Papandréou remporte le vote de confiance au Parlement grec et prépare sa sortie

 |   |  465  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement de George Papandreou a obtenu la confiance du parlement grec dans la nuit de vendredi à samedi, un sursis pour le Premier ministre qui a appelé à la formation d'un cabinet de coalition.

Papandreou a semblé préparer sa sortie lors du discours prononcé avant le vote de confiance, indiquant qu'il était prêt à quitter ses fonctions.

Un entretien devait avoir lieu samedi à 10h00 GMT avec le président Karolos Papoulias pour, a-t-il dit, plaider en faveur d'un gouvernement de coalition chargé de mettre en oeuvre le plan de sauvetage défini la semaine dernière à Bruxelles.

La confiance, obtenue avec 153 voix sur 300, évite à la Grèce des élections anticipées que l'opposition conservatrice appelait de ses voeux et qui auraient torpillé l'accord trouvé à Bruxelles. Mais la crise politique, sociale et économique demeure.

En laissant entendre qu'il était prêt à céder sa place, Papandreou a semblé convaincre les rebelles du parti socialiste (Pasok) de rester dans le rang.

"Mon poste est la dernière chose dont je me soucie. Peu importe même que je ne sois pas réélu. (...) Je n'ai jamais conçu la politique comme une profession", a dit le Premier ministre.

Papandreou a précipité sa chute en annonçant lundi un projet de référendum sur le dernier plan de sauvetage en date, à la surprise et la grande colère de ses partenaires européens. L'abandon de cette idée a été confirmé vendredi par Athènes.

GOUVERNEMENT DE COALITION, PAS D'UNION NATIONALE

Selon plusieurs sources, Papandreou s'est mis d'accord avec son ministre des Finances Evangelos Venizelos pour quitter le pouvoir et lui laisser le soin de former le gouvernement de coalition.

Venizelos aurait obtenu l'appui des dirigeants de plusieurs petits partis à la future coalition, dont un parti d'extrême-droite et un autre de centre-droit.

Le parti conservateur, Nouvelle démocratie, n'y participera pas au motif que le Premier ministre a rejeté l'idée d'un gouvernement d'unité nationale. "Monsieur Papandréou a rejeté notre proposition. La seule solution, ce sont des élections", a dit son dirigeant Antonis Samaras.

La nature de ce futur gouvernement est encore ouverte au débat, mais il devra être composé de responsables politiques, a dit Venizelos au parlement.

Il aura pour objectif d'éviter une faillite du pays avant des élections anticipées dans quelques mois.

Depuis la révélation de l'étendue des déficits et de la dette publics après le retour au pouvoir des socialistes fin 2009, les Grecs ont dû subir une cure d'austérité drastique, mêlant hausses d'impôts, baisses de salaires et de pensions de retraite, privatisations et coupes claires dans les dépenses de l'Etat, en échange de l'aide financière de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

Cette politique, qui a plongé le pays dans une profonde récession sans remettre suffisamment à niveau les comptes publics, a provoqué des grèves et des manifestations qui ont parfois dégénéré en violences.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2011 à 10:07 :
Papandreou, on la déjà dit (enfin quelques chroniqueurs avisés) a jeté le pavé dans la marre grecque. Il a placé aussi bien ses propres troupes que l'opposition devant ses responsabilités en lançant son initiative de référendum, mais aussi l'opinion publique grecque qui n'a pas l'air de se rendre compte dans quelle merde elle se trouve. Le fait est que le premier à être éclaboussé, bien sûr, c'est lui, ensuite il a été passé à la douche glacée servie par le maître de cérémonie. Mais cet homme (M. Papandreou) ne me semble pas malhonnête au plus maladroit ou un peu à bout, en tout cas moins que la plupart des responsables qui l'ont précédé ou qui siègent encore au Parlement grec. De plus Papandréou a rendu service aux européens puisqu'il a permis de placer l'Italie sous tutelle sine die, un autre pays qui n'a pas fait ce qu'il fallait et depuis longtemps, et qui doit se mettre impérativement aux normes. Le fait est que nous ne sommes pas très éloignés de l'Italie si on regarde bien, des travers auxquels le chef de l'Etat et le gouvernement n'ont absolument pas apporté de réponse proportionnée, élections,corporatismes et aveuglement obligent. Ou bien c'est un big bang en France avec la fin des niches fiscales, de la fraude fiscale et de l'évasion fiscale et le remboursement des cadeaux consenties lamentablement aux rentiers de l'immobilier, ou c'est la mise sous tutelle de la France, donc M. Berlusconi est certainement un incapable, nos dirigeants politiques de tous bords ne sont valent mieux, des hypocrites, des couards, des irresponsables, des incompétents, et pour certains d'entre eux des corrompus ou 'abuseurs' de biens sociaux. ça commence à sentir le souffre, on peut craindre qu'un Hollande ne soit un remake de XVI, à sa place je n'irai pas, faut être vraiment inconscient et incapable pour prendre le poste.
Réponse de le 06/11/2011 à 14:50 :
Il est certes maladroit et irritant, mais il agit et agit globalement dans le bon sens. Chirac n'a pas agit, Mitterand a fait des erreurs. Hollande ne fera rien...ah si..des blagues ! A vous de choisir, mais soyez pragmatiques.
a écrit le 05/11/2011 à 9:21 :
Rien à voir avec le sujet, mais cette information mérite d'être portée à la connaissance du plus grand nombre :
Le ministère de l'écologie publie une liste des véhicules faisant l'objet de rappel. A CONSULTER si vous avez une acquisition cette année ou si vous souhaitez le faire. Vous saurez ainsi si vous avez (ou allez) fait une bonne affaire : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Signalements_2011-2.pdf
a écrit le 05/11/2011 à 9:11 :
comment peut on reconduire un homme pareil qui change d'idée du jour au lendemain , il n'est pas du tout crédible !!
et qu'on confie nos sous à un homme pareil
Réponse de le 05/11/2011 à 10:40 :
C'est sûr, avec la Nouvelle démocratie au pouvoir, la faillite de la Grèce aurait été plus rapide...
a écrit le 05/11/2011 à 8:36 :
Ce n'est pas ce qui va remplir les caisses de l?État. Au bout du compte il faut surtout sauver les banques françaises et allemandes empêtrées dans ce capharnaüm. Plus le temps passe plus le trou se creuse. La sortie de l'UE approche. Comme par hasard ce sera un beau jour la solution miracle.
a écrit le 05/11/2011 à 8:24 :
Pour l'instant, ce qu'il veulent c'est le versement de 30 milliard...
Mais après ??
a écrit le 05/11/2011 à 8:00 :
Bien joué pour Papa, la manoeuvre d'enfumage du peuple est réussie. Comme quoi, la monarchie républicaine de la famille Papandréou est efficace .
a écrit le 05/11/2011 à 7:39 :
le but de la man?uvre serait qu'il a enfin réussi à impliquer la droite grecque qui était en embuscade ...Pour vous dire que ce n'est que de la politique intérieure. Qui va etre nous Papaandréou français ? Là j'ai peur ...
a écrit le 05/11/2011 à 7:39 :
Ca veut dire qu'il va falloir casquer pour eux. Se serrer encore plus la ceinture pour eux sans espoir de revoir nos billes.
Réponse de le 05/11/2011 à 9:14 :
Peut-etre, Michel. mais les laisser tomber serait pire pour nous sinon vous pensez bien que Sarkosy et Merkel l'aurait fait sans hesitation. Vous ne pensez tout de meme pas qu'ils sont aides par altruisme, par amour du prochain.
Réponse de le 05/11/2011 à 10:39 :
Tout à fait d'accord Alan John. Le hic c'est qu'en mars 2012, l'échéance de la Grèce est beaucoup plus importante qu'elle ne l'est en décembre de cette année. Et qui va payer ?? (au moins deux fois plus!)
Réponse de le 05/11/2011 à 11:41 :
D'accord aussi avec vous, Michel. Nous ne sommes pas encore sortis de cette Auberge...Espagnole qu'est devenue l'Europe. Et ce n'est pas une petite auberge. Nous sommes 27.
a écrit le 05/11/2011 à 6:55 :
L'Euro est sauvé ! L'Euro est sauvé ! L'Euro est sauvé...ou pas !
Réponse de le 05/11/2011 à 7:34 :
Vi,vi,vi : L'euro est sauvé.
Pour deux a trois mois !
a écrit le 05/11/2011 à 0:17 :
La Grèce va donc continuer a être une épine dans le pied de l'Europe.
Réponse de le 05/11/2011 à 7:35 :
Si la grece equilibre sont budget coute que coute !
Alors tout ira bien dans le meilleurs des mondes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :