L'Iran compte sur le soutien des pays non-alignés face à l'Occident

Les dirigeants d'une centaine de pays Non-Alignés se retrouvent ce jeudi à Téhéran pour un sommet où l'Iran espère un soutien face à l'Occident, mais qui pourrait être terni par le dernier rapport de l'ONU sur son programme nucléaire controversé. Premier succès pour Téhéran, la venue du nouveau président égyptien Mohamed Morsi, signant les retrouvailles entre les deux pays, depuis 1980, après le traité de paix signé entre l'Egypte et Israël.
Le président iranien Ahmadinejad s'entretient avec le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon après son arrivée mercredi à Téhéran pour la conférence des pays non-alignés. Copyright Reuters
Le président iranien Ahmadinejad s'entretient avec le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon après son arrivée mercredi à Téhéran pour la conférence des pays non-alignés. Copyright Reuters

Le 16e sommet du mouvement des non-alignés, qui s'ouvre ce jeudi à Téhéran, donnera à l'Iran pour trois ans la présidence tournante de cette organisation datant de la guerre froide, largement assoupie depuis. Mais le pays d'Ahmadinejad souhaite redonner de l'impulsion à cette institution pour faire pièce aux grandes puissances, en particulier aux Etats-Unis (voir ci-dessous).

Démocratiser le Conseil de sécurité de l'Onu

Sous la houlette iranienne, le sommet devrait notamment condamner les sanctions unilatérales occidentales dont plusieurs de ses membres, Iran en tête, sont frappés pour leur politique nucléaire ou leurs violations des droits de l'Homme.

Il pourrait également manifester des positions rejoignant celles de Téhéran sur plusieurs thèmes traditionnels au mouvement des non-alignés: "démocratisation" du Conseil de sécurité de l'Onu visant à réduire l'influence des grandes puissances, rejet de toute ingérence dans les affaires intérieures de ses membres - avec la crise syrienne en toile de fond -, soutien à la création d'un Etat palestinien, appel au désarmement nucléaire.

Le sommet devrait aussi réaffirmer le droit de toutes les nations à l'énergie nucléaire pacifique, avancé par l'Iran pour justifier son ambitieux programme face à une partie de la communauté internationale qui le soupçonne de chercher, malgré ses démentis, à se doter de l'arme atomique. Téhéran espère en effet utiliser cet événement pour prouver que les Occidentaux n'ont pas réussi à l'isoler, au grand dam des Etats-Unis et d'Israël qui ont tenté en vain de dissuader plusieurs dirigeants d'y assister, dont le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Rapport critique de l'AIEA sur le programme nucléaire iranien

M. Ban a toutefois profité de sa visite à Téhéran pour demander fermement mercredi aux principaux dirigeants iraniens de répondre "urgemment" et par des "progrès concrets" aux inquiétudes internationales sur leur programme nucléaire.
Il a aussi dénoncé clairement les atteintes aux droits de l'Homme en Iran, ainsi que les appels répétés des dirigeants iraniens à l'"éradication" d'Israël comparé à une "tumeur" au Moyen-Orient.

De même, l'image positive que l'Iran souhaite donner au monde à l'occasion du sommet pourrait également être ternie par la publication, jeudi ou vendredi, du dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui devrait à nouveau montrer que Téhéran continue d'étendre ses activités nucléaires en violation de plusieurs résolutions de l'Onu.

_______

Le mouvement des pays non-alignés, une organisation née dans le contexte de la guerre froide

Les premiers balbutiements du mouvement des non-alignés remontent à l'année 1955, durant l'époque de la décolonisation. 29 pays, la plupart ayant acquis récemment leur indépendance, se réunissent à Bandung, en Indonésie, pour renforcer leurs liens diplomatiques et aborder les grands enjeux géopolitiques. Les questions autour de l'émancipation des peuples maghrébins, l'apartheid sud-africain ou le conflit israélo-arabe sont notamment abordées. Une nouvelle entité mondiale s'apprête à voir le jour, avec pour seul leitmotiv : la liberté.
 
Un an après la conférence, en 1956, quatre chefs d'Etats -Tito, Nasser, Nehru et Sihanouk - se retrouvent en Yougoslavie pour poser les premières bases du futur mouvement. L'idée est de créer un 3e bloc mondial assez puissant pour contrer l'influence des deux grandes puissances mondiales que sont les Etats-Unis et l'URSS. La Guerre froide fait en effet rage et l'ordre politique mondial est soumis à une bipolarisation. Pacifique, le mouvement sera placé sous l'égide des principes d'égalité et de respect mutuel.
 
Mais c'est seulement cinq ans après, en 1961, que la première réunion officielle des non-alignés voit le jour à Belgrade, toujours en Yougoslavie. Cette nouvelle conférence marque l'arrivée de nouveaux pays en provenance de l'Amérique du sud. Tous les continents sont désormais représentés grâce à la participation de 25 Etats. Les grands principes de 1956 sont entérinés et adoptés : neutralité, non-ingérence dans les affaires intérieures, non-agression mutuelle...

En bref, l'harmonie est le maître mot des non alignés. Les années 1960 et 1970 marquent l'essor du mouvement, avec notamment la création de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) en 1964. Cet organisme vient en aide aux pays en développement pour tirer le meilleur parti de leur commerce.

Durant ces années fastes, tous les pays du Tiers-Monde bénéficient d'une reconnaissance mondiale grâce à l'appui du mouvement. Mais les années 1990 et la chute de l'URSS signent le ralentissement du mouvement. Depuis, les non-alignés cherchent toujours un souffle de renouveau. Après 42 ans d'existence et 15 sommets, le mouvement comporte désormais 118 Etats membres et 17 Etats observateurs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 30/08/2012 à 16:06
Signaler
Soyons clair le régime de Mahmoud Ahmadinejad ne laisse aucune place a l opposition, sa réélection en juin 2009 est contestée Des manifestations anti-gouvernementales rassemblent des milliers de personnes à Téhéran : 2 morts ; Les contradicteurs ne ...

à écrit le 30/08/2012 à 15:28
Signaler
La falsification des événements et la promptitude des réactions négatives des européens et particulièrement celles des américains sur le programme nucléaire civil iranien permettent de démontrer qu?il s'agit d?un vaste complot contre ce pays. Le sile...

le 30/08/2012 à 16:03
Signaler
chacun est libre de son point de vue,ici ds la presse; mais qui peut soutenir que l'Iran d'aujourd'hui, tel qu'il, est représenté, puisse être un phare et un rassembleur; rappelons qu'à Bandoung il y avait d'autres pointures et d'autres idéaux à un T...

à écrit le 30/08/2012 à 9:21
Signaler
Ils ont raison, qu'ils créent des alliances ! Un jour ou l'autre ils vont nous mettre la fessée et ce sera méritée, pour qui on se prend? On n'a pas de leçon de morale à faire aux autres, que les occidentaux balaient devant leurs portes les états rel...

le 30/08/2012 à 11:22
Signaler
Le problème, à la télé, c'est qu'on ne parle pas des 200 000 internés politiques dans des camps de concentrationen corée du nord, digne des camps Nazis, selon l'avis des quelques rares rescapés, on ne parle pas des massacres du parti comuniste chinoi...

le 30/08/2012 à 12:27
Signaler
Comparer les USA a une dictature c'est abuser. Déjà pour un français c'est gonflé de les critiquer alors qu'ils nous on sauvé par 2 fois (1918,1945 comme le dit "captain"). En Iran c'est quoi le killing ratio sur les opposants au régime? 150-250 pers...

le 30/08/2012 à 12:52
Signaler
Oui, vous avez raison, nous sommes les précurseurs ... mais ilya de cela 400 ans. Votre vision de l'Iran et de la situation géopolitique du moyenorient me semble sommaire.

le 30/08/2012 à 13:26
Signaler
Je pense que What A Shame voulait exprimer qu'il n'y a pas d'un coté le noir et de l'autre le blanc. Que les USA ont une politique extérieur interventionniste, qui découle justement de la seconde guerre mondiale faisant suite à leur isolationnisme de...

le 30/08/2012 à 13:47
Signaler
Je la joue provoque mais le fond reste là. En effet il n'y pas que l'axe du mal et l'axe du bien. Quant @captain, je regarde avec des yeux neutres l'Etat des pays dans lesquels les USA sont intervenus, je ne vois pas en quoi des attaques à coup de fr...

à écrit le 30/08/2012 à 8:45
Signaler
Le mouvement des pays non-alignés, une organisation née dans le contexte de la guerre froide,certe, et la France ? On l'oublie?

le 30/08/2012 à 9:00
Signaler
la france pendant cette periode fournissé en cachette et en piece demonté des avions et des armes à israel l'agresseur.

le 30/08/2012 à 10:05
Signaler
Et l'URSS fournissait des sandwichs jambon-beurre à ses alliés ? Au passage pour les nuls qui écrivent n'importe quoi sans savoir le minimum, l'URSS et maintenant la Russie est un des plus gros fournisseur d'arme des pays dits non alignés.

le 30/08/2012 à 10:09
Signaler
J'oubliais, qui a fournit les systèmes de défense anti aériennes à l'Iran ? Le Pape ou l'URSS ? Envoyez vos réponses à 3615 missiles. Le gagnant aura une poigne de main.

le 30/08/2012 à 11:27
Signaler
Vous êtes victime de la propagande des medias atlantistes, ce ne sont pas des armes, mais des machines agricoles pacifiques (tracteurs à canons sciés, machine à écrire à cartouche par douille) que la russie livre à ces états. Et méfiez vous des media...

le 30/08/2012 à 12:11
Signaler
sionniste!!!

le 30/08/2012 à 12:55
Signaler
Il suffit de donner son avis pour être traité de sionniste, c'est ca la démocratie ... en Iran peut-être?

le 30/08/2012 à 15:18
Signaler
c'est sur que c'est pas la liberté en Palestine en attendant.

le 30/08/2012 à 15:50
Signaler
depuis quelques jours, ou on nous parle de sionnisme, ou de complots d'etat ... raz le c.l de ces gens. !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.