Aucun risque d'inflation en zone euro selon un membre de la BCE

 |   |  456  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, l'inflation en zone euro devrait repasser sous les 2% l'année prochaine. Il milite toutefois pour la plus grande prudence, les marchés financiers faisant preuve, à ses yeux, "d'un calme trompeur".

Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE,  estime qu'il n'y aucun risque d'inflation en zone euro en dépit de la crise qu'elle traverse, selon des déclarations au journal Bild am Sonntag de ce dimanche. « Je ne vois pas de risque accru de dépréciation monétaire. D'après nos prévisions, l'inflation repassera l'année prochaine de nouveau sous la barre des 2% ». D'après lui, les marchés financiers observent un « calme trompeur » qui implique que la BCE devra engager d'autres mesures. « Le fait que nous ayons annoncé que nous ferons tout pour défendre l'euro, a contribué à une accalmie des marchés. Mais cela ne suffira pas. 
D'après l'édition dominicale du journal à grand tirage, M. Asmussen a assuré que la BCE garantira également la stabilité de la monnaie unique à l'avenir. « Personne ne doit se faire de souci à ce sujet », a-t-il souligné rappelant que depuis l'introduction de la monnaie unique, l'inflation dans la zone euro s'établit à 2%.

Des mesures qui passent mal en Allemagne

En Allemagne où les différentes mesures de sauvetage prises par l'Union européenne pour venir en aide aux pays en difficulté de la zone euro passent mal, notamment l'annonce par la Banque centrale européenne de rachats illimités d'obligations d'Etat, l'inflation s'établit même à 1,6%, a souligné M. Asmussen. « C'est moins qu'à l'époque du deutschemark », a-t-il rappelé. Les 2,7% d'inflation relevés en zone euro, ne sont « qu'un chiffre mensuel pour septembre, qui pâtit de la hausse du prix de l'énergie », a-t-il également commenté. Les mesures prises pour le sauvetage de l'euro ont ravivé les craintes d'inflation, certains comme les dirigeants de la Deutsche Bank, la jugeant « inévitable » pour conserver la monnaie unique.

Des réformes encore nécessaires

A propos de la crise de la dette, M. Asmussen estime que des réformes seront nécessaires dans presque tous les pays de la zone euro, « y compris en Allemagne et en France ». Il en a par ailleurs profité pour appeler les chefs d'Etat et de gouvernement européens à « développer une vision pour l'Europe » à l'occasion des sommets prévus en octobre et décembre. « Car aussi longtemps que nous ne pourrons dire à quoi l'Europe ressemblera à l'avenir, aucun investisseur à Singapour ou New York n'achètera une obligation sur dix ans », a-t-il argué. Il s'attend à ce qu'au terme de ce processus de réformes qu'il estime à dix ans, la Commission européenne devienne une sorte de gouvernement de l'Europe, ajoutant toutefois qu'« un tel gouvernement a besoin d'être fortement contrôlé par le Parlement », ce qui implique que « le Parlement européen soit doté de bien plus de compétences ». « Nous devons pour cela commencer les travaux à l'automne », a-t-il indiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2012 à 15:02 :
Mais avec quoi mesurent-ils l?inflation ?

Pour moi qui la mesure avec ma carte bleue quand je remplis mon caddy, j?ai mesuré 20 % en un an??il est temps que je me mette au régime !
a écrit le 08/10/2012 à 11:06 :
" Aucun risque d'inflation en zone euro selon un membre de la BCE "


Même moi je trouve cette analyse osée, c'est pour dire le niveau
a écrit le 08/10/2012 à 9:21 :
indeed, on est entrain de vivre la meme déflation que les japonais....ca sent la fin pour tout ceux qui sont endettés au taquet sur de l'immo....sur-production globale donc chomage, infation importée uniquement donc pouvoir d achat en chute, démographie déclinante avec le poids et le cout des boomers qui explose...bref, la seule solution pour un jeune ou un actif est de partir...
a écrit le 08/10/2012 à 2:39 :
Certes, avec les modes de calcul de l'inflation aujourd'hui en vigueur, celle-ci restera indéfiniment contenue. Quel dommage que l'Allemagne de Weimar n'ait pas connu pareille adresse comptable! L'inflation y serait restée maintenue dans des proportions raisonnables et Mr Hitler ne serait jamais arrivé au pouvoir.
a écrit le 07/10/2012 à 20:20 :
Autrement ne croyez pas ce que je dis, mais croyez ce que je n'ai pas dit ! C'est simple c'est un peu comme les politiques !
a écrit le 07/10/2012 à 16:23 :
Et l'inflation de l'immobilier, du pétrole et des matières premières, il les a oubliées ? Ah oui l'immobilier n'entre pas dans le calcul, ni le pétrole et les aliments dans les stats d'inflation aux USA, ça arrange tout le monde...
a écrit le 07/10/2012 à 15:52 :
Pas d'inflation ? Aujourd'hui, peut-être, mais à force d'émettre des liquidités sans contrepartie de richesse, un retour brutal de l'inflation n'est pas à exclure, aussi peu contrôlable que le dentifrice qui s'échappe de son tube après l'avoir trop pressé !
a écrit le 07/10/2012 à 14:21 :
Habituellement , il est écrit " sous couvert de l'anonymat " , mais bon !
a écrit le 07/10/2012 à 13:56 :
Ce n'est pas l'inflation qui guète mais la déflation. C'est bien plus grave.

Par contre, je commence à en avoir assez de ces banquiers centraux qui s'offusquent dès qu'un politique pose la question des missions de la BCE mais nous expliquent quelle sera l'architecture politique de l'UE dans 10 ans. Il faut faire si, il faut faire ça... Qu'ils s'occupent de leurs oignons !
a écrit le 07/10/2012 à 11:37 :
tant que la zone euro resiste, on peut supposer que l'inflation restera faible car le poids de l'euro au niveau international reste important et garantit une parité interessante vis à vis des autres monnaies. Mais ce n'est pas forcément bon signe car c'est aussi le reflet d'une baisse de l'activité et de la consommation.
a écrit le 07/10/2012 à 11:08 :
Voici ce qu'est la BCE : une forme de dictature informe et abstraite, tout comme l'est Big Brother.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :