Pour S&P, l'Inde file un mauvais karma

 |   |  441  mots
Le Premier ministre indien Manmohan Singh -Copyright AFP
Le Premier ministre indien Manmohan Singh -Copyright AFP (Crédits : AFP)
Standard and Poor's a abaissé mercredi les perspectives sur la dette à long terme de l'Inde. L'agence de notation cite notamment l'affaiblissement de l'économie et un large déficit public pour expliquer sa décision. Pour le moment, la note du pays est maintenue à "BBB-", à un cran de la catégorie spéculative.

Quel est le point commun entre l'Islande, la Tunisie et l'Inde ? Réponse : les trois pays sont notés "BBB-" par Standard & Poor's (S&P). Mais peut être plus pour longtemps. L'agence de notation américaine a dégradé mercredi les perspectives sur la dette à long terme de l'Inde. Si, pour le moment sa note est donc maintenue à un cran de la catégorie spéculative, S&P précise que le pays a désormais une chance sur trois de perdre cette notation si sa situation financière continuait à se détériorer. En cas de dégradation, New-Dehli devrait alors payer plus cher pour financer ses emprunts.

"Seulement" 7,8% de croissance en 2011

Pour justifier cette décision S&P met en avant le ralentissement de l'économie et des investissements. L'année dernière, la production indienne n'a augmenté "que" de 7,8% après une croissance de 10,1% en 2010. Le ralentissement a par exemple été moindre en Chine, le pays voyant son PIB progresser de 9,2% contre 10,5% l'année précedente.

En outre, la troisième économie d'Asie fait face à une inflation tenace, +6,9% en mars sur un an. En janvier dernier, la Banque centrale indienne avait cependant décidé de favoriser la croissance en assouplissant sa politique monétaire à travers la réduction d'un demi-point du taux des réserves obligatoires pour les banques. Un changement d'orientation après la priorité donnée pendant deux ans à la lutte contre l'inflation.

Situation budgétaire fragile

Autre point noir: l'Inde affiche une situation budgétaire fragile. En 2011, le déficit de l'Etat représentait 5% de son PIB alors que dans le même temps il s'établissait à 1,2% en Chine. Autre puissance émergente, le Brésil présentait quant à lui un excédent de 3,1%.

Pour faire repartir l'investissement, le gouvernement de Manmohan Singh s'était engagé à prendre des mesures jugées indispensables pour ouvrir l'économie indienne. Mais, ces réformes sont gelées depuis plusieurs mois, combattues par l'opposition sur fond d'affaires de corruption éclaboussant le sommet de l'Etat, ainsi que par des alliés du Premier ministre Singh.

Le ministre des Finances se veut rassurant

Dans la foulée de l'annonce de S&P, la Bourse de Bombay a dévissé avant de se reprendre mais les échanges perdaient près de 1% à 17.090,98 points en fin de journée.

Le ministre des Finances, Pranab Mukherjee, a toutefois cherché à rassurer les investisseurs en affirmant que le gouvernement de centre-gauche, dirigé par le parti du Congrès de Sonia Gandhi, avait "foi en sa capacité de surmonter les difficultés". "Il n'y a pas lieu de paniquer", a-t-il déclaré à la presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2012 à 13:42 :
En confirmation de mes dires voici un article providentiel (au plan du timing s'entend).

lemonde.fr/planete/article/2012/04/26/les-promesses-non-tenues-du-coton-ogm-en-inde_1691714_3244.html
a écrit le 25/04/2012 à 14:34 :
L'Inde est un des pays le plus corrompus de la Planète, pire que la Chine et la Russie mais il faut également préciser que la corruption prend d'autres allures dans nos sociétés occidentales, c'est bien connu. Donc la classe politique indienne est vérolée jusqu'à la moelle, l'évasion ou délocalisation des capitaux fraudés atteint des dizaines de milliards de dollars chaque année, avec la bénédiction des multinationales et des banques occidentales. L' environnement de l'Inde est massacré, les équilibres locaux au plan agricole sont détruits toujours grâce à nos multinationales, des milliers ou dizaines de milliers d'agriculteurs se suicident chaque année n'ayant pas de quoi payer leur semences (dont OGM) ou les pesticides dont ils se sont rendus dépendants, produits par les multinationales bien sûr.
Réponse de le 25/04/2012 à 15:18 :
Oui, mais des centaines de millions d'indiens sont aussi sortis de la pauvreté absolue du fait du développement économique du pays. C'est bien joli de se préoccuper de l'environnement quand on est un occidental, mais ce n'est pas la première des préoccupation quand on a pas de quoi se nourrir.
Réponse de le 25/04/2012 à 15:29 :
Dans ce cas là on fait comme les chinois on gère le taux de natalité. Par ailleurs, je me demande si les chinois avec la consommation de masse et le dégradation spectaculaire de leur environnement sont plus heureux qu'il y a 30 ans? Y a t il en Inde et en Chine moins de pauvres qu'avant en termes comparables c'est à dire par rapport à un revenu de référence. Pas sûr, ils bouffent certainement plus mais ils ne sont pas plus heureux pour autant, même si les chinois comme les latins aiment bien bouffer. Enfin la question est est ce que les conditions de travail en Inde et en Chine sont acceptables? Est ce que la formation de la masse de la population est meilleure en Inde et en Chine qu'il y a a 30 ou 40 ans, j'ai bien dit de la masse. Pas sûr du tout.
Réponse de le 26/04/2012 à 12:56 :
Pour y être allé pas mal de fois je peux vous dire que la classe moyenne appartenant aux castes les plus élevées du pays profitent à plein du système mais que les intouchables eux sont plus dans la pauvreté que jamais. Le système pervertit ce pays qui a besoin de tout les petits metiers de rue pour survivre et que la mondialisation marchande tente de détruire. Ce pays se révoltera un jour....
a écrit le 25/04/2012 à 14:18 :
Titre intéressant qui montre que même à la très sérieuse Tribune, il y a peut-être des spectateurs de CDZA...
a écrit le 25/04/2012 à 14:06 :
Bonjour,

Dans cet article et d'une manière générale la croissance du PIB est t'elle réelle, ajustée de l'inflation ?
Merci!
Réponse de le 25/04/2012 à 15:19 :
Probablement sinon cela voudrait dire que L'inde s'appauvrirait chaque année. L'inflation dans ce pays est à deux chiffres il me semble non ?
Réponse de le 25/04/2012 à 15:43 :
Oui Guillaume, il s'agit bien de la croissance du PIB réel, +7;8% en 2011.
L'inflation était de +9% en 2011 mais elle était encore à deux chiffres en 2010 (+12%) et en 2009 (+11%).
a écrit le 25/04/2012 à 13:10 :
J'espère qu'ils ne vont pas renoncer à acheter des Rafale!
Réponse de le 26/04/2012 à 12:56 :
C'est bien un achat inutile.....Il y a des choses plus importantes à acheter....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :