Un opposant allemand à Merkel se dit favorable aux "eurobonds"

 |  | 257 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'ex-ministre allemand des Finances Peer Steinbrück est partisan d'une plus grande intégration budgétaire dans la zone euro. Contrairement au discours actuel de la chancelière, farouchement opposée à l'émission de tels titres.

 La position est pour le moins symbolique : L'ex-ministre allemand des Finances Peer Steinbrück, l'un des adversaires potentiels de la chancelière Angela Merkel aux élections de 2013, s'est dit favorable à l'émission d'euro-obligations, que rejettent le gouvernement actuel comme une majorité de la population du pays.

Peer Steinbrück, membre du parti d'opposition social-démocrate (SPD) populaire auprès des électeurs centristes, a dit au Süddeutsche Zeitung soutenir l'appel de Sigmar Gabriel, président du SPD, à des émissions de dette commune et une plus grande intégration budgétaire dans la zone euro. "Le président du parti a raison à ce sujet, et les développements iront en son sens", a-t-il dit au Süddeutsche Zeitung dans son édition de samedi, estimant que l'Union européenne devrait pouvoir intervenir directement et de façon plus marquée qu'auparavant dans les politiques budgétaires des pays en difficulté.

Franc-parler

Connu pour son franc-parler, Peer Steinbrück s'en est vivement pris à ceux des membres de la coalition de centre-droit d'Angela Merkel qui ont qualifié de "socialisme de la dette" les propositions du SPD en matière d'euro-obligations."Ils sont écervelés", a-t-il dit, estimant que la zone euro était déjà devenue une communauté de responsabilités communes ("Haftungsgemeinschaft"). La crise de la région ne laisse à l'Union européenne que deux orientations possibles, a jugé Peer Steinbrück : soit les Etats consentent à davantage d'intégration européenne, soit ils optent pour une "renationalisation". "Cela serait un choix fatal" pour des pays exportateurs comme l'Allemagne, a-t-il prévenu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2012 à 23:36 :
On entend dire qu'à 100% ils perdent le triple A, donc ils vont dans la spirale des taux. Leur réserve de dette est donc limitée, ce qui se répercute logiquement sur les capacités d'intervention de la BCE. Vrai ou faux? C'est donc un non sujet ou une fausse solution. La réalité est qu'on n'a jamais rien fait pour réduire le chômage, vu les résultats. Nous avons des tas de diplômés sur le carreau...
a écrit le 13/08/2012 à 11:42 :
L'accroche et le titre sont un peu étonnants: il ne s'agit pas de la même chose. Vouloir plus d'intégration budgétaire et émettre des "eurobonds" sont deux choses indépendantes, même si elles sont souvent liées par les "européistes" afin d'influencer la perception par le rand public de ces enjeux.
a écrit le 13/08/2012 à 10:32 :
Une bonne inflation, sortir de l'euro, fermer les frontieres du pays !
Une solution ?
Les grecs, si leur gestion n'est pas rétablie, y vont tout droit. un beau laboratoire pour ces grandes idées
a écrit le 13/08/2012 à 9:19 :
steinbrueck n'est pas pour des euros obligations, il est pour plus d'integration ( avec pour corollaire l'emission de dette commune - chose qu'on a jusqu'a present appele euro)...... les francais ne veulent pas trop comprendre que les allemands ne paieront pas pour leurs m'enfoutisme
a écrit le 13/08/2012 à 9:18 :
Bonjour, Il serait bon que vous mentionniez en même temps , les conditions " sine qua non" qui sont posées pour un accord sur les Eurobonds avec la Gauche allemende. Conditions que la Gauche française n'est pas prête à accepter.
Alors votre article , avec cette omission, n'est que polémique.

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 12/08/2012 à 19:20 :
On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre ... Mme la crèmière Merkel.... qui ne viendra pas sur mes genoux !
a écrit le 12/08/2012 à 18:47 :
on y arrive !! avec un peu de chance Merkel va se faire virer aux prochaines élections et l'Europe pourra redémarrer :-))
a écrit le 12/08/2012 à 17:36 :
Enfin un allemand qui voit un peu plus loin que les autres! À laisser couler les autres pays européens , les allemands se font hara kiri! C est la politique Merkel qui empêche l inflation qui est nocive à l ensemble! Une inflation maîtrisée à 5, 6 pourcent est essentielle pour sortir du bourbier...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :