Le coût de financement de l'Italie s'envole

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Rendez-vous important des marchés ce lundi, l'émission obligataire italienne a suscité l'intérêt des investisseurs. Mais au prix fort : un taux de 6,29% pour un emprunt à cinq ans.

Mission accomplie. Les opérateurs attendaient avec anxiété ce nouveau rendez-vous phare des marchés obligataires : la première émission italienne de l'ère post-Berlusconi. Le trésor italien devait en effet lever des capitaux à cinq ans. Il est parvenu à ses fins sans encombre. Mais à un taux fort élevé. Rome a en effet alloué 3 milliards d'euros à 6,29%. Selon Bloomberg, il s'agirait du taux le plus élevé depuis 14 ans, - juin 1997, deux ans avant la naissance de l'euro -. La précédente opération similaire, réalisée le 13 octobre, avait été bouclé à un taux de 5,32%. Soit près de 100 points de base en dessous. De fait, les investisseurs étaient au rendez-vous. Leur demande atteignait les 4,4 milliards d'euros. Soit un ratio de couverture (demande/montant alloué) décent de 1,47, plus élevé que celui constaté lors du placement d'octobre (1,34).

La semaine passée déjà, au  lendemain de l'annonce du départ de Silvio Berlusconi de la présidence du conseil des minitres, Rome avait dû consentir à un taux de 6,087% pour lever des capitaux à un an seulement. Un mois plus tôt, il ne lui en avait coûté que 3,57%.

Les investisseurs attendent maintenant d'en savoir un peu plus s'agissant de l'Ialie. Dimanche soir, le président Giorgio Napolitano a demandé à l'ancien commissaire à la concurrence, Mario Monti, de former un nouveau gouvernement. A charge pour lui d'appliquer des mesures de restriction budgétaire destinées à ramener dans le droit chemin un pays dont la dette pèse quelque 1.900 milliards d'euros et dont les besoins de financement ont jusqu'à présent été évalués à 235 milliards d'euros pour 2012.

Dès vendredi, la perspective de l'arrivée de Mario Monti et le vote par le Sénat de mesures avait provoqué le réel soulagement sur le marché. Pointé jusqu'à 7,48%, le taux à dix ans italien était revenu jusqu'à 6,48% à la veille du week-end. Mais il semble ce lundi avoir quelques difficultés à aller bien au delà. Alors que le rendement s'était détendu jusqu'à 6,34% avant l'adjudication, il repartait en sens inverse ensuite. A midi, le taux à 10 ans transalpin flirtait à nouveau avec les 6,56%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2011 à 15:33 :
Il faut croire que les banksters se fichent même des coups d'état (Italie Grèce). Un caniche à la tête des états nous coûterait quand même moins cher.
a écrit le 16/11/2011 à 14:30 :
L'Italie doit quitter la Zone Euro. Il n'y a pas de salut pour elle tant que l'axe franco-allemand fera loi dans la Zone Euro. Il faut donc qu'elle essaye de rejoindre la Grand-Bretagne pour essayer de stopper la domination de l'Europe par l'Allemagne et son vassal, la France.
"une harmonisation du social" voulue par la mêre Merkel, mais avec quels sous ma pauvre Angela? Comment voulez-vous que le gouvernement grec, portugais, espagnol et même italien paye un RMI aux chômeurs? Ou prendre l'argent? Il faut d'abord songer à payer les dettes. D'ailleurs l'Allemagne devrait songer à en faire autant.
a écrit le 14/11/2011 à 17:24 :
Fort heureusement, la directive concoctée par Michel Barnier va interdire la publication de mauvaises nouvelles en Europe. Qu'on se le dise à La Tribune !
a écrit le 14/11/2011 à 16:18 :
les etats devraient augmenter leurs fiscalités comme cela ils eviteront de toujour faire des emprunts
Réponse de le 14/11/2011 à 16:41 :
Stop, aux impots !
La seul solution et la baisse des dépenses !
Réponse de le 14/11/2011 à 17:33 :
@ miro69
Si les (certains) états augmentent leur fiscalité (impôts) la délocalisation sera encore plus forte. Parce-que cetains états, pour attirer les investitisseurs, ont une fiscalité trés attrayante pour les entreprises et comptent bien la laisser ainsi.
Réponse de le 14/11/2011 à 22:10 :
la première solution est l'orthographe
Réponse de le 15/11/2011 à 7:21 :
Vous qui ête si fort en orthographe, grammaire et syntaxe :
Je vous précise pour la bonne forme :
que les phrases commencent par une majuscule et ont un point à la fin !!

(Faites donc votre "ménage" chez vous avant de donner des leçons!)
Pour info, en banlieue l'on manque de prof, allez donc y faire cours, vous serez bien occupé, cela nous fera des vacances.
a écrit le 14/11/2011 à 16:01 :
C'est fait pour l'Italie, ils sont foutus.... AU SUIVANT SVP ... "faites vos jeux"
Réponse de le 14/11/2011 à 16:34 :
les jeux sont fait !
Rien ne va plus !
5/1 que le suivant c'est la France ! Mise 10.000,00 euros !
Réponse de le 14/11/2011 à 19:46 :
:-)) "La banque Gagne !"
a écrit le 14/11/2011 à 12:36 :
On est les marchés, on fait les règles, on démantèle les économies et pays selon nos objectifs, un point c'est tout. J'oubliais d'ajouter : c'est juste le début. A bon entendeur
Réponse de le 14/11/2011 à 13:54 :
Ho tout le monde a peur de votre puissance ...
Réponse de le 14/11/2011 à 15:30 :
Peur non, soyez préparé c'est un simple conseil. On ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Surtout que maintenant que l'on a encore plus de pouvoirs que le suffrage universel des peuples pour leur imposer nos propres candidats en quelques semaines, on va bien en profiter. (lire le commentaire ci dessous de "More"), il a juste oublié Braghi, la dream team est en place.
Réponse de le 14/11/2011 à 16:40 :
@insider,
Alors dit moi tout :
- Quels sont les objectifs du marché ??
- Quand mettez vous définitivement l'Italie en faillite ?
- Idem pour la France ??

SVP, n'oubliez pas de poster les dates (jj-mm-aaaa)
Merci
Réponse de le 14/11/2011 à 18:47 :
Un secret de polichinelle : Bilderberg 2011, la réunion en Suisse qui a lieu tous les ans, renseignez vous sur la liste des inscrits.
Mettre en faillite n'est pas notre objectif, juste asservir et controler le peuple par sa paupérisation programmée, lui laisser assez pour consommer un peu, mais guère plus. Un peuple ruiné n'est pas rentable, un peuple qui doit rembourser ses dettes à 6% d'interet, là c'est bigrement interessant.
Le "peasant" a assez pour acheter sa TV LCD ou son portable, il est ainsi conditionné et maléable à merci.

Savez vous que le 1er janvier prochain le Maroc fera partie intégrante du marché européen ? Et oui, une disparition totale des frais de douanes entre le Maroc et l'Union Européenne en 2012 alors qu'en 2000 ces frais de douanes étaient de 17%. A votre avis à qui cela profite et pouquoi aucun politicien n'a le courage de l'annoncer publiquement ? Les pieces de l'Airbus 350 sont deja produites en Tunisie et Maroc, ca c'est du projet européen qui a de l'allure !
Les fonds europeens pour financer le metro sous-marin à Istanbul, ca vous a plu ? On démantèle l'Europe au profit de pays à bas couts en attendant que l'Europe devienne a son tour un pays a bas cout, d'ici 5 à 10 ans max. Le fatalisme s'installe dans la population qui ne dit rien et subit gentiment son sort programmé.
On oblige à les dépenses sociales au maximum car ces dépenses publiques ne rapportent rien par rapport aux aides aux pays en développement (aides a la delocalisation) ou industrie de l'armement ou médicale. Et on attend que les Etats bradent les bijoux de famille par le biais de jolies privatisations (ports en Grece, milices privées pour remplacer la Police dont les effectifs sont en baisse alors que l'insecurite augmente ...), privatisation de la santé (la on va se regaler car en Europe vous etes accros aux bons soins qui vont devenir payants). Regardez, on vient d'annoncer qu'en 2013 ce sera la fin des aides alimentaires aux désoeuvrés européens. La voie est bien droite et tracée à la serpe, croyez moi.
Réponse de le 15/11/2011 à 7:24 :
je ne crois pas à la théorie du complot
Réponse de le 15/11/2011 à 8:20 :
@ gg

Mais peut-être avez vous tort sur ce point
Réponse de le 15/11/2011 à 8:22 :
@ Insider

Il serait plus que temps en effet de se préoccuper de la situation des USA (cachez cette dette abyssale que je ne saurais voir...). La roue tournera et retournera.
Réponse de le 15/11/2011 à 11:27 :
Prochaine reunion Bilderberg, faites vous inviter pour venir ecouter, vous apprendrez beaucoup de choses interessantes.
a écrit le 14/11/2011 à 12:11 :
Monti , papademos , Barroso , Lagarde ont un point commun : tous sont sous l'emprise du système américain leur premier employeur ! Ils ne servent pas les intérêts européens mais ceux des banquiers yankees
a écrit le 14/11/2011 à 11:52 :
Autrement dit, tous les plans d'austérité décidés et votés par le gouvernement sortant ne servent à rein puisque ils sont largement dépassés par l'augmentation des taux d'intérêt que l'Italie doit payer sur cet emprunt à 5 ans. Faites le calcul par rapport aux 2% que payerait l'Allemagne sur la même somme et la même durée et vous constaterez que de tuer l'économie à coup de plan d'épargne ne sert à rein. Quand on sait que l'économie italienne a perdu des parts de marché en faveur de l'Allemagne et de la France, on se rend compte que ce ne peut être la bonne solution. Une solution franco-italienne est indispensable.
a écrit le 14/11/2011 à 11:50 :
Et dire que cela va bientôt être notre tour, car n'oublions pas que si l'Italie a 1900 miliards d'euros de dettes cumulées, nous en sommes à 1700 milliards et progressons à vitesse grand V vers 1800 milliards, (voir le compteur de la dette française, qui est défile à une vitesse hallucinante).
Réponse de le 14/11/2011 à 22:19 :
le compteur quel outil idéologique ! et si on ouvrait un compteur de création monétaire ?? chiche ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :