La Grèce avait embauché des fonctionnaires en violant un accord UE-FMI

 |   |  485  mots
Le nouveau premier ministre Antonis Samaras aux côtés de son prédecesseur George Papandréou.
Le nouveau premier ministre Antonis Samaras aux côtés de son prédecesseur George Papandréou. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Grèce a violé un accord avec l'Union Européenne et le FMI en embauchant quelque 70.000 fonctionnaires en 2010-2011, selon des rapports publiés dimanche par le magazine grec To Vima.

Décidement la Grèce aborde en mauvaise posture le sommet européen des 28 et 29 juin. D'abord, le nouveau premier ministre, Antonis Samaras, qui vient de subir une opération à l'oeil, a fait savoir qu'il ne sera pas présent alors que la Grèce a affirmé vouloir renégocier son plan d'austérité avec l'Union européenne et le FMI. Le pays sera réprésenté par le chef de la diplomatie, Dimitris Avramopoulos, assisté du ministre des finances George Zannias. Ensuite, des rapports publiés dimanche par le magazine To Vima soulignent l'indiscipline du pays face aux exigences de l'UE.

"Pendant que le gouvernement (dirigé par les socialistes du Pasok ) passait des lois réduisant le nombre de fonctionnaires, il en faisait rentrer par la fenêtre", selon un membre anonyme de la Troïka(UE, BCE et FMI), cité par To Vima. Cet hebdomadaire de centre-gauche cite un premier rapport interne de la mission permanente de la Troïka ainsi qu'un deuxième établi par le ministre des finances par interim, George Zannias. Le membre de la Troïka a ajouté que 12.000 autres personnes avaient également été embauchées dans des collectivités locales alors que des mesures d'économies par fusion de municipalités étaient officiellement en cours.

Le rapport que M. Zannias devait transmettre à son successeur désigné après l'élection du 17 juin, Vassilis Rapanos, révèle qu'il y a toujours officiellement 692.000 fonctionnaires, sans changement, alors que 53.000 ont pris leur retraite en 2010. Hospitalisé d'urgence vendredi, Vassilis Rapanos n'a toujours pas pu prêter serment.

Alors que 40.000 départs ont eu lieu en 2011, le réduction nette n'a été que de 24.000, indique To Vima. Au terme du premier mémorandum négocié en l'échange d'une aide massive financière, la Grèce s'était engagée à ne remplacer sur cette période qu'un fonctionnaire sur cinq dans.

La publication de ce rapport intervient alors qu'une mission de la troïka est attendue lundi à Athènes pour évaluer la situation du pays, au moment où la Grèce exige la renégociation du deuxième mémorandum signé en février dernier. En deux ans, c'est une aide de 347 milliards d'euros - deux prêts de 110 et 130 milliards, et un effacement de dette de 107 milliards -, qui a été accordée à la Grèce, l'équivalent d'une fois et demi son PIB ou de 31.000 euros par grec.

Dans un document publié samedi, le gouvernement dirigé par le conservateur Antonis Samaras a expliqué qu'il comptait limiter les licenciements de fonctionnaires et insisté pour que la révision du plan de sauvetage qu'il réclame permette d'étendre "d'au mois deux ans", c'est-à-dire jusqu'en 2016, "les réformes d'ajustement budgétaire". Selon ce dernier memorandum signé par la Grèce, le pays s'était engagé à réduire de 150.000 le nombre total de salariés du secteur public, dont 15.000 cette année.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2012 à 8:48 :
Rien ni personne ne me laissera croire que nos politiciens et autres fonctionnaires haut placés à l'époque de l'entrée de la Gréce dans l'Europe ne savaient pas ce qui se passait. TOUS étaient au courant et ont fermé les yeux soit par aveuglement dogmatique (on DOIT faire grossir l'Europe), soit par manque de courage (politique de l'autruche), soit peut-être même par corruption (pourquoi pas???). En tout cas le peuple Européen (Grec inclus) remerciera pendant longtemps tout ces dirigeants et autres théoriciens de la construction Européenne élargie. MERCI à tous et à toutes au nom des petites gens!!!!!!!
Réponse de le 04/07/2012 à 14:22 :
Le economes serieux, par exemple ceux de la Bundesbank avait bien reconnu le danger et mis en garde de ne pas laisser la Grece entrer dans le club Euro.
Mais c´etait la volonté politique de Helmut Kohl et Mitterand de faire l´Euro donc de faire l ´Europe avec tous les petits copains de la Mediteranée en prenant " tout petit petit risque". L´intention etait bonne mais dilitentique. 13 ans plus tard nous savons tous que l´economie c´est comme les lois de la physique. On peut les tordre comme on veut mais a la fin de compte on ne pas pas les ignorer car elles sont infaillibles.
a écrit le 26/06/2012 à 8:07 :
Ce ne sont pas des socialistes locaux qui les ont embauchés ... et triché ?
a écrit le 25/06/2012 à 19:13 :
L'Allemagne se méfiait de la Grèce, elle avait bien raison.
a écrit le 25/06/2012 à 19:10 :
On ne peut donner que raison à Mmee Merkel lorsque l'Europe donne de l'argent il faut un droit de controle sinon lorsque les pays n'ont pas de parole ,comme les grecs, on aboutira à la perte de l'Europe et de l'Euro.
a écrit le 25/06/2012 à 15:58 :
Le problème : si demain la Grèce décide de ne pas rembourser les 340 milliards , après demain ce sera l´Espagne , suivie de l´Italie ( les petits comme le Portugal, on les laisse de coté) qui feront la même chose .
Et à la fin ce sera la France qui elle va s´écrouler sous les dettes qui ne feront qu´augmenter quand personne ne voudra continuer à lui preter de l´argent.
C´est un developement presque mathématique.
La Zone Euro n´est pas sortie de l´Auberge !
A moins que ce soit les USA qui s´ecroulent en premier !!!
Et meme si notre cher ami FH requisisionnait la fortune des premier 10.000 " riches" Francais, ca changerait quoi au debacle quand on voit l´ampleur du la dette " souveraine" donc du vrai problème ???


a écrit le 25/06/2012 à 15:08 :
La Gréce profitera de l'Europe et trichera toujours comme elle l'a fait jusqu'à présent.
a écrit le 25/06/2012 à 14:58 :
On veut une Europe forte à l'image des USA. Alors quand donnera-t-on aux citoyens Européens de décider, de s'exprimer, par referendum, sur un sujet aussi portant que la Grèce? Si nous ne sommes là que pour élire des députés lointains et approuver (forcé) une constitution fantoche, alors n'espérez pas impliquer qui que ce soit au projet Européen.
a écrit le 25/06/2012 à 14:13 :
On peut critiquer les grecs de ne pas tenir leur engagement mais nous sommes mal placé car dans le discours la France a supprimé un fonctionnaire sur 2 oui sur le papier mais les contrats en CDD ont explosé. Nous devions faire de belles économies manque de chance, l'économie a été redistribuée bilan de la Cour des Comptes un petit 100 millions d'Euros. Allez les grecs ne vous sentez pas coupable nous sommes comme vous équipés de politiciens menteurs autant à droite qu'à gauche avec des ministres plus copains que compétents. Concernnat l'Allemagne l'endettement des collectivités locales est colossal mais eux aussi donnent des leçons mais eux aussi sont gouvernés par des politiques plus dans le discours que dans les faits.
Réponse de le 25/06/2012 à 16:00 :
certes, mais l'allemagne est excédentaire en commerce extérieur et est beaucoup plus solide sur le domaine économique que la France qui a 1700 miliards de dette et prés de 100 millairds de déficit du commerce extérieur, et surtout en constante dégradation. les pays nordiques sont heureusement pur eux, beaucoup plus pragmatiques, moins idéologiques, et ont de ce fait de bien meilleurs résultats. Mais tout à fait d'accord, la france n'a pas de leçon a donner en gestion publique, puisqu'il n'y a pas de gestion publique mais uniquement un système de dépenses sans limites, et certains nous expliquent que c'est en s'endettant encore plus qu'on va s'en sortir ! dramatique
a écrit le 25/06/2012 à 13:53 :
Je préfère hériter une rente (immobilier, foncier ) que de me casser le c... à bosser les soir pour réussir un concours payé au smic, garanti comme une rente certes mais il faut quand même bosser un peu ou faire semblant.
a écrit le 25/06/2012 à 12:46 :
ils ont triché, ils trichent, ils tricheront, aucune gestion et un déficit chronique permanent....
Et que tous ceux de mauvaise foie (la gauche en tête) arrétent de nous dire que l'austérité ça ne marche pas, voyez en Grèce..
l'austérité n'existe pas, c'est juste commencer à ne mpas dépenser plus qu'on ne gagne, sachant que la gestion normale c'est dépenser utile et efficace, et donc infiniment moins !!!! les politiques sont à l'age de glace en terme de culture économique et de niveau de gestion, un vrai délire au quotidien y compris dans les médias qui oublient de poser les bonnes questions. Aucune entreprise ne survivrait à une telle absence de gestion la plus élémentaire !!
mais ça permet d'éluder les vraies questions, de camoufler l'absence de gestion publique et de désigner des coupables imaginaires, une fuite en avant permanente....et qui détruit l'économie en l?asphyxiant d'impôts, de taxes, un usine à produire le chomage et la misère par manque de courage et de bon sens le plus élémentaire..
a écrit le 25/06/2012 à 12:29 :
Les menteurs et profiteurs de l'argent des autres ne méritent que d'être mis à la porte de l'Europe.
a écrit le 25/06/2012 à 12:14 :
Ils se sont moqués de nous pour entrer dans l'Europe et maintenant ils en rigolent en continuant leurs magouilles. Laissons les se dépatouiller seuls, ils ne valent pas la peine de les aider.
a écrit le 25/06/2012 à 11:44 :
Qu'on les passe à la trappe !
a écrit le 25/06/2012 à 11:43 :
Arrêtons de suite cette mascarade qui n'a que trop duré (à nos dépens en plus). Ce n'est plus tenable (objectivement)
a écrit le 25/06/2012 à 10:54 :
Il est évident que tout l'argent donné aux grecs, qu'il provienne du FMI, de l'UE ou de banques privées est à fond perdu. Ils ne pourront (ni voudront) jamais rembourser ces dettes devenues colossales. La sortie de la Grèce serait certainement la solution la plus honnête pour toutes les parties concernées. Il ne s'agit pas de les "laisser tomber" mais peut-être de leur ouvrir un espace autre permettant qu'ils s'investissent plus directement sans attendre "la becquée" comme c'est le cas actuellement ...
Réponse de le 25/06/2012 à 15:31 :
Croyez vius que la France pourra rembourser sa dette si oui il faudra donner la réponse avec clarté et qui apie et comment avec quel argent etc etc etc. Les grecs comme les frnaçias les italiens les espagnols et même les allemands qui ont une dette territoriales colossal ne pourront rembourser. Ne pas oublier que nous empruntons depuis des années pour rembourser les prêtes émis quelques années auparavant; Les préteurs seraient bien "embétés" si nous remboursions car adieu les intérêts car seul ces derniers sont attractifs le capital ne vaut plus rien.
a écrit le 25/06/2012 à 10:03 :
La Gréce trichera toujours.
a écrit le 25/06/2012 à 10:00 :
Les grecs pensent nous tenir par...
On arrête quand de déconner, on les vire et on passe à autre chose!
a écrit le 25/06/2012 à 9:41 :
un socialiste qu'il soit grec ou français reste un socialiste, reniant toujours ses promesses. DU POPULISME, nous avons les mêmes en France peut être en pire.
Réponse de le 25/06/2012 à 18:06 :
c etait l ump locale (ND) qui etait au pouvoir
le clientelisme, c est de doirte et de gauche, il n y a qu a voir en corse. Ils sont souvent UMP et s y connaissent en prime a la vache, pret du Credit agricole et autre detournement du RMI (cf Jose rossi)
a écrit le 25/06/2012 à 7:59 :
Et l'Europe est tellement contente d'avoir remis aux commandes de la Grèce les deux partis qui l'ont mise dans cet état, qui la ruinent et qui nous escroquent ! Parce que le Peuple, c'est tellement vulgaire et populiste !
a écrit le 25/06/2012 à 7:56 :
forcement, ils ont besoin de 2 ans... voire bcp plus !!!!!!!!!!!! on va peut etre s'arreter la...
a écrit le 25/06/2012 à 7:31 :
La coupe est peine... Inutile de continuer à verser de l'argent dans ce puits sans fond qui ne respecte jamais ses engagements.
Réponse de le 25/06/2012 à 9:59 :
La Grece ne remboursera pas sauf en drachme devaluées Les Politiques qui on accepté l'entrée da la grece dans l'Euro devraient s'expliquer en Justice e
Réponse de le 25/06/2012 à 17:20 :
Vrai ! ces politiciens et fonctionnaires européens qui pondent régulièrement des inepties au prix exorbitant qu'ils n'auront jamais à régler, EUX, par contre nous, OUI !
L'Europe de Schumann n'est pas celle que nous construisons, celle-ci nous tue tranquillement mais sûrement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :