Élections américaines : Barack Obama au bout du tunnel ?

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Depuis quelques semaines, Barack Obama se retrouve chahuté dans les sondages. Mais petit rayon de soleil pour le démocrate, une nouvelle enquête Ipsos-Reuters le donne vainqueur.

Après une longue période de doute, Barack Obama verrait-il enfin la lumière au bout du tunnel ? C'est en tout cas ce que dit un sondage effectué par Reuters-Ipsos publié mardi. Le candidat démocrate y devancerait son opposant Mitt Romney d'un point à 47% contre 46%.

Les "swing states" en faveur d'Obama

Une marge très faible qui permet difficilement de dégager un vainqueur au nombre de voix. Mais l'élection américaine se joue au nombre de grands électeurs, et Barack Obama est donné vainqueur par ce sondage dans la plupart des États clés, notamment la Floride, la Virginie et l'Ohio. A noter pour mémoire que c'est en Floride que s'était jouée la victoire de George W. Bush en 2000, alors que son adversaire Al Gore, l'avait emporté au nombre de voix. Et que le parti Républicain n'a pas remporté une élection sans remporter l'Ohio depuis... 1960.

==> Les "swing states" peuvent-ils encore sauver Mitt Romney face à Barack Obama ?

Un sondage favorable à relativiser

Il ne faut toutefois pas voir en ce regain un résultat du dernier débat qui a eu lieu mercredi en Floride, même si les observateurs ont généralement considéré qu'il avait été remporté par Barack Obama. Car le sondage a été effectué sur quatre jours, et ne prend en compte qu'une faible part des réponses de sondés recueillies après qu'il ait eu lieu. Et ce résultat n'est qu'un parmi les autres, qui continuent d'être très serrés. Le site américain RealClear Politics, qui recense les différentes enquêtes d'opinion sur le sujet donne d'ailleurs le candidat Républicain vainqueur au nombre de voix à +0,9% de suffrage par rapport à son rival. Et alors que la plupart des swing states sont encore indécis, selon l'agrégateur, l'issue de la bataille pour les voix des grands électeurs est encore loin d'être gagnée pour l'un ou l'autre des candidats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2012 à 19:51 :
Allez, jouons alors que tous jouent sur le foot ou bien sur la française des jeux, faisons un pari. On entendait dire que l'Europe en bas torpillait l'économie mondiale, un bienfait pour certains, et favorisait un autre gouvernement, moins dispendieux et plus efficace, celui de Mitt Romney. Les enjeux sont serrés, on disait la course gagnée à l'avance. quand je cours je finis au sprint alors le lièvre l'emportera-t-il sur la tortue? L'homme sur la bête? Le progrès sur la misère? Le travail sur la paresse? Voyez comme les milliardaires américains sont humanistes, eux qui après une vie de dur labeur donnent leur fortune afin d'améliorer le système. Oui il est perfectible!
a écrit le 24/10/2012 à 16:48 :
En regardant les origines des fonds des donneurs, j'ai remarqué qu'il y avait pour Obama:
autant d'hommes que de femmes, et plutôt des petits dons, les principaux donateurs sont des universités.
Pour Romney:
plus d'hommes que de femmes, et les dons individuellement sont plus importants, les principaux donateurs sont des banques d'affaires et des fonds( même le propre fond d'investissement de Romney).
La Californie représente pour chacun une grosse part des dons.
J'ai surtout été frappé par les mouvements des candidats, ils ne se sont quasiment déplacés que dans les swing states pour toute la campagne, une douzaine d'état, et ignoré tous les autres.
a écrit le 24/10/2012 à 15:32 :
Les obamaniaques vont etre biendecus,Obama est toast : CUIT.
a écrit le 24/10/2012 à 11:57 :
Je souhaite que Mitt Romney soit élu, je l'ai dit il ya plusieurs semaines. Il faut que les réformes de l'état et des entreprises soit faits et il y a urgence. Mais le premier point ne sera pas réglé sans la bonne santé du second. or l'état des entreprises américaines est catastrophique, pratiquement à l'arrêt partout. Il faut donc un président qui soit d'emblée au coeur de leurs stratégies pour articuler les deux réformes. Seul Mitt Romney dispose de ce talent. les américains commencent à le comprendre. Aussi, ce n'est pas la bonne ou mauvaise prestation lors d'un débat, pas la politique ni l'esbrouffe mais les idées claires, la volonté et la pratique. Espérons que l'on évitera le drame.
Réponse de le 25/10/2012 à 11:46 :
L'un ou l'autre, il ne sauvera plus les USA. C'est trop tard. Le problème est qu'ils ne le savent même pas ni l'un, ni l'autre, ni même la population. Ca promet des étincelles dans les prochains temps...
Réponse de le 25/10/2012 à 11:53 :
bien sur, et la première réforme a engager sera d'attaquer la Russie, pour enfin obtenir in monde propre, libre et honnete a l'image des USA. Bombardement classique ou bombe atomique ? la question mérite d'etre posée, mais des experts trouveront bien parmi ces deux sauvetage du monde libre celle qui fournit le plus d'emploi. Ah, j'oubliais, il faut tout de meme épargner le dirigeant au sommet, pour permettre une petite traque habituelle, l'attraper dans les égouts de Moscou en flamme et l'euthanasier après lui avoir fait quelques caresses, dans le cadre des accords internationaux concernant les prisonniers, comme d'habitude bien sur. Et tout bien réfléchi, lorsqu'il se présentera aux élections, je voterai ,pour Corso, qui certainement nous libèrera lui aussi de la terreur que représentent toutes ces affreuses dictatures turque, algérienne, marocaine, chinoise, grecque...euh, j'ai dit une betise ?
a écrit le 24/10/2012 à 11:39 :
Donner un indicateur global pour un suffrage indirect via les états et les voix de grands électeurs n'a pas beaucoup de sens. Un président - George W. Bush en 2000 - peut même être élu sans la majorité des voix. Il faut regarder les sondages dans les différents états et surtout les swing states
http://amerique.wordpress.com/2012/10/22/ou-en-sont-les-swings-states/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :