Corruption : Pékin affirme avoir sanctionné 660.000 cadres politiques en cinq ans

 |   |  190  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
660.000, c'est le nombre de cadres du parti communiste chinois que Pékin affirme avoir sanctionné en cinq ans. La priorité affichée est de poursuivre la lutte contre la corruption, en pleine transition politique.

La corruption. C'est le thème du moment en Chine, soulevé mercredi par Hu Jintao lors de son discours de sortie. Et, en pleine transition politique, Pékin avance le nombre de 660.000 cadres du parti communistes sanctionnés pour corruption en cinq ans.

Un "combat sans relâche"

He Guoqiang, à la tête de la Commission de discipline du parti communiste, s'est placé mardi en garant de la lutte anti-corruption en promettant que ce "combat sans relâche" allait se poursuivre. En guise d'exemple, l'homme a donné le nom de Bo Xilai, l'ex-maître intouchable de la métropole de Chongqing et fils d'un compagnon de Mao. Touché par un scandale de corruption, le "prince rouge" déchu doit être traduit prochainement devant la justice.

Lire aussi ==> La "China Inc." se prépare à un changement de direction générale

En fait, sur les 660.000 cadres sanctionnés, seuls 24.000 auraient été jugés pénalement, admet le chef de la Commission de discipline. Mais "les personnalités corrompues, quel que soit leur rang, seront poursuivies de façon implacable et ne pourront échapper à la sanction" a-t-il appelé de ses voeux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2012 à 14:26 :
et l'ancien president qui va partir avec 2,5 milliards et 150 millions pour sa mere de 90 ans , ça s'appelle comment ? il les a pas gagné au grattage !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :