Déficit : Madrid cherche de l'argent tous azimuts

 |   |  449  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement Rajoy compte réduire la fraude fiscale et éliminer des entreprises publiques pour faire des économies.

Le gouvernement de Mariano Rajoy poursuit son chemin vers le retour à l?équilibre des comptes. Moins dramatique que le précédent, au cours duquel l?exécutif de droite avait adopté des hausses d?impôts pour 6,3 milliards d?euros et des coupes dans les dépenses à hauteur de 8,9 milliards, le troisième conseil des ministres va dans la même direction.

En effet, toutes spectaculaires soient-elles, ces montant ne sont pas suffisants pour retrouver un déficit de 4,4% en 2012, comme promis à l?Union européenne (UE), alors que celui de 2011 devrait atteindre 8% du PIB. En attendant de présenter un budget plus rigoureux en mars, le gouvernement a donc annoncé jeudi l?étude d?un plan de lutte contre la fraude fiscale destiné à collecter 8,2 milliards d?euros supplémentaires.

Autre mesure à l?étude : la "rationalisation" du secteur public, via la suppression d?entreprises publiques, comme promis par le candidat Rajoy. L'équipe au pouvoir révisera à cet effet en janvier un accord passé en 2010 entre le précédent gouvernement socialiste et les régions stipulant la suppression de 514 organismes. Malgré le compromis, "on n?a pas éliminé 70 entités de ce type", a déploré la vice-présidente du gouvernement, la toute puissante Soraya Saenz de Santamaría, qui compte actualiser l?accord "selon les nécessités de réduction du déficit public actuel". 

Précisément, la région de Valence a confirmé jeudi la suppression d?entreprises publiques pour économiser 120 millions d?euros. La mesure figure au sein d?un plan d?austérité de plus d?un milliard d?euros de la région la plus endettée d?Espagne.

De fait, le gouvernement devra compter sur les efforts des régions s?il veut atteindre ses objectifs de déficit, ces dernières étant les principales coupables du déséquilibre des comptes espagnols. Luis de Guindos, ministre de l?Economie et de la Compétitivité, a d?ailleurs annoncé mercredi dans une interview au Financial Times la création en mars de "stricts instruments de contrôle des budgets des autonomies". "Avant d?approuver les budgets, les ministres devront obtenir l?aval du gouvernement central", a-t-il ajouté. Bien que la majorité des régions soient contrôlées par son camp, le gouvernement du Partido Popular (PP) s?expose au mécontentement des communautés autonomes, qui veillent jalousement sur leurs compétences. De fait, l?idée a provoqué une levée de boucliers des régionalistes au pouvoir en Catalogne, ainsi que des gouvernements d?autres régions, comme le Pays Basque, qui dénoncent le non respect du principe d?autonomie financière des régions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2012 à 10:25 :
L'excédent commercial permanent et impressionnant de l'Allemagne, réalisé aux dépens des économies de la Zone Euro mois compétitives et réinvesti en dehors de celle-ci, représente une fuite de capitaux légale, il saigne ainsi à blanc la Zone Euro. Après la Grèce, l'Espagne, le Portugal et l'Italie ce sera la France. Il faut à tout prix stopper l'hémorragie que représente l'excédent commercial allemand puisque réalisé dans la Zone Euro et réinvesti en dehors de celle-ci. Le chômage des jeunes dans certains pays a dépassé les 40%. A quand la révolution?
Ces bénéfices ont souvent été réalisés aux dépens d'un surendettement des autres pays de l'Union Monétaire et de l'UE, en fait ce sont pour l'ensemble de l'UE des faux bénéfices, la fuite de capitaux elle est bien réelle.
a écrit le 07/01/2012 à 6:58 :
L'Espagne va très très mal. Un petit coup de fil familial pour le passage du 31/12/2011 au 0/01/2012 m'a permis d'en cerner les pires effets : la tonalité de la voix qui dit que "tout va bien", en contradiction avec quelques mots dits juste avant, sur la date à laquelle nous pourrions enfin nous voir ("tu comprends... la crise. Nous viendrons plus tard...") :-(

Je suis personnellement très inquiète pour ce grand pays européen (cf ici : http://www.express.be/joker/fr/world/un-archeveque-espagnol-violez-les-femmes-parce-quelles-le-meritent/159586.htm), comme je l'étais pour l'Italie, et tout autant que je le suis pour la Hongrie : les faits et constats sont de nature très différentes pour ces 3 pays, mais ils me semblent vraiment être les signes annonceurs d'une fin programmée des fondements PACIFISTES de l'Europe.
a écrit le 06/01/2012 à 13:57 :
Selon un rapport de l'OCDE, Berlin est l'un des pires élèves en matière de lutte contre la criminalité financière
Ces critiques plongent le gouvernement allemand dans l'embarras au moment où il fait pression contre le secret bancaire suisse.

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/1466274-blanchiment-d-argent-selon-un-rapport-de-l-ocde-berlin-est-l-un-des-pires-eleves-en-matiere-de-lutte-contre-la-criminalite-financiere.html
a écrit le 06/01/2012 à 8:50 :
Ils peuvent lever 10 milliards en vendant les Iles baléares à l'Allemagne et pourquoi pas les Iles Canaries.
a écrit le 06/01/2012 à 8:38 :
et pendant ce temps,les clubs sportifs espagnols ont les budgets les plus délirants d'europe.
a écrit le 06/01/2012 à 8:36 :
Et si Madrid faisait comme Merkel?
http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/1466274-blanchiment-d-argent-selon-un-rapport-de-l-ocde-berlin-est-l-un-des-pires-eleves-en-matiere-de-lutte-contre-la-criminalite-financiere.html
Blanchiment d'argent: selon un rapport de l'OCDE, Berlin est l'un des pires élèves en matière de lutte contre la criminalité financière
Ces critiques plongent le gouvernement allemand dans l'embarras au moment où il fait pression contre le secret bancaire suisse.
a écrit le 05/01/2012 à 22:01 :
Gentilles Alouettes
comme les grecs Ils l'on élue la droite et ils lont eu. Maintenant qu' Ils ont fait entrer le loup ( lles interets financiers) dans la bergerie. Il va s'occuper d'eux et lles plumer et les avaler tout cru.
Et dire que l'on va faire pareil!
Réponse de le 06/01/2012 à 12:00 :
Ns ne finiront pas pareil!!! tous aux urnes .....bayerou
Réponse de le 06/01/2012 à 13:20 :
On peut rever.
De gaule ou G Marchais s'ils étaient encore là!
a écrit le 05/01/2012 à 16:24 :
il serait simpliste de dire que le nouveau gouvernement n?a fait que hausser les impôts, il se bat magnifiquement et je suis prêt à parier avec vous que l?Espagne se relèvera plus vite que prévu. Tout y passe et pas de demi mesures ou de petites lâchetés, toute la fonction publique est touchée y compris les ministères mais surtout la bataille avec les autonomies dépensières a débuté. Si nous pouvions en faire autant avec nos régions ultra dépensières. On en reparlera. Les Espagnols savent qu?ils sont le dos au mur et même les syndicats ont fait un grand pas envers les réformes de l?emploi. Les seuls qui manifestent ici, sont les super privilégiés comme les pilotes d?Iberia. Bien sûr que les Espagnols souffrent mais leur fierté leur commandent d?accepter ces sacrifices plutôt que de pleurnicher sur les avantages soit disant acquis. A propos du SMIC espagnol, s?il est loin d?atteindre le niveau Français, l?honnêteté commande de dire qu?il est payé en 14 mois.
Réponse de le 05/01/2012 à 21:13 :
Toujours le dogme du déficit et de la dette publique. Ils ont déja plus de 23% de chomeurs, jusqu'ou vont-ils aller?
Il vaudrait mieux pour eux qu'ils fassent comme l'Argentine en quittant l'euro qui les fait plonger. La dette des banques espagnoles devient critique, comment vont-ils faire ? Emprunter encore et encore à des taux de plus en plus elevés?
L'Espagne est un grand pays qui mérite mieux que cela
Réponse de le 05/01/2012 à 22:09 :
C'est pas vrai. Ils y ont pris gout! La vaseline doit etre en promo en Espagne.
Réponse de le 06/01/2012 à 9:55 :
la dette des Espagnols n?est pas que publique mais un de leurs principaux problèmes est dans leurs propres dettes. En fait, l?Espagne a également son scandale des subprimes, crédits accordés sans retenue par les banques pour non seulement des achats spéculatifs immobiliers mais également de tout bien de consommation dont les voitures, maintenant l?heure est au remboursement avec l?effondrement total de leur ancien moteur celui de la construction. Par contre @Bel eample a peut être une des solutions , exporter des tonnes de vaseline pour les Français arrogants et qui vont en prendre tout autant dans la poire après les élections. Avec l?huile d?olive, on doit pouvoir faire de la vaseline non ?
Réponse de le 06/01/2012 à 13:24 :
Virons la commission Européenne et revenons aux principes fondateurs...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :