La Grèce lève 1,3 milliard d'euros en bons à trois mois à des taux en baisse

La Grèce a levé 1,3 milliard d'euros en bons du Trésor à trois mois avec un taux en baisse mais restant très élevé à 4,13%.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les tensions sur l'Espagne semblent quelque peu profiter à la Grèce. En pleins pourparlers pour former un gouvernement, la république hellène a levé mardi 1,3 milliard d'euros en bons du Trésor à trois mois, avec un taux d'intérêt en très légère baisse, de 4,31%, a annoncé l'agence grecque de gestion de la dette publique (PDMA). Le taux de la précédente émission similaire avait été de 4,34%. Des taux qui restent toujours extrêmement élevés. A titre de comparaison, le taux des bons du Trésor français à trois mois était à la dernière clôture de 0,0635%.

Cette opération est la première après les législatives de dimanche, remportées mais sans majorité absolue par le parti de centre droit nouvelle démocratie, qui affiche depuis son espoir de boucler rapidement une alliance avec, notamment, les socialistes. Lors de sa dernière émission avant les élections, le 12 juin, le pays avait concédé un taux de 4,73% pour lever 1,625 milliard à six mois.
Pour cette émission de mardi, portant au départ sur 1 milliard d'euros, la demande a été un peu plus de deux fois supérieure à l'offre, à 2,188 mds (elle était 2,3 fois supérieure pour la précédente émission similaire du 15 mai).

S'il espère former sans tarder une alliance gouvernementale, qu'il avait échoué à nouer à l'issue du précédent scrutin du 6 mai, le pays reste toutefois surveillé par les marchés et ses partenaires, qui attendent de juger de la volonté et la capacité de la nouvelle équipe à le remettre sur la voie du redressement. La Bourse d'Athènes restait toutefois optimiste mardi, progressant de 2,25% deux heures après l'ouverture, après un rebond de 3,6% de son indice, la veille.

La Grèce est privée d'accès aux marchés pour son financement à moyen et à long terme depuis 2010, quand son surendettement a plongé la zone euro dans une crise toujours irrésolue, qui touche désormais d'autres pays l'Espagne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.