La job machine américaine redémarre

Le département du Travail a fait état vendredi de 243.000 créations d'emplois non agricoles en janvier, le chiffre le plus élevé depuis avril, et d'un taux de chômage en baisse à 8,3%, son plus bas niveau depuis février 2009. Une bonne nouvelle pour la croissance saluée par les marchés.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

L'embellie sur le marché américain de l'emploi s'est poursuivie en janvier, avec le plus fort rythme de créations d'emplois observé en neuf mois, et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis près de trois ans, reflétant l'impact de la croissance enregistrée au quatrième trimestre 2011 en ce début de nouvelle année. Le département du Travail a fait état vendredi de 243.000 créations d'emplois non agricoles en janvier, le chiffre le plus élevé depuis avril, et d'un taux de chômage en baisse à 8,3%, son plus bas niveau depuis février 2009. Depuis août, le taux de chômage a perdu 0,8 point de pourcentage.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 150.000 créations d'emplois et un taux de chômage à 8,5%, comme au mois de décembre. Le chiffre des créations de postes de décembre a été révisé en légère hausse à 203.000 contre 200.000 annoncé le mois dernier, et celui de novembre a été revu en nette hausse à 157.000 contre 100.000. Le secteur privé a assuré en janvier la totalité des créations d'emplois avec 257.000 postes créés, un plus haut niveau depuis avril, alors que le secteur public en supprimait 14.000. Par ailleurs, le salaire horaire moyen a progressé de quatre cents, ce qui devrait contribuer à soutenir la consommation.

Selon le rapport du département du Travail, le ralentissement attendu de la croissance économique américaine au premier trimestre n'a pas encore eu d'effet sur les décisions d'embauches des entreprises. "C'est une bonne surprise, et c'est le premier chiffre de l'emploi qui soit vraiment bon depuis la récession", commente Philippe Weber, responsable études et stratégies chez CPR AM. Ces chiffres nettement meilleurs qu'attendu ont donné un coup de fouet aux marchés actions en Europe et au dollar. L'indice Dow Jones a ouvert en hausse de 0,55%, le S&P500 de 0,66% et le Nasdaq de 1%. "C'est certainement d'un grand soutien pour la reprise américaine et cela suggère que le rebond prend de l'ampleur", ajoute Brian Dolan, stratège en chef des marchés chez FOREX.com

Quel impact sur la politique monétaire ?

La Réserve fédérale américaine avait annoncé la semaine dernière le maintien probable des taux à près de zéro jusqu'au moins fin 2014, au nom notamment d'un taux de chômage élevé. Le président de la Fed Ben Bernanke avait dit réfléchir à de nouvelles mesures de soutien à l'économie, mais, face à cette embellie sur le marché de l'emploi, les dirigeants de la Fed pourraient bien faire marche arrière. La banque centrale américaine a déjà racheté 2.300 milliards de dollars d'obligations pour maintenir les taux bas et relancer l'économie.

Les Etats-Unis ont connu une accélération de la croissance en rythme annuel sur les trois derniers mois de l'année 2011 à 2,8%, contre 1,8% au trimestre précédent. Toutefois, la reconstitution des stocks des entreprises a compté pour les deux tiers de cette hausse, ce qui devrait provoquer un ralentissement de la croissance au premier trimestre 2012. La crise budgétaire qui sévit en Europe, où plusieurs Etats sont déjà entrés en récession, devrait affecter les exportations américaines et donc peser sur la croissance.

Cependant, on observe encore certains signes de vigueur de l'économie américaine, comme des ventes d'automobiles soutenues en janvier, une activité manufacturière qui a atteint un plus haut de sept mois ou encore la baisse de la moyenne mobile sur quatre semaines des inscriptions au chômage. On compte encore toutefois 19,3 millions d'américains sans emplois ou sous-employés.

Restent des raisons de se montrer prudents. Le taux de chômage a certes reculé pour le cinquième mois consécutif, mais en partie du fait de l'abandon des recherches d'emplois par certains Américains, lassés de ne pas trouver de travail. Un indice, qui inclut les personnes qui ont cessé les recherches d'emploi et celles qui travaillent à mi-temps mais qui souhaiteraient travailler davantage, s'est inscrit à 15,1% en janvier contre 15,2% en décembre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 04/02/2012 à 9:41
Signaler
Le chomage baisse surtout car ils ont viré plus d'un million de chomeurs des stats officielles afin de présenter un meilleur bilan avec les élections US. La vérité est vraiment autre que celle des chiffres officiels. Jamais aussi peu d'actifs ont tra...

le 04/02/2012 à 14:14
Signaler
1 752 000 pour être exact

à écrit le 04/02/2012 à 8:18
Signaler
Ces chiffres sont à prendre avec précaution. Mais ils montrent une tendance (appuyée par d'autres indicateurs: augmentation de la consommation, de la production industrielle) qui est que l'économie américaine se redresse totalement. mais à quel prix ...

le 04/02/2012 à 8:47
Signaler
La Jobmachine démarre avec sa compagne la Deficitmachine. Un pas en avant donc, vers un univers plus inconnu encore. Facile, non ?

à écrit le 04/02/2012 à 8:00
Signaler
C'est bien d'une "job" machine dont il s'agit... L'article ne pose a aucun moment la question de la "qualité" des emplois proposés. En clair ces emplois permettent ils de vivre décemment ? Il y a fort à parier que non dans bien des cas et que la surv...

à écrit le 04/02/2012 à 7:13
Signaler
Cet article est de la désinformation pure et simple. Voir le blog d'Olivier Berruyer pour des chiffres du chômage US crédibles. C'est inadmissible de lire ça dans un journal qui a volonté de devenir une source d'information nationale en matière d'éco...

le 04/02/2012 à 8:25
Signaler
c est effectivement trés curieux j ai beaucoup d amis aux USA dans différents états et c est pas mais alors pas du tout leur ressentit

à écrit le 04/02/2012 à 6:41
Signaler
Pour parler chiffres: il ne s'agit absolument pas de créations d'emplois, mais de péréquation entre les recettes de taxes et la projection de l'emploi qui en découle. Or c'est la période de versement des bonus et intéressements. Si ceux-ci sont supé...

le 04/02/2012 à 12:24
Signaler
Intéressant, merci pour ces données. Avez-vous une source ?

le 04/02/2012 à 14:21
Signaler
A vrai dire c'est assez simple, il suffit de lire les rapports officiels et pas seulement les résumés de presse. http://www.bls.gov/home.htm par exemple. L'important étant de ne jamais rien prendre "at face value" parce qu'aujourd'hui on nomme des c...

à écrit le 04/02/2012 à 5:38
Signaler
Bravo Obama ! Voilà un grand président. Quelle compétence ! Quelle amélioration de l'image des Etats-Unis dans le monde ! Et, quel contraste avec les Bush, les Papandréou, les Berlusconi et autres Sarkozy !

le 04/02/2012 à 5:52
Signaler
Hahaha! Je suis heureux pour vous que vous soyez satisfait par cette propagande. Après tout elle vous est destinée de toute évidence. Pour les autres qui savent compter et aller vérifier le bien fondé des assertions qu'on leur sert quotidiennement,...

le 04/02/2012 à 8:29
Signaler
malheureusement Obama n y peut pas grand chose entre les pressions des lobbys l état catastrophique des finances US et les batailles rangés entre les deux grands partis ses possibilités d actions sont trés réduite et c est pas en 4 ans qu il pourra r...

le 04/02/2012 à 9:31
Signaler
@ simple citoyen. Le "complexe militaro-industriel" ? Lisez l'article paru ici dans "La Tribune" qui commence ainsi : INDUSTRIE - 11/11/2011 | 08:02 - 214 mots Boeing se prépare à une chute des dépenses militaires aux Etats-Unis La division défense d...

le 04/02/2012 à 12:22
Signaler
@Mordrakheen En effet, les hommes politiques d'aujourd'hui ne valent plus rien, ils n'ont aucun courage face aux puissances de l'argent. En occident, il parait qu'on a la démocratie, la belle affaire !

le 04/02/2012 à 12:38
Signaler
catastrophique pour Boeing qui a toujours été largement subventionné via les programmes militaires. Les USA sont en faillite et ne peuvent plus assumer le coût de leur gigantesque armée. Surtout si on considère qu'avec des coûts aussi élevés, l'armée...

le 04/02/2012 à 14:47
Signaler
Oui Macabre, vous avez raison. Aussi est-ce pourquoi j'ai bien pris soin de préciser qu'il s'agissait des nouveaux marchés ouverts au titre de la surveillance du territoire et plus généralement de la mise en oeuvre des nouveaux outils issus des lois ...

à écrit le 03/02/2012 à 19:05
Signaler
Il est certain que le situation économique américaine n'est pas rose, mais ce sont deux conceptions qui s'affrontent. D'un côté l'europe qui fait le choix de prélèvements obligatoires qui étouffent la croissance pour abaisser l'endettement (alors qu'...

le 03/02/2012 à 21:41
Signaler
En Europe, non seulement on opte pour les hausses d'impôt, mais manifestement, Super Mario souhaite achever le cadavre à coup d'inflation ! :)

à écrit le 03/02/2012 à 18:36
Signaler
Je vie à Omaha, Nebraska, Je suis ingénieur en Info et moi aussi retiré des stats (comme en France ...) pour travailler comme MCA (marchandising and Customer Assistance) chez Sears pour $7.25 de l'heure (temporaire) schedule 7/7 de 7 am à 11 pm le 1/...

le 03/02/2012 à 20:30
Signaler
$7,25 de l'heure, de 7 am à 11 pm, ça fait $116 par jour. Vous travaillez donc moins de 7,5 jours par mois puisque vous prétendez gagner $870 par mois. Cool, non ? Visiblement, ça vous laisse du temps pour apprendre à jouer du pipeau...

le 03/02/2012 à 21:00
Signaler
@Calculs : le schedule du magasin génie de mes deux, de plus nous ne sommes jamais à pleins temps cela évite à l'entreprise de donner les "Benefits".

le 03/02/2012 à 21:42
Signaler
Un peu de réflexion, et vous auriez tout de suite vu qu'il y avait une petite erreur(de frappe je suppose) donc c'est plutôt 7am jusqu'a 11 am ce qui fait 7.25*4*30=870 D?où le terme "sous employé" car il ne travail en fait que 4 heures par jours!! ...

à écrit le 03/02/2012 à 18:18
Signaler
Encore une preuve de la supériorité du libéralisme... De l'autre xoté de l'echelle la grece et la france.. Et dire qu'il y a encore des crétins qui votent socialiste....

le 03/02/2012 à 22:01
Signaler
tu n'es pas content, prends un billet pour les states on ne te retiens pas !! Vas y fonce, sur un malentendu ça peut peu être marcher !!!! sinon tu feras parti des 50 millions d?américains (et encore je ne suis pas sur que le chiffre soit bon) qui cr...

le 04/02/2012 à 8:23
Signaler
Ne vous inquiétez, il y a également des très pauvres en France. Arrêtez donc de faire de l'anti-américanisme primaire.

le 04/02/2012 à 8:42
Signaler
Le commentaire de Squer est surtout complètement idiot parce que l'Europe est beaucoup plus libérale économiquement que les États-Unis.

à écrit le 03/02/2012 à 17:20
Signaler
A tous les septiques: aux USA il n'y a pas d'allocations chômage, quand vous perdez votre emploi vous êtes obligé de vous bouger pour survivre. En Europe, surtout en France, on peut faire la fine bouche...

le 03/02/2012 à 18:14
Signaler
Qu'est ce que tu en dis des 46 millions d?Américains qui crèvent dans la rue? ces chiffres sont faux, c'est de la manipulation, TOUS les chiffres US sont bidons, tu es un beau mouton et tu va bientôt être tondu comme un chef, tu le mérite bien.

le 03/02/2012 à 21:34
Signaler
Pendant des années, les collabos rouges nous ont affirmé que l'URSS était un paradis merveilleux. En réalité, la population non seulement manquait de tout, jusqu'à l'essentiel, mais en plus elle se faisaient massacrer par l'immonde dictature socialis...

le 04/02/2012 à 11:42
Signaler
@Mensonge Complètement faux ? Que faites-vous des 46 millions d'américains bénéficiaires des Food Stamps (bons alimentaires). Ils étaient 28 millions avant la crise ! Avec vous, si la vérité est communiste, alors forcément c'est un mensonge MDR !

le 04/02/2012 à 15:12
Signaler
Vos 46 millions de pauvres aux USA sont l'équivalent des 8 millions de pauvres français (à population égale). Il n'y a pas plus de gens dans la rue aux USA qu'en France. Il vous suffit d'aller le constater par vous-même plutôt que de pérorer vos mens...

le 04/02/2012 à 15:39
Signaler
Il faut toujours faire attention avec cette notion de "pauvres", parce qu'elle est définie en fonction d'un décile et d'une médiane. Quel que soit le niveau retenu, cela a pour conséquence qu'il s'agit d'un population qui ne peut qu'exister, puisqu'i...

le 29/04/2012 à 8:59
Signaler
Les USA sont en faillites, l'augmentation importante de SDF est l'une des preuves de cette faillite. Peu importe les comparaisons que l'on peut faire avec l'Europe, 46 millions de SDF en fait un quasi pays du tiers monde.

à écrit le 03/02/2012 à 16:32
Signaler
C'est bizarre, ca ressemble plus a des manipulations politiciennes à but electoral, car selon un sondage auprès des americains, plus le chômage baisse, plus les chances de ré-élection de Mr Obama augmentent... Un chiffre que vous ne donnez pas, c'es...

à écrit le 03/02/2012 à 15:55
Signaler
Yallah!!! la vérité si je mens mr le journaliste...faudrait peut être pas chercher à en faire trop. Creuser vos sujets!!!!! c'est inadmissible de tenir de tel discours alors même que l'information sérieuse sur la marché de l'emploi américain ne donne...

le 03/02/2012 à 22:26
Signaler
La Tribune ne fait que relayer une information du département du travail. Point barre.

le 29/04/2012 à 8:54
Signaler
Ne fait que relayer? He ben, ce n'est pas si compliqué que ça le métier de journaliste alors ^^

à écrit le 03/02/2012 à 15:55
Signaler
Yallah!!! la vérité si je mens mr le journaliste...faudrait peut être pas chercher à en faire trop. Creuser vos sujets!!!!! c'est inadmissible de tenir de tel discours alors même que l'information sérieuse sur la marché de l'emploi américain ne donne...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.