pour répondre à la crise financière. Nous devrions explorer les moyens de renforcer la coopération bilatérale sur la base d'un bénéfice réciproque", a également affirmé la porte-parole chinoise.

La Chine prête à abonder le FESF

A Bruxelles, les pays de la zone euro ont décidé de démultiplier la puissance de feu du FESF en portant ses garanties à 1.000 milliards d'euros. Ils ont opté pour un mécanisme permettant de mobiliser davantage de fonds, sans que les Etats ne dépensent plus: un "effet de levier". A ce dispositif serait ajouté un autre mécanisme, un fonds spécial, peut-être adossé au FMI, qui accueillerait les contributions de pays émergents comme la Chine. Mais aucun montant n'a été annoncé.

De même que le Japon, Pékin serait prêt à abonder le Fonds européen de stabilité financière (FESF), mais aucun responsable chinois n'a pour l'instant confirmé cette information. Le directeur du FESF, Klaus Regling , est d'ailleurs attendu à Pékin vendredi. "Je ne peux pas vous dire qui il rencontrera", a simplement dit la porte-parole chinoise.

La Chine, qui détient 3.200 milliards de dollars de réserves de change, serait bien placée pour investir, d'autant qu'elle possèderait déjà plus de 500 milliards de dollars de dette souveraine européenne. Ces dernières semaines, le pays a plusieurs fois réitéré son soutien à la zone euro tout en engageant les Européens à faire le ménage chez eux en menant des réformes de fond.

Cette aide chinoise pourrait permettre de crédibiliser l'accord arraché hier, mais fait aussi grincer des dents en France. Certains craignent en effet une forme d'ingérence financière de la Chine dans les affaires européennes. C'est le cas de Dominique Paillé, membre du Parti radical. "Malgré une négociation âpre et le travail accompli, je m'interroge sur l'opportunité de se lier à des investisseurs étrangers, avec au premier rang la Chine. Cette porte ouverte, nouvelle, qui lui est offerte, n'est pas neutre pour l'avenir", s'inquiète le député des Deux-Sèvres dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2011 à 14:20 :
Qu'est ce que c'est révélateur cette photo!
Sarko en train de convaincre Hu; le Chinois qui regarde avec méfiance, cette France et l'occident en décadence!!
a écrit le 29/10/2011 à 17:05 :
La Chine veut surtout retarder la chute de l'UE pour mieux s'y préparer.
Réponse de le 07/11/2011 à 14:14 :
Tres bien dit!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :