Égypte : Un membre de l'ancien régime contre un Frère musulman au second tour

 |   |  470  mots
Copyright AFP - Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et Ahmad Chafiq, ex-Premier ministre de Hosni Moubarak, s'affronteront au second tour de la présidentielle égyptienne
Copyright AFP - Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et Ahmad Chafiq, ex-Premier ministre de Hosni Moubarak, s'affronteront au second tour de la présidentielle égyptienne (Crédits : AFP)
Les Égyptiens devront élire leur président les 16 et 17 juin. Ils auront le choix entre Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, et Ahmad Chafiq, ex-Premier ministre de Hosni Moubarak.

C'est officiel : entre islamistes et représentants de l'ancien pouvoir, les Égyptiens devront trancher. La Commission électorale a en effet confirmé ce lundi les victoires au premier tour de l'élection présidentielle du candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et de l'ancien Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq. Ces deux candidats dont les noms avaient déjà été annoncés par les partis ainsi que par diverses sources officieuses s'affronteront lors du second tour de l'élection présidentielle les 16 et 17 juin.

Un écart de 260.000 voix

"Aucun candidat n'a obtenu de majorité absolue. Par conséquent, il y aura un second tour entre (Mohammed) Morsi et (Ahmad) Chafiq qui ont obtenu le plus grand nombre de voix" au premier tour des 23 et 24 mai, a annoncé Farouq Soltane. Le président de la commission a ensuite précisé que le candidat des Frères musulmans avait récolté près de 5.765.000 voix soit une courte avance de près de 260.000 sur son adversaire. Le nationaliste arabe Hamdeen Sabbahi arrive en troisième position, avec un peu plus de 4,8 millions de suffrages.

Aboul Foutouh n'appelle à voter pour personne, mais surtout pas pour Chafiq

Avec quelque 4 millions de voix, l'islamiste modéré - exclu des Frères musulmans -, Aboul Foutouh, échoue au pied du podium. "Les Egyptiens ne seront à l'aise qu'avec un État civil. Un Etat religieux est quelque chose qui divise beaucoup", a averti l'ancien chef de la Ligue arabe. Mais s'il n'appelle ainsi pas à voter pour le candidat des Frères musulmans au second tour, il ne soutient pas non plus son adversaire. Il rejette au contraire tout vote en faveur d'un "fouloul", terme péjoratif qui désigne un ancien membre du camp Moubarak.

Les salafistes pour le candidat des Frères musulmans

L'ancien ministre des Affaires étrangères Amr Moussa, qui a réuni lui plus de 2,5 millions de voix, a également refusé de donner une consigne de vote. Au cours de la campagne il avait affirmé se retirer de la vie politique après le scrutin en cas d'échec mais laissé une porte ouverte, ce lundi, en affirmant qu'il n'irait vers personne mais examinerait les propositions que l'on pourrait lui faire. Al-Nour, le principal parti salafiste qui soutenait au premier tour l'islamiste modéré Aboul Foutouh a, quant à lui, annoncé sur son compte officiel twitter, son soutien au candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi.

Moins d'un Égyptien sur deux a voté au premier tour

Enfin, les militants pro-démocratie devraient se rendre aux urnes - bien qu'à reculons - voter contre l'ancien régime et donc pour le candidat des Frères musulmans. Alors qu'au premier tour la participation ne s'est élevée qu'à quelque 46% dans ce pays de 57 millions d'électeurs, l'abstention risque de marquer à nouveau une élection présidentielle tendue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 11:51 :
La peste ou le choléra ? vous avez le choix entre la dictature ou la charia.
Je suis une âne, croyais que la révolution égyptienne était pour la démocratie.
Réponse de le 29/05/2012 à 14:26 :
Nous réfléchissons avec une culture qui n'a rien à voir.
Quand les gens n'ont qu'une religion comme culture, ça donne ça.
Réponse de le 29/05/2012 à 14:32 :
Approfondissez vos connaissances en histoire de l'Europe surtout du 8e. au
16 ème siècle et vous comprendrez mieux ce que nous réserve l'avenir.
Réponse de le 29/05/2012 à 14:34 :
Vous aviez free et vous n'aviez rien compris!
Réponse de le 29/05/2012 à 16:22 :
Leo a raison on a deja connu ca , la "trés sainte inquisition" , ses siécles d obscurantisme décrétés par l eglise, Torquemada et ses joyeux compagnons , Gallié qui a faillit passé au grill parce que cet imbécile avait dit que la Terre tournait autour du soleil.. Que du bonheur et de joyeusetés C est un peu violent mais si il leur faut ça pour prendre du recul sur la religion ...
a écrit le 29/05/2012 à 10:51 :
Ca donne pas envire d'aider la Syrie de voir ca. Les revoltes sont manipulées en fait.
Réponse de le 29/05/2012 à 14:23 :
Hélas, il faut s'attendre au pire après El Hassad. Et si le président syrien avait raison?
C'est malheureux mais certains n'arrivent pas a bien se comporter sans dictature
dans beaucoup de pays.
Réponse de le 30/05/2012 à 9:43 :
rassurez vous je serais trés étonné qu on bouge militairement en Syrie
A: les budgets sont à sec y a plus d argent pour financer cette opération
B: la Syrie c est pas la Lybie c est du désert tout plat ou on peut bien reperer ses cibles (ce qui n enleve rien a l excellence du travail effectué par nos pilotes)
C: l armée Syrienne est bien entrainé et bien équipée bien mieux que celle de Kadaffi
D: Les alliés potentiels de Syrie risqueraient de rendre une intervention militaire particulierement tendue voir de dérapper trés vite: avec l' Iran en premier lieu qui a mon trés humble avis attend qu un pretexte , la Russie pour qui la Syrie represente un gros marché d armement entre autre et bien sur la Chine
E: On est en période electorale un peu partout les américains ont d autres chats a fouetter tout comme les européens
Conclusion: les gesticulations diplomatiques , les protestations et autres offuscations de bon alois oui , les sanctions économiques oui et encore ca sera tendu avec la Russie et la Chine Une opération militaire même limitée aux frappes aériennes ca n arrivera pas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :