Le FMI dément le plan à 600 milliards d'euros pour l'Italie

 |   |  389  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds monétaire international (FMI) aurait préparé un plan de secours de 600 milliards d'euros pour l'Italie au cas où la crise de la dette de ce pays s'aggraverait, a affirmé dimanche le journal italien La Stampa, citant des responsables du FMI. Lundi, le FMI a démenti l'information.

Le Fonds monétaire international (FMI) a démenti lundi l'existence de discussions avec les autorités italiennes concernant un plan de secours pour la péninsule évoqué dimanche par la presse italienne.

"Il n'y a pas de discussions avec les autorités italiennes sur un programme de financement du FMI", a déclaré un porte-parole du Fonds dans un communiqué.
Selon le quotidien italien La Stampa, ce prêt, qui atteindrait entre 400 et 600 milliards d'euros, permettrait à l'Italie de disposer d'une fenêtre de 12 à 18 mois pour mettre en place des réductions budgétaires et des réformes économiques destinées à renforcer la croissance.

Le FMI garantirait des taux de 4% à 6% pour ce prêt, bien inférieurs au taux obtenus par Rome sur le marché où le taux des emprunts de l'Italie pour les obligations à deux et cinq ans ont dépassé les 7%.

La taille de ce prêt ne permettrait pas au FMI d'utiliser ses ressources traditionnelles et différentes possibilités sont à l'étude dont une éventuelle participation de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui serait garantie par le FMI, ajoute le journal.

"Ce scénario est envisagé du fait de l'opposition de Berlin à un rôle plus important de la BCE dans l'aide aux pays en difficulté car il permettrait de vaincre les réticences de l'Allemagne si le prêt était effectué sous strict contrôle du FMI", estime La Stampa.

L'institution s'est dotée mardi d'un nouvel instrument de prêt mieux adapté aux éventuels besoins de l'Italie, la Ligne de précaution et de liquidité (LPL), prévue pour être éventuellement utilisée en urgence, à la différence de la Ligne de crédit de précaution qu'elle remplace.

Théoriquement, le FMI peut désormais mettre à disposition de l'Italie 45,5 milliards d'euros sur six mois, sans passer par la procédure plus lourde et longue qui encadre les prêts à trois autres membres de la zone euro, la Grèce, l'Irlande et le Portugal.

Le FMI estimait en septembre les besoins de financement bruts de l'Etat italien à quelque 380 milliards d'euros.

La Bourse de Tokyo a terminé la séance de lundi en hausse de 1,56%, dopée par des informations sur cet éventuel plan d'aide du Fonds Monétaire International envers l'Italie endettée, avant que le démenti du FMI soit connu.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2011 à 4:27 :
Les Français ont bien vendu la Louisiane, les Russes ont bien vendu l'Alaska, les Italiens auront certainement des choses à vendre pour payer les intérêts de leurs dettes.
Réponse de le 28/11/2011 à 6:23 :
Oui, ils ont le Colisée, le dôme de Florence, la tour de Pise, etc.... Des monuments que l'on peut démolir en pièces détachées pour les vendre aux chinois, qui s'amuseront à les refaire chez eux, après avoir reconstitués les immenses puzzles...N'importe quoi....
a écrit le 28/11/2011 à 0:30 :
600 Milliards d'Euros ???????????? AU SECOURS!!!!!!!! FUYEZ!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 27/11/2011 à 22:30 :
qui va arreter cette machine infernale qu'est devenue la zone euro ?? on marche de plus en plus sur la tete.
a écrit le 27/11/2011 à 20:34 :
Fabuleux ! La FED prête des billets de Monopoly au FMI, lequel les re-prête à l'union européenne par le biais de la BCE qui transgresse là les deux articles fondateurs de l'Europe. Ainsi, les américains décident du sort de l'Europe par télécommande. C'est beau une démocratie.
Réponse de le 28/11/2011 à 2:41 :
On vous le dis depuis maintenant 14 siècles, rejoignez nous ; )
a écrit le 27/11/2011 à 20:10 :
d'apres zero hedge,c'est la fed qui fournit l'argent au fmi qui n'a plus un rond mais qui est le preteur officiel.apparament la fed a des euros.ou c'est peut etre la bce qui imprime en douce ,qui les fait passer a la fed qui fournit le fmi.comme cela,officiellement;la bce n'imprime pas
a écrit le 27/11/2011 à 18:56 :
Faisons une simplerèglede trois : 1 900 milliards de dettes pour l'Italie génèrent un plan du FMI de 600 milliards d'Euro ... donc poru la France dans le mois qui vient le FMI devra prévoir un plan de "sauvetage" de 600 divisé par 1 900 multiplié par 1 600 = 505,6 Milliards d'aides à verser entre les mains expertes de Sarkosz / Koppé / Fillon ... Mme Lagarde doit avoir les mains pleines, peut être un peu aussi pour Wuerth ?
Réponse de le 28/11/2011 à 10:21 :
La dette de la France n'est pas de 1900 milliards d'euros mais de 1600 milliards, meme s'il est vrai que vu les montants on est plus à 100 milliards près...
Réponse de le 28/11/2011 à 12:23 :
@ LACRUCHE. Quand vous dites "dette de la France", on ne pense pas à la "dette publique" mais à la "dette extérieure", ce qui veut dire le cumul "dette publique + dettes privées dues à l'étranger". Cette dette-là était de 4.698 milliards le 30 juin 2010 d'après la "liste de pays par dette extérieure" de wikipedia. Il est vrai que je ne connais ni les réserves de changes ni la position créditrice de la France sur l'étranger, si vous les connaissez merci de nous en informer.
a écrit le 27/11/2011 à 18:28 :
Mise au pas des nations pour une gouvernance supranationale .....Le fameux monde cité à chaque fois par mr NS et les autres...le nouvel ordre mondial...
Et bé on n'a pas fini de souffrir..et puis ce futur sous vidéo va être dur à modifier...
a écrit le 27/11/2011 à 18:14 :
Sortir de l'euro et dire que c'est l'état qui imprime ses billets et non des prédateurs!!!
Ou rester dans l'euro ...et rien changer...
a écrit le 27/11/2011 à 17:53 :
comme l'Allemagne ne souhaite pas reformer les traités pour que la BCE devienne un prêteur un dernier ressort, c'est au FMI de le devenir.

Un grand merci l'Allemagne pour sa solidarité, pays qui a qd même un ratio de dette publique plus de 80 % de son PIB.
a écrit le 27/11/2011 à 17:48 :
Voilà où ça mène de prendre l'habitude de tendre la main au marché pour boucler les budgets...
a écrit le 27/11/2011 à 17:48 :
Un puits sans "fonds" cette Europe ...
a écrit le 27/11/2011 à 17:43 :
Pourquoi pas 800 ou 900 ou 1500 milliards de milliards de milliards ? Après tout comme la dette est créée sur la capacité que l'on a à rembourser il suffit de faire un crédit sur 500 années. Système de tarés, démagos, faux culs, menteurs, décidément cette fin de civilisation est pitoyable, j'aimerais pourvoir la voir de l'espace et me barrer ailleurs mais cette Merd.... est partout ! Allez je vais ouvrir un parc à autruches, vive la dictature Européenne et ses mensonges.
Réponse de le 27/11/2011 à 19:51 :
Merci pour votre avis delicieusement drole et vrai :)
Réponse de le 27/11/2011 à 20:36 :
Une colère parfaitement justifiée. Traduisez-là dans les urnes pour qu'elle soit efficace, sinon, c'est donner un blanc sein aux tyrans.
a écrit le 27/11/2011 à 17:29 :
Et la semaine prochaine, ce sera quoi ?
a écrit le 27/11/2011 à 17:27 :
L'escroquerie du système bancaire international dans toute sa splendeur ! Leur but est simple, mettre sous perfusion les états endettés contre l'application de plans d'austérité pour permettre aux mêmes états de continuer à payer les intérêts de leur dette. Une véritable honte !

http://comprendreladette.free.fr
a écrit le 27/11/2011 à 17:21 :
La zone euro est devenu un petit village composé de 17 foyers qui font leurs achats quotidiens à crédit au supermarché avec les cartes bleues des voisins. La monnaie unique implique que chaque pays met la totalité de son patrimoine en garant pour les dettes des autres pays mais sans avoir quelconque droit sur la gestion financière des autres.
a écrit le 27/11/2011 à 16:51 :
Tout cela donne le vertige. La plupart des États sont au bord de la banqueroute.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :