Grèce : l'austérité gagne des points

 |   |  488  mots
AFP
AFP (Crédits : AFP)
Alors que Lucas Papademos, ancien Premier ministre grec agite le chiffon rouge dans un mémo qui prévoit un manque de liquidité pour fin juin, des sondages placent le parti Nouvelle Démocratie, favorable à l'austérité, en tête pour les élections du 17 juin.

L'ancien premier ministre grec explique que le gouvernement risque d'être à court de liquidités d'ici fin juin dans un memo publié dimanche par le journal grec To Vima. Lucas Papademo, chargé d'une étude sur le sujet daté du 11 mai, y détaille un éventuel scénario catastrophe: "Les fonds disponibles pour le gouvernement grec vont diminuer progressivement, passant de 3,8 milliards d'euros le 11 mai à environ 700 millions d'euros le 18 juin, et à partir du 20 juin, ils tomberont dans le rouge autour d'environ 1 milliard d'euros". De quoi justifier un appel à l'union derrière les partis favorables à l'austérité le 17 juin lors des prochaines élections législatives.

Risque de sortie de l'euro

En effet, sans la poursuite du programme de rigueur budgétaire imposé par le Fonds monétaire international, ainsi que la Banque central et la Commission européennes, le pays pourrait voir suspendues les aides qui lui ont été apportées depuis 2010, et risque de sombrer dans la faillites. "Le risque que la Grèce sorte de l'euro est réel", a ainsi mis en garde l'ancien vice-président de la Banque centrale européenne  dans une interview au Wall Street Journal. Pour, lui, cela dépendra du soutien ou non à "l'application continue du programme économique" tel qu'il a été défini par les créanciers d'Athènes.

Nouvelle Démocratie gagne du terrain

Justement, six sondages publiés ce week-end en Grèce place le parti pro-austérité Nouvelle Démocratie (ND) en tête des intentions de vote. Ce parti emporterait entre 23,3% à 25,8% des voix dans ce nouveau scrutin organisé après un blocage politique. Pendant ce temps, le parti anti-austérité Syriza opposé à la politique de rigueur, et classé deuxième dans les sondages avec  20,1 à 26% des intentions de vote. 

Si la Grèce sortait de l'euro? "La BCE serait insolvable"

Pour l'Institut de la finance internationale (IIF), une sortie de la Grèce de la zone euro coûterait plus de 1.000 milliards d'euros. Cette projection datant de février mais qui n'avait pas été publiée est même jugée sous-évaluée par le patron de l'institution Charles Dallara, au cours d'un entretien à Bloomberg. "Ceux qui pensent que l'Europe, et plus généralement l'économie mondiale, est préparée à une sortie de la Grèce devraient y réfléchir à deux fois", a-t-il prévenu. Selon le responsable de ce regroupement de banques, l'exposition de la Banque centrale européenne à la Grèce représente plus de deux fois ses fonds propres. Et si la Grèce sortait de la zone euro, la BCE elle-même manquerait de liquidité pour stabiliser le système. "La BCE serait insolvable", a prévenu Charles Dallara pour qui il serait donc plus efficace d'apporter une nouvelle aide financière à Athènes, à hauteur de 10 milliards d'euros supplémentaires, a-t-il estimé. Selon lui, certains éléments du programme d'austérité "n'étaient pas si bien conçus que cela". 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 11:47 :
Cet article est aussi sérieux que sa grammaire et son orthographe, je ne serais jamais entré en 6éme de mon temps si j'avais rendu une dictée avec autant de fautes ( cinq fautes =0 c'était éliminatoire)
de plus ces articles sont de la pure désinformation, le journalisme dit d'information n'existe plus.
a écrit le 29/05/2012 à 11:39 :
qu'un syndicat sinon lobby de grandes banques du monde comme l'Institut pour la Finance Internationale plaide en faveur de continuer à verser une prébende à la Grèce est compréhensible. Pourquoi ne pas les prendre au mot et les forcer à prêter à un taux de 3 pour cent à la Grèce et l'affaire serait réglée, non ? sans omettre de renoncer aux encours de la Grèce détenus dans leurs comptes. Where is the probleme ?
a écrit le 29/05/2012 à 9:12 :
Après des années d'illusions à vivre au-dessus de leurs moyens, avec des hausses de salaires totalement décorrélées des gains de production, soutenues par un endettement massif, les Grecs sont appelés à revenir à la réalité... http://www.ideas4tomorrow.com/2011/07/retour-en-arriere-ou-retour-la-realite.html
Réponse de le 29/05/2012 à 11:23 :
très juste. idem pour la France et on peut rajouter : après s'etre octroyé des hausses de retraites et de prestations sociales diverses et non financées; les boomers ont ruiné notre pays. Les actifs et les entrepreneurs le fuiront, les laissant avec leur immo bullesque et leurs dettes ...
a écrit le 28/05/2012 à 21:08 :
on croyait avoir Platon, on a eu Onassis
a écrit le 28/05/2012 à 18:37 :
IIF: "si la Grèce sortait de la zone euro, la BCE elle-même manquerait de liquidité pour stabiliser le système".... rarement je n'ai lu une bêtise comme cela. Ont-ils le bac aux moins, ces gens-là?
Réponse de le 28/05/2012 à 19:24 :
ben le but c'est d'expliquer qu'il ft remettre au pot ( des danaides) tous les mois, alors ft utiliser la comm qui va bien
a écrit le 28/05/2012 à 17:36 :
Les Grecs avaient le choix entre le déshonneur d'obéir à des fonctionnaires et des banquiers étrangers d'une part pour adopter l'austérité, et le chaos d'autre part. Ils ont choisi le déshonneur. Ils auront en plus le chaos.
Réponse de le 28/05/2012 à 17:54 :
c'est pas encore fait, si les votes correspondent réellement aux sondages, il sera toujours impossible de former un gouvernement.
si la droite arrive en tête avec20% des voix, ça laisse beaucoup de monde hostile à l'austérité ... donc ... chaos
Réponse de le 28/05/2012 à 19:23 :
les sondages sont larges... mais effectivement, le grec etant contre l'austerite et pour les subventions, on connait la suite..... le plus drole c'est que ca risque meme de leur prendre du temps pour imprimer les drachmes dont ils vont avoir besoin!!
Réponse de le 28/05/2012 à 22:37 :
c'est vrai que c'est vraiment drôle !!!
a écrit le 28/05/2012 à 17:26 :
oui, il faut apporter une aide de 10 milliards toutes les semaines pour qu'ils ne soient pas obliges de payer leurs impots...... la grece c'est 2% du pib europeen, alors s'ils degagent, l'europe s'en remettra tres bien
Réponse de le 28/05/2012 à 17:54 :
ah !! si seulement sarko était encore là pour sauver le monde toutes les semaines :-))
Réponse de le 28/05/2012 à 19:21 :
pour sauver le monde ttes les semaines, maintenant il y a hollande!!! ;-)))
a écrit le 28/05/2012 à 16:58 :
En nouvelle Europe de Maastricht il faut que les habitants votent bien sinon on leur demande de recommencer. S'ils votent encore mal on leur confisquera la démocratie. Comme en 2005 on a voté NON et Hollande et Sarkosy ont voté OUI pour nous. Attention les Grecs ils vont vous envoyer l'armé pour vous calmer. Ils ne craignent rien ils se croient très puissants jusqu'au jour où?
Réponse de le 28/05/2012 à 17:43 :
Et oui : les nations d'Europe ont inventé la Démocratie, et les démocraties ont défendu la paix contre les Fascismes/ Nazismes. France, Pays-Bas, Angleterre démocratiques contre Allemagne nazie, Italie fasciste, Espagne franquiste. Et au moment où les démocraties ont vaincu les régimes autoritaires, au moment où la paix régnait, nos idéologues ont décidé de tuer les Nations pour inventer un gloubiboulga européiste. Inéluctablement, la Démocratie a été étouffée, remplacer par des régimes technocratiques. Inéluctablement, la paix sera menacée.
a écrit le 28/05/2012 à 15:28 :
Austérité ou pas, la Grèce sortira de l'Euro, ce n'est qu'une question de temps. Que la BCE ne soit pas solvable, elle est bien bonne celle-là ! Non, il faut simplement voir dans cette annonce, que les banquiers font dans leur pantalon car ils savent que si la Grèce sort de l'Euro, c'est le défaut total assuré et une perte sèche pour eux. Avec un effet domino inéluctable qui s'enchaînera. Alors, on retarde l'échéance pour essayer de sauver ce qui peut l'être encore. Las, le système est à bout de souffle !
a écrit le 28/05/2012 à 15:26 :
Mme Lagarde fait des déclarations préméditées . Le pouvoir grec fait du cinéma , empoche les milliards d' aide et ne réforme rien car il est impuissant . La Grèce est dans les mains d' une mafia et le plus simple c'est de les laisser tomber . Achille est prié de se remettre en marche !
a écrit le 28/05/2012 à 14:23 :
Je partage entièrement la proposition de Merkel de mettre la Grèce sous tutelle.
Sinon, comme un banquier prend votre appart si vous ne pouvez pas rembourser le credit, il faudrait se payer en prenant physiquement du territoire Grec pour rembourser les pays qui payent.
Réponse de le 28/05/2012 à 15:44 :
cela risque de faire un certain nombres d iles !
Réponse de le 28/05/2012 à 16:08 :
Annexer une partie d'un territoire d'un autre pays, c'est ce qu'a fait Hitler et on sait ce qu'il en est résulté... Vous racontez n'importe quoi.
Réponse de le 28/05/2012 à 16:42 :
Cela est sur !!! On ne va pas annexer la Grèce mais tout le monde oublié que la banque centrale de Grèce peut techniquement émettre de l euro afin de combler sa dette!!!! La est le vrai danger ! Peut être auront nous bientôt une baguette de pain à 1 million... D euros après une terrible inflation ???
a écrit le 28/05/2012 à 13:11 :
Ce n'est pas l'austérité, mais bien la peur qui marque des points.

Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes :
http://retoureneurope.blogspot.com/
Réponse de le 28/05/2012 à 13:22 :
Evidemment que les grecs ne veulent pas de l auterite !
Mais ils n ont pas le choix ! soit il obeissent a la troika, pour le meilleurs comme pour le pire, soit c est le chaos en Grece !
a écrit le 28/05/2012 à 12:22 :
Méfions-nous des mauvais prophètes : si la Grèce représente quelque 2 % du PIB européen, pourquoi la BCE devrait-elle faire défaut ? Cela me laisse très sceptique !!!
Réponse de le 28/05/2012 à 12:40 :
il y a 4 ans, la Grèce s'était juste un problème de 50 milliards d'euros !! ils ont tout foiré à ce point ??
Réponse de le 28/05/2012 à 12:44 :
Elle ne fera pas défaut mais c'est nous qui devrons payer (enfin, les 50% de ceux qui paient des impôts sur les revenus)
Réponse de le 28/05/2012 à 13:24 :
Je confirme le propos de note !
Les contribuables sont les payeurs en dernier ressort !
Mais attention au black, si reellement la situation empire, l economie soutairraine va prosperer.
a écrit le 28/05/2012 à 12:15 :
Ils sont capables de truquer les sondages pour donner un élan aux conservateurs et ainsi obtenir l'aval à l'austérité.
Réponse de le 28/05/2012 à 13:25 :
La grece doit suivre les preceptes de la Troika, pour avoir des aides de l europe. Et ce pour le bien de grecs. Sans les aides europeenne, la chaos serait deja le seul maitre de la grece !
a écrit le 28/05/2012 à 12:09 :
Pas fous les Grecs : ils veulent que l'UE continue à déverser des milliards. Une fois les élections passées, cela repartira de plus belle. Les paris sont ouverts. Quant aux français ils vont bientôt suivre leur exemple en continuant de dépenser plus qu'ils ne gagnent.
Réponse de le 28/05/2012 à 13:26 :
Pas de panique, il y a encore du temps !
Nos dirigeants sont expert en matiere de reporte a demain ce qu il faut faire aujourd hui.
a écrit le 28/05/2012 à 11:59 :
Un peu comme ces sondages qui plaçaient le oui gagnant au momment du referundum sur la ratification du traité de Lisbonne...on connaît la suite.
a écrit le 28/05/2012 à 11:29 :
Mort de rire :" ...certains éléments du programme d'austérité "n'étaient pas si bien conçus que cela" " .... au moins il y a un début de prise de conscience de nos chers bancocrates :-)) toujours avec plusieurs mois de retard mais c'est mieux que rien. L'austérité ne mènera à rien et surtout pas au remboursement de la dette. La Grèce sera toujours ingouvernable et ça va mal finir ... accrochez vos ceintures ça va secouer
a écrit le 28/05/2012 à 11:13 :
Enfin un parti qui se positionne face à la réalité des choses. Dans ces conditions-là, il est envisageable de continuer à aider la Grèce, mais uniquement si les grecs sont prêts à participer aux efforts communs.
Réponse de le 28/05/2012 à 11:57 :
Vous êtes banquier?
Réponse de le 28/05/2012 à 14:30 :
"Dans ces conditions-là, il est envisageable de continuer à aider la Grèce, mais uniquement si les grecs sont prêts à participer aux efforts communs."
C'est ce qu'ils font depuis presque 3 ans....
Réponse de le 28/05/2012 à 15:04 :
3 ans notamment, pour mettre en place les structures administratives en charge du plan cadastral et des impôts et taxes qui l'assortissent ? .
Si c'est le cas Bravo les Grecs, ils méritent notre aide !
Réponse de le 28/05/2012 à 19:11 :
@Luthner : J'ten pose des questions ?
Réponse de le 29/05/2012 à 14:11 :
Non, mais au final vous répondez bien à la question...Vous êtes tres prévisible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :