Sandy, un ouragan qui pourrait coûter des milliards

 |   |  608  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les assureurs gardent l'ouragan Sandy à l'œil. Dégâts matériels et arrêts de l'activité économique causés par son passage dans le Nord-Est des Etats-Unis pourraient coûter cher, comme en témoignent des précédents d'échelles diverses comme Katrina ou Irene.

>>> DIAPORAMA "Ouragan sur New-York"... En attendant Sandy

L'ouragan Sandy a déjà tué 59 personnes dans les Caraïbes. A côté de ce coût humain et sur un tout autre plan, d'importants coûts matériels pourraient être causés. Et s'il est évidemment impossible de pronostiquer à l'avance le coût d'un ouragan avant qu'il ne frappe, les assureurs gardent l'?il sur Frankenstorm", ainsi surnommé en raison de la proximité avec la fête de Halloween le 31 octobre. Une évaluation des coûts réels prend des semaines, voire des mois. Pour se faire une idée, en avril 2011, une étude d'Allianz sur le coût des catastrophes naturelles depuis 40 ans prédisait qu'un ouragan dans la région de New York pourrait causer jusqu'à 1.000 milliards de dollars en cas de remontée du niveau des océans causée par le réchauffement climatique.

Une force exceptionnelle, des dégâts matériels potentiellement lourds

Dans les prévisions, sont pris en compte, d'une part, les dégâts matériels qui risquent d'être provoqués par son passage sur la côte Est. Les prévisionnistes insistent sur la nature exceptionnelle de cet ouragan. D'habitude, ceux qui proviennent du Sud-Est seraient plutôt "petits et compacts", explique par exemple Alex Sosnowski, météorologue, dans un billet publié sur le site spécialisé AccuWeather.com. Mais celui-ci s'étend sur une surface bien plus large.

A voir : vidéo de la Nasa comment est né Sandy et son trajet jusqu'aux Etats-Unis:

"Sandy risque de causer les pires inondations de l'histoire dans le Nord et du Centre des Etats-Unis", prévient-il. En outre, les vents violents risquent de faire voler arbres, toitures et autres objets et provoquer des coupures d'électricité. Dès vendredi, les prévisionnistes du Service national de météorologie américain avaient prévenu: Sandy risque d'être pire qu'Irene, l'ouragan qui avait frappé le nord-est des Etats-Unis et causé la mort de 47 personnes en août 2011.

Des activités à l'arrêt

A ces dégâts matériels potentiels, dont il est bien sûr impossible de pronostiquer le coût avant même le passage de l'ouragan, il faut ajouter le manque à gagner causé par l'arrêt de nombreuses activités. "Déjà en s'approchant, l'ouragan Sandy provoque une interruption d'une partie de l'économie en raison des mesures de précaution" prises pour protéger les populations, notent ainsi les analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Parmi ces interruptions: 7.400 vols intérieurs et internationaux annulés, des transports publics bloqués, des entreprises et organisations fermées et notamment la Bourse de New York. Une première depuis l'ouragan Gloria en 1985.

Des précédents coûteux

Pour avoir une idée des ordres de grandeur, voici une liste des dix ouragans les plus chers aux Etats-Unis dressée par Swiss Re.

- Katrina (2005) : coût total évalué à 164 milliards de dollars, dont 76 milliards de dollars de dommages assurés;
- Andrew (1992) : 43,3 milliards de dollars
- Ike (2008)  : 42,6 milliards de dollars
- Ivan (2004) : 26,7 milliards de dollars
-  Wilma (2005) : 23,4 milliards de dollars
- Charley: 19,4 milliards de dollars
- Rita (2005) : 17,6 milliards de dollars
- Hugo (1989) 16,6 milliards de dollars
- Frances (2004): 12,1 milliards de dollars
- Irene (2011) : 10 milliards de dollars

_______

Pour en savoir plus :

>> DIAPORAMA "Ouragan sur New-York"... En attendant Sandy

>> Le NYTimes a placé une webcam en haut du 51e étage du "NYT building" pour suivre en direct le passage de l'ouragan.

>> Google a mis en place un dispositif spécial pour suivre le trajet de l'ouragan sur Google maps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 18:47 :
Qui sème le CO2 récolte...le déchaînement de mère Nature. L'humanité est elle droguée au consumérisme au point d'altérer de façon si catastrophique l'environnement qui la fait vivre ? Vu des USA la réponse serait oui. Est ce pour autant une fatalité ? Non. Il est possible d'agir collectivement au niveau des villes, quartiers , communautés. Le mouvement des Villes en Transition www.transitionfrance.fr apporte une vision positive et pragmatique de l'avenir. Il prouve qu'il est encore possible d'agir collectivement et efficacement pour sortir de notre addiction au pétrole et devenir résilient face au changement climatique.
a écrit le 29/10/2012 à 18:24 :
Il est malheureux pour le brave peuple américain de devoir admettre ces faits; mais les catastrophes qui frappent actuellement les USA pourraient être la preuve plus ou moins divine d'un mécontentement à l"égard de ce pays qui depuis l'époque hitlérienne fait subir tant de souffrances à des gens qui ne lui ont fait aucun mal. L'aveuglement des gains financiers incitent certains (surtout américains et français) à fabriquer tant de produits inutiles et dangereux. Si l'on avait des décideurs honnêtes sincères et compétents, on ne serait pas dans cette situation qui risque de graduellement s'intensifier...Jean-Claude Meslin: toujours écoeuré par la médiocrité ambiante...
a écrit le 29/10/2012 à 17:18 :
Devant tant la bétise humaine, le m'interroge .
Je crois que l'on arrive au bout du système de surconsommation dans lequel on se complait depuis des générations.
Avec la sacro sainte croissance nous avons réussi à détraquer le fonctionnement normale du climat.
Jusqu'à quand allons nous reconstruire en faisant les mêmes erreurs.
Des millairds et des millairds vont êtres dépensés, pourquoi ne pas en profiter pour repenser les villes et l'economie.
A force de polluer, la nature se défend. Et elle a bien raison.
De plus, vaut il mieux investir dans des énergies et une croissance propre ou continuer comme cela.
Je connais la réponse et je pense qu'à l'usure nous y arriverons contraint et forcé.
@Il cavaliere: les cyclone ont pour but de dissiper le surplus dénergie contenu dans les océans sous forme de chaleur. Neutraliser un cyclone reviendra a ne pas dissiper l'énergie. Il y aurai foramtion d'un nouveau cyclone plus puissnat et ainsi de suite...
a écrit le 29/10/2012 à 16:12 :
Madame Shaw. Prénommée Marianne. Il semble clair que vous êtes prête à défendre une barricade telles celles qui furent édifiées en 1789. Maintenant, et comprenant votre admiration pour un superman plongeant de l'espace alors qu'il avait calculé la résistance de sa combinaison à un échauffement que n'a jamais subi un super-héros aux pouvoirs invincibles, j'espère que les ouragans et tornades ne détruiront pas les sociétés d'assurances complètement subventionnées par votre gouvernement. Car dans le cas contraire, même en étant "assurée"...
a écrit le 29/10/2012 à 16:07 :
Les Américains pourraient faire exploser dans l'oeil du cyclone une charge nucléaire, la force de l'explosion dégagera assez d'énergie pour neutraliser cet ouragan et épargner des milliards de dollars de dégâts et des centaines de victimes.
Réponse de le 29/10/2012 à 19:09 :
IL CAVALIERE, a moins que vous ne fassiez de l'humour (noire), si votre remarque est au premier degré, elle est révélatrice de l'aveuglement des humains dans leur soit disant supériorité technologique face à la Nature. Mais vu la taille de Sandy, j'estime au bas mot que cette monstrueuse tempéte représente une dépense d'énergie d'une bombe de 100 mégatonne qui exploserait toute les 10 minutes. Alors vous pouvez toujours croire au père noel technologique et rêver qu'en faisant sauter quelques minables bombinettes d'1 mégatonnes vous pourriez changer quoi que ce soit, si ça peut vous rassurer....
a écrit le 29/10/2012 à 16:06 :
Madame, Monsieur lae modo. Je vous rassure : vous ne réussirez JAMAIS à m'empêcher de donner mon avis. Et cela est une force que nous avons en commun et qui vous sert peut-être même plus à vous qu'à moi. Vous êtes néanmoins une horreur vivante par l'affichage de messages qui devaient rester privés mais je sais passer par delà. Je ne vous hais pas.
a écrit le 29/10/2012 à 15:11 :
Houps... J'ai rien écris. Merci de supprimer mon interdiction. Et, surtout, merci à vous.
a écrit le 29/10/2012 à 15:09 :
Message spécial au modérateur de La tribune. Pour une fois, je vous interdis de ne pas publier mon commentaire qui n'est ni haineux, ni machiste, ni sexiste, ni raciste, ni polémique, ni injurieux, ni illégal, ni anticonstitutionnel, ni contrevenant aux règles de votre charte interne, ni excessif ou tout autre défaut que vous pourriez lui trouver. Et vous avez mon mail.
Réponse de le 29/10/2012 à 15:37 :
J'adore quand vous affichez notre correspondance perso...
a écrit le 29/10/2012 à 14:42 :
Eh bien... Je serais curieuse de voir la teneur de vos "commentaires", mesdames, messieurs, s'il vous fallait - comme Félix Baumgartner - et faire preuve du courage de base qui consiste à signer ce que l'on exprime, autrement que par un "pseudo" qui permet de laisser libre cours à toutes les inepties, y compris des malédictions.
Réponse de le 29/10/2012 à 15:03 :
Madame Shaw, je vous laisse admirer le "courage" de ce monsieur ET, surtout, vous laisse aller dans son sens du pouvoir magnifique de l'argent. Pouvoir qui semble rouler sur la jante, ces temps-ci... Mais restez persuadée, car il n'y a que la foi qui sauve. Bon slogan publicitaire, n'est-ce pas..??
a écrit le 29/10/2012 à 14:38 :
76/164... manquerait-on d'assurance(s)..?? Assez amusant, néanmoins, que 77% des humains aient constaté un changement climatique et que les pays qui polluent le plus en subissent le plus les conséquences. Notez, l'Europe ne pollue plus : elle n'a plus d'industrie...
a écrit le 29/10/2012 à 14:22 :
Sachant que la catastrophe est devant, le pouvoir saura-t-il sauver la vie des citoyens, comme on le voit dans les films. Entre la vraie vie et ce qu'on nous conte, il existe un abyme... on a fait l'enfer sur Terre! Autrefois les jeunes accédaient à la vie active, les boomers ont décrété le servage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :