Crise de la zone euro : pour le G8, il y a urgence

 |   |  1038  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Barack Obama veut éviter que la crise de la zone euro ne mette en péril la reprise américaine encore fragile. Il s'est engagé à coopérer avec l'Europe sur un programme associant des mesures en faveur de la croissance aux plans de réduction des déficits.

La crise de la zone euro au centre des discussions
Le président américain Barack Obama s'est engagé samedi, lors du sommet du G8 à Camp David, à coopérer avec l'Europe sur un programme associant aux plans de réduction des déficits des mesures en faveur de la croissance, afin d'éviter que la crise dans la zone euro ne déstabilise l'économie mondiale. "Nous sommes tous déterminés à faire en sorte que la croissance, la stabilité et la consolidation budgétaire fassent toutes partie d'un ensemble de mesures que nous devons tous prendre, afin de parvenir à la prospérité que nous recherchons pour nos concitoyens", a-t-il déclaré
La crise de la dette dans la zone euro était le premier dossier examiné samedi matin par les dirigeants des huit pays les plus industrialisés et de l'Union européenne à Camp David. Cette crise divise les partisans de davantage de relance et ceux de la rigueur, sur fond de graves inquiétudes pour la Grèce, où cette crise se double d'un blocage politique avec l'échec de la formation d'un gouvernement après les législatives du 6 mai. Les Grecs sont à nouveau appelés aux urnes le 17 juin et leur sortie de l'euro est ouvertement évoquée.

Un signal en direction des partisans de la relance
La veille, donnant le ton du sommet, le président Obama a envoyé un signal net en direction des partisans d'une relance économique en Europe en recevant son homologue français François Hollande. Le président américain a estimé que la lutte contre la crise de la zone euro était "un problème d'une extraordinaire importance, non seulement pour les Européens mais aussi pour l'économie mondiale". Il a assuré que le G8 évoquerait "une approche responsable de l'austérité budgétaire, couplée à des mesures énergiques pour la croissance", une position sur laquelle M. Hollande a fait campagne.
Candidat à un second mandat le 6 novembre, M. Obama a mis en garde contre les effets néfastes des difficultés européennes sur la situation aux Etats-Unis où, même modeste, la croissance est revenue et le chômage a décru d'un point depuis août 2011.
Angela Merkel, qui prône une forte discipline budgétaire afin de réduire le niveau de la dette, se retrouve isolée. Un isolement d'autant plus grand que, selon Reuters, le projet de communiqué final du G8 prévoit d'insister sur "l'impératif de créer de la croissance et des emplois". "L'Allemagne est presque complètement isolée", confirme Domenico Lombardi, ancien responsable du Fonds monétaire international."(...) il est maintenant clair que la Grèce est devenue une crise systémique", ajoute-t-il.

« Un sens croissant de l'urgence », selon David Cameron
Après un entretien dans la matinée avec le président américain Barack Obama, le Premier ministre britannique a déclaré avoir constaté "un sens croissant de l'urgence sur les mesures à prendre" afin de sortir la zone euro de la crise. "Nous nous attaquons ici aux deux plus graves menaces pour nos économies, ce sont évidemment la crise de la zone euro et les prix très élevés du pétrole, qui se répercutent sur les prix à la pompe. Nous faisons des progrès sur ces deux dossiers", a dit David Cameron aux journalistes.
"Des plans d'urgence doivent être mis en place, afin de renforcer les banques, améliorer la gouvernance et consolider les dispositifs pare-feu - toutes ces choses doivent être mises en place très rapidement afin de faire face à toute éventualité", a-t-il poursuivi.

« Croissance et austérité ne s'excluent pas », selon le premier ministre britannique
Il a ajouté que la chancelière allemande Angela Merkel avait "tout à fait raison" d'exiger que les pays de la zone euro prennent les mesures nécessaires pour réduire leurs déficits.
"Croissance et austérité ne s'excluent pas", a-t-il souligné. "La Grande-Bretagne peut compter sur un gouvernement fort, qui a mis en place un sérieux plan de réduction des déficits, avec des banques solides mais aussi une politique monétaire indépendante qui nous permet d'avoir des taux d'intérêt peu élevés, ce qui favorise la demande. Je pense que la zone euro doit adopter une telle approche."

Tour d'horizon des dossiers brûlants : Iran, Syrie, Corée du Nord, Birmanie
Les dirigeants du G8 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Italie, France, Allemagne, Japon, Russie) et de l'UE ont déjà effectué un tour d'horizon des dossiers géopolitiques brûlants vendredi soir, notamment les programmes nucléaires iranien et nord-coréen, ainsi que la Birmanie et la Syrie, a révélé M. Obama samedi.
Sur l'Iran, à quelques jours de la reprise de négociations à Bagdad, M. Obama a assuré que le G8 partageait l'opinion selon laquelle Téhéran "a le droit à un (programme) nucléaire pacifique, mais que ses violations continuelles des règles internationales et son incapacité à prouver jusqu'ici qu'il n'essaie pas de le militariser constituent un grave motif d'inquiétude".
"Nous sommes tous fermement engagés à poursuivre une approche de sanctions et de pression, conjointement à des discussions diplomatiques. Nous espérons que nous pourrons résoudre ce problème d'une façon pacifique", a-t-il dit.
Concernant la Syrie, M. Obama a évoqué la nécessité de voir un "processus politique" s'engageant "plus rapidement" dans ce pays, théâtre d'une révolte réprimée dans le sang par le régime de Bachar al-Assad. Cette formulation vague n'a pas pu camoufler le différend persistant avec Moscou, dont la position sur son allié syrien n'a pas changé. Un conseiller du Kremlin, Mikhaïl Margelov, a d'ailleurs estimé samedi qu'il "ne peut pas y avoir de changement de régime par la force".

Suite du programme
Après la situation économique, les dirigeants du G8 et de l'UE vont se pencher successivement sur l'énergie, puis la sécurité alimentaire avec des dirigeants africains (Bénin, Ethiopie, Ghana et Tanzanie). L'après-midi sera consacré à l'Afghanistan ainsi qu'aux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. L'Afghanistan sera aussi le sujet dominant du sommet de l'Otan qui démarrera dimanche à Chicago dans la foulée du G8.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2012 à 14:35 :
Comment pouvons nous parler de croissance comme si celle-ci était indéfini?

Les pays dans lesquels nous vivons en Europe (avec les US et le Japon je dirais) ont révolutionné les 150 dernières années, en matière de technologie/développement/exploitation etc.
N'est il tout simplement pas temps de ce rendre compte que nous ne pourrons plus transformer le monde aussi vite que les années qui nous précèdent...?
Que la croissance n'existera que dans les pays du tiers monde qui ont parfois 100ans "de retard sur l'évolution" des pays industrialisé (si l'on peu parler de réelles avancées (je vous passe les détails).
D'ailleurs comment pouvons nous parler de progrès sur les créations de l'homme puisque nous n'avons jamais pris en compte les répercutions de ces "avancées" dans la spirale de l'évolution.
A mes yeux le progrès n'existera que lorsque la roue sera bouclé, m'enfin c'est beau de rêver dans le monde des bisounours...
a écrit le 21/05/2012 à 11:34 :
incroyable : "Un isolement (de l'Allemagne) d'autant plus grand que le...G8 prévoit d'insister sur "l'impératif de créer de la croissance et des emplois"". Mais qu'a donc fait l'Allemagne sinon "créer de la croissance et des emplois" pendant que tous les autres (et la France) s'endettaient et créaient du chômage et de la récession ?
La fourmi est isolée au milieu des cigales imbéciles qui ne comprennent rien à rien !
a écrit le 20/05/2012 à 23:35 :
Acany qu'Obama fait que provision de programme en Europe déjà il devrait fournir son vrai certificat de naissance que demande le débat afin qu'il prouve qu'il est toujours bien américain et non indonésien comme le montre l'es enquêtes qu'il a essayé d'empêcher de se faire et d'expliquer comme il peut avoir un numéro de sécurité sociale datant de 1890 et d'expliquer aussi pourquoi sur son faux certificat de naissance il est marqué qu'il serait né en août alors qu'il a dit lors d'une interview que son anniversaire est dans 15 jours !!!
Réponse de le 21/05/2012 à 9:34 :
Et en bon français, qu'est ce que ça donne ?
a écrit le 20/05/2012 à 22:41 :
C'est le système anglo-saxon qui est en faillite ! Je n'ai donc pas besoin de lire votre article mensongé. La lecture du titre suffit pour analyser que ce G8 a encore servi à rien.....
a écrit le 20/05/2012 à 22:15 :
au sommet de l'OTAN, notre Tom Pouce a reçu sa première leçon de la part de la chancelière, ça promet pour la suite des relations. Son incompétence se sera révélé encore plus vite que prévu.
Réponse de le 21/05/2012 à 8:31 :
pourquoi vous ne vous êtes pas présenté ? monsieur le yakafocon ?
a écrit le 20/05/2012 à 21:22 :
Il y a urgence que les Français sortent de leur bulle. Avec une mobilité des capitaux et l?économie mondialisée, la capacité d?un pays à attirer les investissements étrangers et des créateurs de richesse sont nécessaires à la croissance et l?emploi. La France à un état providence tentaculaire omniprésent il intervient dans l?économie, la croissance en souffre, en taxant les entreprises elle fait fuir les capitaux, détruit la compétitivité. La croissance s?explique par une production et des exportations, qui sont déficitaires, en France contrairement aux Allemands dont les exportations de produits haut de gamme, ont atteint des volumes records hors de la zone euro en Russie et dans les pays émergents. Elle se compose de nombreuses PME PMI leaders sur le marché. Les Eurobonds si chers aux socialistes ne s'attaqueront pas à la source du mal mais aggraveront la crise de la dette.
Réponse de le 20/05/2012 à 21:58 :
Eléonore, il faut qu'on se marie. Vos écrits pourraient être les miens.
Réponse de le 21/05/2012 à 7:51 :
Bien dit Eleonore. Mais il ne peut y avoir de croissance sans décrue fiscale. Il faut être complètement cinglé pour entreprendre et créer des emplois en France, pays le plus taxé au monde. Les élus, pas bêtes, bénéficient d'un paradis fiscal avec des indemnités... non imposables ! L'enfer fiscal c'est pour les autres. Les jeunes diplômés ont intérêt à quitter la France au plus vite et entreprendre ailleurs.
Réponse de le 21/05/2012 à 9:12 :
Pas tout à fait juste: Les indemnités sont imposables, mais au travers d'une retenue à la source.... au taux avantageux
Réponse de le 21/05/2012 à 11:36 :
Éléonore jt'adoooooooooore
a écrit le 20/05/2012 à 20:59 :
Il y a surtout urgence à quitter le "modèle" américain. Déjà, le grand De gaulle l'avait compris car il avait expérimenté... Et, comme Séguin, ils étaient qualifiés d'être à droite alors qu'ils ne piquaient pas dans la caisse, comme leurs "descendants".
Réponse de le 20/05/2012 à 21:32 :
Rectificatif et complément de mon précédent commentaire. Il est triste et surtout honteux que les personnes de droite soient assimilées à ces Hommes qui pensaient, EUX, à leur pays et non à leur petit intérêt de ridicule millionnaire qui ne songent qu'à socialiser leurs pertes.
a écrit le 20/05/2012 à 20:26 :
L'urgence est que les USA réduisent leur déficit, qui est de 10%, pire que la Grèce, et stoppent la montée de leur dette, qui est de 100% et dépasse celle des pays de la zone euro.
a écrit le 20/05/2012 à 19:10 :
Quand on conduit avec un pied sur le frein et un pied sur l'accélérateur, une voiture fonctionne très mal et se détériore. Mais ils ont tous des chauffeurs, alors ils ne le savent plus...
a écrit le 20/05/2012 à 18:22 :
Ça sert à quoi le G8?... Festival des dirigeants ?... peut être un trophée à créer comme à Cannes ?
a écrit le 20/05/2012 à 17:15 :
avec 18000 Milliards de dettes ,les usa ne sont plus à 2 000 milliards prés ,ils pourraient nous les preter à 1 %
Réponse de le 20/05/2012 à 18:19 :
Il leur sera difficile de nous prêter l'argent qu'ils n'ont pas (ils l'empruntent aussi ...)
Réponse de le 20/05/2012 à 18:24 :
comme disait coluche ... "je peux sortir la tête haute.. personne ne me doit rien !
a écrit le 20/05/2012 à 17:12 :
les eurobonds de Hollande sont une hérésie.
**************************************************
Hollande s/oppose a la nomination du ministre Schaüble,car dans son clan personne n/a les compétences similaires !
*************************************************
Hollande ne sait pas comment il va créer la croissances !
*****************************************************
Réponse de le 20/05/2012 à 18:26 :
Il est plus facile d'augmenter les impôts de ceux qui en paient que de trouver de vrais solutions pour trouver de la croissance ... Ce sont les entreprises qui créent de la croissance ... pas vraiment les états ... sauf à lancer des grands travaux artificiels ... au frais de ceux qui paient des impôts ... Ou bien en faisant des aides aux entreprises ... mais là la gauche à tout de suite des boutons ... alors que c'est en fait l'un des seuls leviers ... (puisque la gauche ne veut pas alléger les contraintes du code du travail ... au contraire d'ailleurs, la CGT attend plus de moyens ... toujours plus pour payer ses permanents à lutter contre les entreprises ...)
Réponse de le 20/05/2012 à 19:19 :
Attendez donc, la fameuse formule hollandiste c?est de faire cracher un peu plus les seules entreprises qui créent de l?emploi en les taxant encore plus. la croissance socialiste c?est celle du taux de chômage mais avant, François Le Normal va se mettre à dos la seule puissance européenne qui ait encore les moyens de relancer l?économie, l?Allemagne, c?est pour ça paraît il qu?il a nommé un premier ministre qui sait parler l?Allemand.
a écrit le 20/05/2012 à 14:24 :
en 2014 les soldats français seront en Afghanistan !
La croissance avec quel argent ? AUCUN allemand ne payera pour les autres pays et ça c' est certain ! Obama il n' a plus un sou ; il est sous perfusion chinoise .
a écrit le 20/05/2012 à 13:25 :
Obama est en pleine campagne et reniera tout sans complexe une fois réélu. S'il l'est. Les Anglo-Saxons avec leur allié germanique, laissent Hollande faire le clown. Mais au fond tout est déjà décidé. A cette allure, la France ira se faire voir chez les....
a écrit le 20/05/2012 à 13:15 :
Il n'y a aucune reprise aux USA Mister Obama.
Juste des billions de dollars déversés généreusement sur votre industrie en berne par Mister Helicopter Ben.
Mister Obama c'est:
" Too much style without a substance and too much stuff without a style".
D'ailleurs, vous avez aimé Lehman Brothers ??? Alors vous allez encore mieux aimer JP Morgan Chase.
Aller donc demander à Mr Dimon mais je doute fort que celui-ci ai les "guts" pour en parler franchement.
a écrit le 20/05/2012 à 12:57 :
Obama en bon politicien de gauche ne cherche qu'une chose par sa posture: essayer de faire croire que la crise européenne est responsable du désastre de sa propre politique aux US... ces types n'ont vraiment aucune honte.
Réponse de le 20/05/2012 à 14:23 :
Oui et il ne peut pas dédire un président français de gauche ...
a écrit le 20/05/2012 à 10:42 :
Un ménage endetté doit réduire ses dépenses avant de penser à consommer ;pourquoi donc ce principe simple ne s'appliquerait -il pas à un pays ? Oui, il y aura régression 5 ,10 ans mais , il faudra bien passer par là pour sortir du gouffre .Baisser les charges pour etre au niveau du bol de riz par jour ;alors pourquoi avoir fait l'Europe de 500 millions de consommateurs ? Ah oui, pour le mondialisme qui aura enrichi qu'une tres petite caste .
Réponse de le 20/05/2012 à 16:51 :
Corée du Nord aussi ???
Réponse de le 20/05/2012 à 17:02 :
Chine Japon et Coree du Sud et vous croyez qu'un de ses pays sera assez fou pour abandonner sa monnaie comme les 27 pays europeens l'ont fait ?
Vous croyez que les chinois vont s'allier avec les japonais et creer un parlement commun qui prendra et assenera ses decisions sur les pays (si oui alors revisez votre histoire de l'Asie car vous avez la memoire tres courte ou alors vous etes simplement ignorant ...) Zone economique est differente d'une zone a monnaie unique. Capiche ?
Réponse de le 20/05/2012 à 17:18 :
Et oui, mais pouvez vous ,m'expliquer qu'avec 55 millions d'habitants la France avait toutes les industries et commerçait et qu'il y avait des riches et aussi des ouvriers mais pas de chomeurs ? Avec 5OO millions d'habitants l'Europe n'est plus auto suffisante (toutes les industries lourdes ,textiles etc ,ont disparu sauf en Allemangne ) et qu'il y ait donc quantité de chomeurs et des riches ,hypers riches ?Comment fait -on pour donner du travail ? Il faut faire comme mes enfants ;partir aux USA,en Australie ?
Réponse de le 20/05/2012 à 18:27 :
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120513trib000698234/la-chine-le-japon-et-la-coree-prets-a-creer-la-plus-grande-zone-economique-mondiale.html
Réponse de le 20/05/2012 à 18:29 :
Il faudrait se remettre au travail
En france il n y a plus que des gens en congés
N oubliez pas que pour distribuer des richesses il faut d abord les crées
Réponse de le 20/05/2012 à 19:13 :
Et tu créés quoi comme richesses toi ?
Réponse de le 20/05/2012 à 21:58 :
Excusez moi mais on ne peux pas comparer les USA et l Europe tout simplement car les différent états americain ont globalement la même productivité temps de travail taxes etc ce qui est loin d être le cas en Europe
Réponse de le 21/05/2012 à 0:38 :
Qui plus est, la construction historique des Etats-Unis (avancée vers l?Ouest) n?a absolument rien à voir avec l?amalgame douteux qu?est l?UE. Et puis dans tous les cas il me semble dangereux de prendre en exemple un pays qui pour s?en sortir n?a plus d?autre solution que d?imprimer des dollars à tour de bras. Pour l?instant ils conservent un semblant de crédibilité (qu?ils ont d?ailleurs eux-même contribué à aménager, cf l?obligation d?acheter du pétrole en dollars), mais tout cela s?effrite gentiment. Wait and see...
a écrit le 20/05/2012 à 10:38 :
Solution une Europe fédérale à parité avec chaque nation quelque soit la taille de la population.... c'est urgent !
Réponse de le 20/05/2012 à 13:45 :
Le champion de la comptabilité, qui confond l'actif et le passif, nous en invente une nouvelle, parfaitement anti-démocratique : donner à 500 000 individus (Le Luxembourg) autant de pouvoir qu'à 80 millions (l'Allemagne)... C'est décidément très grumeleux, là-haut, entre les oreilles...
Réponse de le 20/05/2012 à 14:25 :
Comme en France oú une minorité de français paie des impôts sur les revenus pour la majorité !!! C'est super démocratique !!!
Réponse de le 20/05/2012 à 15:49 :
Bonne remarque. Une dose de suffrage censitaire, pondérée par les impôts payés moins les salaires ou subventions reçues, non pour élire les représentants nationaux ou locaux, mais pour valider ou invalider annuellement les budgets nationaux et ceux des collectivités territoriales, devra tôt ou tard être envisagée.
Réponse de le 21/05/2012 à 0:50 :
Mais arrêtez de balancer du démocratique à toutes les sauces! Commencez déjà par vous rendre compte que l?UE n?a RIEN de démocratique. Un pouvoir exécutif détenu par des gens non-élus, qui nomme les juges de manière renouvelable et qui s?écrit gentiment sa propre constitution, vous la voyez où la démocratie? Pauvre Montesquieu, heureusement qu?il est mort! Et je ne vous parle même pas des ?Non? français et néerlandais de 2005 qui ont été bafoués dans la joie et la bonne humeur...
a écrit le 20/05/2012 à 10:32 :
Il est vrai que c'est une découverte , voilà trente années pour le moins que notre pays n'a jamais été à l'équilibre que tous nos politiques nous rabachaient qu'il y avait de la bonne dette et de la mauvaise mais ,il est à constater qu'eux se sont enrichis alors que la base elle ,est de plus en plus dans la difficulté !Et maintenant ,ils nous chantent que les Français ne sont pas les plus mal lotis qu'ils doivent constater qu'ailleurs c'est pire sauf que ,il va nous falloir payer !
Réponse de le 20/05/2012 à 14:26 :
Oui ... Mais uniquement à ceux qui prient des impôts ... les autres empochent !!!
Réponse de le 20/05/2012 à 18:17 :
Je voulais écrire "qui paient des impôts"
a écrit le 20/05/2012 à 9:45 :
Les rentiers manquent de cohérence : ils se rangent dans le camps de la rigueur, toute germanique, mais ne sont pas prêt à en payer le prix.
Or pour se mettre au niveau allemand, il faut considérablement baisser les coûts pesant sur les entreprises, afin de restaurer la compétitivité française.
Devinez qui il faudrait taxer en contrepartie ? Les rentiers et les consommateurs...
Réponse de le 20/05/2012 à 14:28 :
Plutôt ceux qui paient des impôts sur les revenus ... moins de la
Moitiee !!
Réponse de le 20/05/2012 à 19:33 :
L'IR pèse très peu comparé aux impôts indirects et aux cotisations sociales mais quelque part, vous avez raison : pour retrouver de la compétitivité, il faut basculer une partie des impôts pesant sur les entreprises, vers les ménages.
Et briser les rentes en même temps ...
a écrit le 20/05/2012 à 9:44 :
une fois de plus incompréhension totale et immense malentendu entre les Français désormais redevenus socialo marxiste et les grandes puissances occidentales dont les USA et l?Allemagne. En aucun cas Obama n?a préconisé une relance par les investissements publics artificiels, autrement dit des créations de fonctionnaires à la sauce Hollandiste. Les médias français qui le trompètent avec bassesse mentent. En aucun cas la Chancelière n?a cédé sur sa politique, d?ailleurs très simple mais il n?est pire sourd qu?un socialo français, on épargne sur les dépenses publiques, on restructure (mot totalement inconnu des nouveaux gouvernants Français) et on investit dans ce qui est de l?investissement productif . En clair pas dans un enseignement consacré à enseigner la bible de la Licra ou SOS racisme ou la découverte d?empires africains mais dans des technologies de pointe. Mais les réformes absolument indispensables et inéluctables à faire en France exigeront une véritable révolution culturelle de la Gauche, cela ne se fera qu?au bord de la catastrophe. On cassera des structures et des forteresses syndicales médiévales:
a écrit le 20/05/2012 à 9:29 :
bravo pour votre titre:
M.Obama croissance ET réductions des dépenses...
il semblerait que les gaulois n' entente que " croissance", grace à leurs médias, qui n' entendent pas non plus réduction des dépenses, et tissent un tapis " rouge" devant les pas de Merlin l' enchanteur"..
D 'ailleurs , M.Obama préche d' abord , pour sa réélection ( il est moins honn^te que d' autres en ne parlant pas d ' austérité ), et surtout pour l' économie amèricaine.;( un démocrate n' est pas de gauche, il est américain !!)..
a écrit le 20/05/2012 à 8:46 :
La croissance ne viendra pas en Europe du secteur Privé puisque les politiques d'austérité (nécessaires pour réduire la surconsommation financée par endettement) réduisent très fortement la demande et donc les perspectives de commandes futures.
Ainsi, l'investissement privé va durablement rester au point mort non par manque de crédits (souvent inutilisés) mais par manque de perspectives des entreprises à court et moyen terme essentiellement dans toute l?Europe du Sud.
Les pays exportateurs de l'Europe du Nord vont également souffrir en voyant assez rapidement leurs débouchés du Sud disparaître.
L'investissement Privé étant en panne, la seule possibilité de croissance aujourd'hui ne peut provenir que d'une politique volontariste durable d'investissements Publics stratégiques au niveau Européen.
Ainsi, à l'image du programme d'investissements d'avenir poursuivi en France pour la France, il pourrait être envisagé un programme d'investissements d'avenir au niveau Européen avec une approche ascendante bottom-up (domaines stratégiques choisis en collaboration avec l'ensemble des acteurs de base de l'innovation - entreprises ? organisations professionnelles ? associations ? universités ? instituts de recherche) avec des appels à projets Européens et des financements Européens (co-investissement public-privé permettant un effet de levier important sur crédits publics).
Cette politique volontariste d'investissements soigneusement sélectionnés, par régions et par pays, si elle est de dimension suffisante et bien conduite dans une approche ascendante à partir de la base (bottom-up) et non descendante et centralisée (top-down), créerait un choc de confiance en Europe et déclencherait un redémarrage de l'investissement Privé.
Cette confiance pourrait même gagner les marchés financiers mondiaux qui prêteraient beaucoup plus facilement aux pays en difficulté en voyant une possibilité d'éloignement de la spirale dépressive sans espoir actuelle.
Il est nécessaire que le désendettement présent qui entraîne de manière durable une hausse du chômage et une baisse du niveau de vie n'empêche pas de surcroît les investissements d'avenir.
La vraie difficulté n?est pas de trouver de l'argent mais de trouver de bons projets.
a écrit le 20/05/2012 à 7:31 :
Nos grands chefs n'arriveront à rien tant qu'ils n'évoqueront pas le role de l'énergie dans le développement de l'économie!
a écrit le 20/05/2012 à 3:04 :
Le G8, 'les huit pays les plus industrialises" en lisant cette phrase je crois rêver ou vous avez la nostalgie des années 70 et 80, bref du passé pour certain de ses soi-disant pays riche de dette.
a écrit le 20/05/2012 à 1:02 :
Les Etats se sont massivement endettés pour relancer nos économie,faire de la croissance artificielle à crédit.les dettes devront être remboursées.le seul impôt sur le revenu ne suffit plus pour payer nos intérêts, sans compter la dette qui reste a rembourser. Chaque Français doit supporter 600euros pour la dette de la Grèce, que nous allons emprunter sur les marchés.Notre dette publique à ce jour s'élève par habitant à 26 478 euros. L'Allemagne vertueuse ne va pas accepter de mutualiser les dettes des PIGS et de la France pour faire plaisir à F Hollande et à B Obama qui prêche pour sa paroisse.
Réponse de le 21/05/2012 à 0:27 :
@ lol : vous êtes très gentil avec vos exemples (qui au passage n?ont pas valeur de démonstration, hein, on apprend ça à l?école) mais vous me faites dire ce que je n?ai pas dit. Je suis tout à fait au courant que la création monétaire ne crée pas de richesse, merci. Et je ne préconise pas de faire marcher la planche à billets de manière irréfléchie. Ce que je souligne, c?est qu?il est flagrant que ce pouvoir de création de monnaie scripturale que l?on a cédé aux banques privées ne fait l?affaire que de quelques nantis, tandis que la majorité de la population touche le fond mais creuse encore. Le secteur financier ne recherche que la rentabilité, pas le bien commun! Quant au monde dans lequel je vis, il s?agit d?un monde où le crédit aurait pour vocation de faciliter la mise en oeuvre de projets, que ce soit à l?échelle d?une personne ou d?un état. Pas d?enrichir 0,01% de la population. Du coup, je vous l?accorde, on ne doit pas vivre dans le même monde...
@ Henri : très bon résumé ;)
a écrit le 20/05/2012 à 0:00 :
Le terme croissance est un argument de com essentiellement. Vous n'avez pas fini d'en entendre parler. Et pourtat concretement la croissance ce ne sera pas au rendez vous.
Puis serieusement. Y'a quelqu'un qui croit une seconde que la solution à nos problèmes c'est plus de production ?
a écrit le 19/05/2012 à 20:28 :
Peut être que la bonne approche de la mondialisation est que des économies interdépendantes ne peuvent pas laisser un acteur majeur (Europe) s'enfoncer dans une crise grave qui affecterait tout le monde.

En ce qui concerne l'austérité et la relance, je demanderai simplement à David Cameron pourquoi les banques anglaises arrivent à ne quasiment pas payer d'impôt ( Je ne suis pas foncièrement de gauche...). La justice fiscale doit passer en haut et en bas afin d'assainir les comptes .

Enfin, j'ai l'impression que l'on oublie que la dette public de certains états en grandes difficultés (hors Grèce) était de la dette privée avant 2008 donc il faudrait éviter que des financiers donnent des leçons de morales aux états car eux ils ne peuvent plus donner la dette à personne.
a écrit le 19/05/2012 à 20:03 :
Un grand sommet, qui, comme à son habitude, n'aboutira sur rien. Normal, l'ampleur de la crise actuelle dépasse très largement l'intelligence des hommes, même de la plus brillante...
a écrit le 19/05/2012 à 19:14 :
"la Grèce est devenue une crise systémique" à méditer en profondeur !!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :