La première banque italienne, Unicredit, dévoile une perte colossale

 |   |  256  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Unicredit a accusé une perte nette de 10,6 milliards d'euros, au troisième trimestre, alors que les analystes sondés par Bloomberg tablaient sur un bénéfice de 7,4 millions. La banque prépare une augmentation de capital de 7,5 milliards d'euros, et s'apprête à supprimer 5.200 postes en Italie.

Les analystes étaient loin du compte. Unicredit, la première banque italienne en termes d'actifs, a clos le troisième trimestre sur une très lourde perte de 10,6 milliards d'euros, bien loin du bénéfice de 7,4 millions escompté par les experts interrogés par l'agence Bloomberg. Et plus loin encore des 334 millions d'euros de profits engrangés un an auparavant. A l'origine de cette perte surprise, qui faisait plonger le cours de Bourse de 9% à 15h30 : des dépréciations d'actifs de près de 10 milliards d'euros, liées à la dégradation du "contexte macro-économique et réglementaire."

5.200 postes seront supprimés en Italie

Aux grands maux les grands remèdes. Unicredit, seul établissement italien à figurer parmi les 29 banques mondiales dites systémiques, s'apprête à supprimer 5.200 postes en Italie, soit un peu plus de 8% de l'effectif global de la banque, d'ici à 2015. La banque espère dégager à cet horizon un bénéfice net de 6,5 milliards d'euros, grâce à un recentrage sur ses activités en Italie et en Europe centrale et orientale.

Pas de dividendes et une augmentation de capital de 7,5 milliards

Toujours pour renforcer son bilan, Unicredit ne versera pas de dividende à ses actionnaires, au titre de l'année 2011. Cette dernière lancera également, au premier trimestre 2012, une augmentation de capital de 7,5 milliards d'euros, afin de porter son ratio de fonds propres durs à 9% au moins d'ici au 30 juin 2012, comme l'exige l'Autorité bancaire européenne. Dans le cadre de cette opération, les actionnaires recevront une nouvelle action Unicredit pour dix titres détenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2011 à 10:54 :
C incroyable cette perte colosalle !! et d'un coup çà prouve que les banques ne jouent plus leur vrai rôle c devenu une partie de casinos
a écrit le 15/11/2011 à 19:55 :
bizarre cette "paume" colossale...les dépréciations de goodwill restantes (Unicredit a déjà bien déprécié ses acquisitions lors des trimestres précédents...) ne me paraissent pas suffisantes pour expliquer ces 9 mdrs de perte.
Cela cacherait-il autre chose ? (perte trading non divulguée...?)
a écrit le 15/11/2011 à 9:53 :
Les analystes ne pouvaient pas deviner que la banque allait choisir d'annoncer des depreciations d'actifs au Q3!
En terme de resultat operationel, les previsions des analystes sont a peu pres corrects!
a écrit le 15/11/2011 à 9:49 :
Les analystes ne pouvaient pas deviner que la banque allait choisir d'annoncer des depreciations d'actifs au Q3!
En terme de resultat operationel, les previsions des analystes sont a peu pres corrects!
Réponse de le 15/11/2011 à 14:49 :
Et après ? Si l'on ne prend pas en compte les dépréciations potentielles et les risques dans le contexte économique et financier actuel, les analyses ne valent rien. De la poudre aux yeux.
a écrit le 15/11/2011 à 8:25 :
Je crois que les dits analystes vont pouvoir se trouver un nouveau job (s'ils y parviennent)
a écrit le 15/11/2011 à 8:24 :
Aaaah les analystes, les experts...Vous savez, ces gars qui, aussi, travaillent dans des agences de notation et "analysent" les dettes souveraines...
a écrit le 15/11/2011 à 8:03 :
Nous en sommes tous bien là. Les pays surendettés, soit a peu près tous les pays industrialisés non pétroliers, ne rembourseront pas l'intégralité de leur dette. Ainsi Unicredit n'est que le première grande banque d'une longue série à annoncer des pertes colossales et a avoir besoin de se recapitaliser pour ne pas sombrer. Rassurons nous tout de meme, une fois la tempète passée la part non négligeable du PIB destinée au paiement des intérets des dettes d'état restera dans le circuit de l'économie productive et tout le monde en profitera.
a écrit le 15/11/2011 à 5:41 :
un petit bonus pour la soif tout de même?

on n'est pas des brutes...
a écrit le 14/11/2011 à 22:34 :
..dans mes prévisions..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :