Alexeï Navalny, blogueur et figure montante de l'opposition russe

 |   |  627  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Alexey S. Yushenkov / wikipedia)
Cet ex-boursicoteur débarque comme une météorite dans le système politique russe. Libéral, nationaliste, il embarque la classe moyenne dans une confrontation avec le pouvoir.

Il vient d'être emprisonné pour quinze jours, les télévisions d'État le traitent de néonazi et ses échanges d'emails avec son épouse ont été exposés aux yeux de tous. Cela n'empêche pas Alexeï Navalny, 35 ans, d'être la figure la plus rassembleuse de l'opposition russe. Le seul à avoir été acclamé sans sifflets par la foule de 80.000 à 120.000 manifestants réunie samedi dernier dans le centre de Moscou.

Cet avocat de formation s'est d'abord fait connaître en 2007 par son combat acharné pour le respect des droits des actionnaires minoritaires. Il a mis son nez dans les comptes mal tenus de grands groupes contrôlés par le Kremlin comme Transneft, Rosneft, Gazprom et VTB. Il y a découvert des gaspillages incroyables et une rétention d'information illégale de la part de groupes cotés en Bourse. Il a révélé au grand jour la collusion du pouvoir politique et d'une coterie d'hommes d'affaires introduits s'enrichissant sur le dos des contribuables comme des petits actionnaires. Son activisme a tellement irrité la direction des groupes en question qu'ils ont réclamé une nouvelle loi - surnommée « anti-Navalny » - permettant davantage d'opacité.

Loin de se décourager, il a compris qu'il n'avait d'autre choix que de plonger dans le bain politique. Il y est néophyte. À la différence des grandes figures de l'opposition libérale, comme Mikhaïl Kassianov (Premier ministre de Poutine de 2000 à 2003), ou de Boris Nemtsov (vice-Premier ministre sous Eltsine).

Courage physique

Navalny a sa virginité pour lui, dans un pays où la confiance des citoyens dans leurs élites dirigeantes est à peu près nulle. Vladimir Poutine tente sans cesse de salir la réputation de « ces libéraux qui ont pillé le pays dans les années 1990 ». Mais ce type d'attaque passe par-dessus la jeune tête blonde d'Alexeï Navalny. Croisé de la lutte anticorruption, il attaque nommément le président Dmitri Medvedev et surtout l'homme fort du pays, Vladimir Poutine. Le 5 décembre, au lendemain du scrutin législatif controversé, il a déclaré à une foule de 10.000 personnes « Nous voulons un autre président, et pas un escroc et un voleur. » Des mots jusqu'ici jamais proférés à l'adresse de Poutine devant une foule aussi nombreuse. Navalny a été arrêté sur le champ et condamné à quinze jours de détention. À peine sorti, il promet de faire « descendre 1 million de personnes dans la rue » et que « le pouvoir aura changé de main d'ici un an ».

Sa popularité, il la tient de son courage physique. Depuis les événements de décembre, il n'est plus simplement un blogueur recensant sur son site Rospil.info des centaines d'appels d'offres truqués et d'abus de biens sociaux. Il n'est plus seulement l'empêcheur de piller en rond dans les comptes des grands groupes d'État. Il est la figure montante de l'opposition, bien qu'il ne soit membre d'aucun parti, ni ne dispose de la moindre organisation politique.

Ses slogans ratissent large. Y compris chez les nationalistes avec lesquels il s'associe pour dire : « non aux subventions pour le Caucase ». Un slogan visant, selon Navalny, à stopper les versements exagérés du budget fédéral vers des républiques caucasiennes où ils atterrissent dans les poches des clans locaux. Sa fréquentation des nationalistes a été exploitée par la télévision d'État, qui vient de diffuser un dessin animé où son personnage fait le salut hitlérien. Une diffamation à portée réduite, car venant d'une chaîne discréditée par sa servilité envers le pouvoir. Selon l'éditorialiste libérale Ioulia Latynina, « Navalny plaît autant au grand public qu'à la communauté d'affaires, qui admire sa capacité à battre les autorités à leur propre jeu ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2011 à 12:27 :
Encore une "putain" russe qui va coûter cher aux occidentaux. Pendant ce temps Vladimir Poutine s'amuse. En Mars, le prix du gaz va tripler pour les français (les plus grandes gueules du lynchage médiatique du Premier Ministre russe). Auchan, Total, Renault et consorts vont se faire virer de Russie et nous: pauvres idiots, on dira: Merci Sarko et la mafia de Neuilly-sur-Seine...Jean-Claude Meslin
Réponse de le 27/12/2011 à 12:49 :
Il est bien certain que si l'on acclame Poutine il va nous faire cadeau du gaz et du pétrole ! Le pétrole étant de plus en plus rare il va même, pour peu qu'on encense sa personne , nous le faire payer de moins en moins cher.
Réponse de le 27/12/2011 à 23:05 :
La Russie est à deux pas de la révolution, et vous, ce n'est que le pétrole qui vous enquête. Quel égoïsme!
Réponse de le 28/12/2011 à 13:49 :
Michel. Il n'est pas question d'acclamer quiconque. Seulement de laisser chaque pays régler ses propres problèmes. Avant de commenter, il faut connaître le sujet.
Très souvent les donneurs de leçons auraient plutôt intérêt à regarder ce qui se passe chez eux. Si les russes sont vraiment mécontents, ils règleront la situation à leur manière. Ce ne sont pas des pleurnichards et des faux-culs comme les français. Jean-Claude Meslin: Très bon français mais indigné et écoeuré depuis 30 ans par la médiocrité ambiante
Réponse de le 29/12/2011 à 3:49 :
Ben voyons, il faut au contraire que tout le monde se préoccupe de ce qui se passe chez le voisin, c'est l'avantage des technologies et médias actuels, sous réserve qu'ils soient objectifs, honnêtes et que les interventions soient raisonnables et intelligentes afin d'avoir des effets positifs. Quand tout le monde ou une majorité s'accorde sur un problème, les choses évoluent. La diplomatie russe a su changer sous la pression quand l'opinion mondiale s'est préoccupée du sort qui risquait d'arriver au lybiens. Le monde doit être responsable, tourné vers l'avenir et affronter les problèmes à venir et ne pas faire comme trop souvent dans le passé en laissant grandir des problèmes dont une minorité est souvent à l'origine jusqu'à ce qu'ils explosent et impactent une bonne partie sinon toute la planète. On intervient d'autant mieux que l'on a le moins possible à se reprocher et c'est bien sûr aussi un rappel à faire. Si vous êtes indigné, faîtes du journalisme, de la politique, intervenez dans les médias, écrivez, impliquez vous etc, trouvez la forme qui vous convient la mieux. Ce sera plus efficace que d'intervenir sous forme de posts qui sont peu lus et qui ne présentent pas d'arguments constructifs. Les français interviennent dans beaucoup de situations, les russes et les chinois n'en font souvent pas autant, ils étaient lamentables en Lybie et en Côte d'Ivoire alors que la situation se dégradait pour les populations. Ils recommencent en Syrie. Continuons comme çà et les problèmes vont bien évidemment s'amplifier. La lucidité a toujours gain de cause.
Réponse de le 29/12/2011 à 21:45 :
Votre médiocre pseudo et votre commentaire font un parfait ménage. Un seul conseil: allez faire un tour en Russie; pas nécessairement à Moscou, mais dans la Russie profonde. Je n'en dis pas plus car j'ai déjà été 4 fois censuré...JCM
a écrit le 27/12/2011 à 10:26 :
Et pendant ce temps le pouvoir français laisse les milliardaires russes faire main basse sur l'immobilier de grande qualité a Paris et sur la cote d'azur !!.............La République française doit etre rapidement gouvernée par d'autres politiques que les partisans du "laissez-affairisme" actuellement a l'Elysée .
a écrit le 27/12/2011 à 6:29 :
Allons, dans ces guerres d'influence géopolitiques, tout le monde donne des leçons à la Russie de Poutine qui s'oppose souvent aux résolutions de certains pays à l'ONU, mais Georges Bush qui a volé les élections aux Etats-Unis à l'époque, on oublie... De plus, même les anciens communistes revendiquent la victoire, tout cela est grotesque et prouve seulement que certains régimes dérangent encore Washington.
Réponse de le 29/12/2011 à 4:01 :
Le problème n'est pas à situer dans un raisonnement un peu daté de guerre froide. Il est de savoir si Poutine qui a déjà fait 3 mandat (2+1) a lieu d'en faire plus et s'il est le mieux placé pour le présent et l'avenir de la Russie. On verra si les russes supportent longtemps cet abus et tricherie mais il y a manifestement des problèmes, des injustices flagrantes, des déséquilibres etc en Russie et çà augure mal de son avenir. Ce genre d'attitude et de situation de la part d'un gouvernant et de son entourage et courtisans qui abusent n'a jamais rien donné de bon et la Russie et les russes qui ont largement souffert dans le passé et souvent encore maintenant méritent rapidement mieux et ce ne sont pas les gens de qualité qui manquent ce sont juste quelques personnes de pouvoir qu'il faut écarter car ils abusent et ne respectent pas les règles.
a écrit le 27/12/2011 à 4:11 :
Il est clair que Navalny est courageux et n'a pas peur ! De pareilles prises de position sont dangereuses en Russie... A sa place, je ne me permettrais pas de vivre sans gardes du corps et sans une sérieuse protection rapprochée. Mais grâce à des gens comme lui les jours du pouvoir sont désormais comptés. Internet s?avère un media extrêmement puissant en Russie, où la télévision est manipulée le pouvoir? Une page est désormais tournée en Russie, et 2012 promet des changements importants. Le peuple en a par-dessus la tête de la corruption, qui atteint des sommets invraisemblables? Le pillage du pays par les fonctionnaires et les politiciens au pouvoir n?a que trop duré.
Réponse de le 27/12/2011 à 7:33 :
Il est clair qu'en Russie il faut avoir un sacré courage pour prendre de fermes positions contre le pouvoir en place. En France, il n'y a guère que le Front National pour faire l'éloge du camarade Poutine en occultant soigneusement le fait que si un tel parti d'opposition existait en Russie, il y a gros à parier que les représentants seraient tous...au cimetière !! La désinformation FN est donc assez hilarante.
Réponse de le 27/12/2011 à 11:18 :
Je me marre bien quand je vois les médias occidentaux, français en particulier, si prompt à s'offusquer du nationalisme quand il vient de chez nous, mais l'encenser quand il est au dela de nos frontières simplement parce qu'il va à l'encontre de quelqu'un qui leur tient tête.

Renseignez vous sur les milieux politiques d'extreme droite Russe, et vous verrez que le front national c'est des mickeys à coté de ce qui se fait à l'est.
a écrit le 26/12/2011 à 22:48 :
Je conseille vivement à Alexeï Navalny de bien se protéger, un accident est si vite arrivé. La Russie est un beau et grand pays et les russes sont des gens très attachants. Donc courage car il en faudra à cet homme qui ose braver le pouvoir, trop d'intérêts sont en jeu....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :