L'ONU exhorte les pays à créer des plans anti-sécheresse

Selon l'Organisation mondiale de la météorologie, les sécheresses devraient être de plus en plus intenses et de plus en plus fréquentes. C'est pourquoi l'organisation onusienne exhorte les États à adopter des politiques de gestions des risques visant à limiter en amont les risques de sécheresse.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

L'Organisation mondiale météorologique (OMM), organisation onusienne, tire la sonnette d'alarme face au risque de sécheresse et à ses conséquences. Daprès son secrétaire général, Michel Jarraud, les sécheresses devraient être de plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses en raison du changement climatique. Un constat que confirme l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA) selon laquelle juillet 2012 se place au quatrième rang des mois de juillet les plus chauds, en moyenne mondiale, depuis le début des relevés en 1880, et au premier rang pour les Etats-Unis.

Mettre l'accent sur la gestion des risques

C'est pourquoi Michel Jarraud s'inquiète face à l'inertie des dirigeants de pays qui continuent de faire face aux sécheresses par le simple biais de la gestion de crise. A la place de quoi le secrétaire générale de l'organisation de Genève préconise "des politiques nationales concertées de lutte contre la sécheresse fondées sur la gestion des risques".

Et Mannava Sivakumar, directeur du département du climat et de l'eau à l'OMM s'inquiète, car pour l'instant, l'Australie est le seul pays au monde à avoir adopté une véritable politique anti-sécheresse. "Il est temps que les pays affectés par la sécheresse développent une [telle] politique" a-t-il insisté. De telles politiques permettraient d'enrayer le risque de crise alimentaire, alors que les prix des aliments atteignent des records proches de ceux de 2010. Et l'OMM n'est pas la seule à s'en inquiéter. Le 10 août dernier, la FAO avait exprimé ses craintes face au risque d'une crise alimentaire mondiale.

En vue d'aider les pays à mettre sur pied de tels outils d'action, l'OMM, la Convention des Nations unies sur la lutte conte la désertification et d'autres partenaires du système de l'ONU vont organiser du 11 au 15 mars 2013 une réunion de haut niveau sur les politiques nationales de lutte contre la sécheresse. Selon l'OMM, citant l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (Noaa), juillet 2012 se place au quatrième rang des mois de juillet les plus chauds, en moyenne mondiale, depuis le début des relevés en 1880, et au premier rang pour les Etats-Unis.
 

 

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 23/08/2012 à 0:22
Signaler
Le drame, c'est que tout le monde sait, mais il est impossible d'avancer compte tenu des forces et lobbies en tout genre. Personne ne veut se mouiller, parce qu'il faudrait dire à beaucoup de gens qu'ils vont perdre leur boulot et qu'ils devront se ...

à écrit le 21/08/2012 à 20:15
Signaler
il est quand même paradoxale que la même banque mondial qui a prôner pendant des années "la gestion de crise " se posent des question maintenant?!!! quand à la FAO son niveau d?incompétence est reconnue!!!! car mis a part de faire des colloques!!!!!!...

le 21/08/2012 à 22:29
Signaler
Ce sont les pays et/ou les lobbies qui bloquent essentiellement. Je connais bien le cas en Europe dont la politique a été majoritairement très positive sur beaucoup de sujets et c'est la même chose au plan climat : on a critiqué les Giec et les scien...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.