Le chômage des jeunes inquiète l'Italie

 |   |  317  mots
Mario Monti, chef du gouvernement italien. Copyright Reuters
Mario Monti, chef du gouvernement italien. Copyright Reuters (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Des statistiques inquiétantes viennent de paraître sur le chômage des jeunes en Italie : les jeunes Italiens âgés de 15 et 34 ans disposant d'un emploi ont diminué de plus d'un million entre 2008 et 2011, selon l'Institut national des statistiques. Le chef du gouvernement italien Mario Monti a d'ailleurs adopté cette semaine un projet historique de réforme du marché du travail prévoyant des avantages pour les patrons qui embauchent de nouveaux salariés.

La chute de l'emploi est impressionnante pour les Italiens âgés de 15à 24 ans : -20,5 % du total entre 2008 et 2011. Si l'on élargit la classe d'âge aux 15 et 34 ans, ceux qui disposent d'un emploi ont diminué de plus d'un million par rapport à 2008, a révélé samedi l'Institut national des statistiques de la péninsule (Istat). Le nombre des jeunes Italiens au travail est en effet passé de 7,11 millions à 6,05 millions. Sur une seule année, entre 2010 et 2011, la réduction de leur nombre a atteint 233.000 personnes.

Le Sud de l'Italie davantage touché par le chômage des jeunes

Le chômage des jeunes est particulièrement élevé et de caractère structurel dans les régions du sud de l'Italie. Selon des données de la Banque d'Italie, la famille a heureusement joué un puissant "rôle d'amortisseur social" pour les jeunes Italiens en chômage dans ces dernières années. A la fin du printemps 2009, au moment de l'impact maximal de la crise sur le marché du travail, environ 480.000 familles de la péninsule subvenaient aux besoins d'au moins un de leurs enfants vivant sous leur toit et qui avait perdu son travail dans les douze mois précédents.

Le gouvernement adopte un projet de réforme du marché du travail

Le chef du gouvernement italien Mario Monti a adopté cette semaine un projet historique de réforme du marché du travail, qui prévoit des avantages pour les patrons qui embauchent de nouveaux salariés. Il assouplit aussi les procédures en matière de licenciement économique, un sujet de contentieux avec les puissants syndicats. Mais la dernière mouture du texte, critiquée dans le patronat, a apaisé les dissensions, en réintroduisant la possibilité pour un salarié licencié pour des raisons économiques de façon abusive de récupérer son poste. Mais le texte doit maintenant être approuvé par le parlement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2012 à 17:26 :
Cest la meme chose en France mais personne nen parle car le jeune est totalement ignore!!!! par les entreprises les politiques les egoistes de 40-60 ans qui ont voulu cette mondialisation a outrance.

On parle toujours des 15-24 ans!! jamais de statistiques des 15-35 ans!! Beaucoup de deprime et plus grave encore. Le systeme des retraites va secrouler

a écrit le 07/04/2012 à 18:13 :
c'est l'europe entière qui devrait s'inquiéter ? mais à quoi sert Bruxelles ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :