Etats-Unis : le fort recul des inscriptions au chômage salué à Wall Street

 |   |  320  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les nouvelles inscriptions au chômage ont reculé de 8,5% aux États-Unis pendant la troisième semaine de juillet par rapport à la semaine précédente, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le département du Travail.

Alors que les analystes anticipaient un repli de seulement 1,8%, les nouvelles inscriptions chômages ont fortement reculé aux Etats-Unis pendant la troisième semaine de juillet. Selon le département du Travail à Washington, un total de 353.000 demandes d'allocations de chômage ont été déposées dans le pays du 14 au 21 juillet, soit 8,5% de moins que la semaine précédente.

Un indicateur "extrêmement volatil"

En moyenne sur un mois, l'indicateur des nouveaux chômeurs a baissé pour la cinquième semaine de suite, s'établissant à 367.500 nouvelles inscriptions, son niveau le plus faible depuis la fin mars 2012. Un responsable de la division des statistiques du ministère a toutefois indiqué à la presse que cet indicateur était "extrêmement volatil", compliquant son interprétation. Il y a une semaine, le président de la Fed, Ben Bernanke, avait prévenu que la baisse du chômage entamée à la fin de l'été 2011 "pourrait être désespérément lente"

8,2% de chômeurs en juin

La semaine précédente, du 7 au 14 juillet, le nombre de nouveaux chômeurs avait ainsi brusquement bondi après deux semaines de baisse, enregistrant une hausse de 9,7%. Selon les derniers chiffres officiels, le taux de chômage s'est établi en juin à 8,2% aux Etats-Unis, où la question de l'emploi domine à quelque mois de l'élection présidentielle qui se déroulera en novembre.

Wall Street en hausse

Cette nouvelle a été salué à Wall Street qui a ouvert en nette hausse, le Dow Jones prenait 1,65% et le Nasdaq 1,53%. La progrssion de l'indice était également tirée par les bons chiffres des commandes de biens durables au mois de juin et, surtout, par les propos de Mario Draghi. Alors que la situation en Europe inquiète outre-Atlantique, le président de la BCE s'est dit prêt à à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l'euro contribuant à un regain d'optimisme sur les places boursières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :