Affaire Murdoch : la presse britannique dans l'attente des conclusions de l'enquête Leveson

Après un an d'entretiens sur les comportements de la presse britannique, le juge Leveson dévoilera ce jeudi après-midi ses recommandations sur la mise en place ou non d'une entité de supervision. David Cameron est sous pression.
Copyright Reuters. David Cameron, qui a déjà reçu mercredi une copie du rapport du juge Leveson, présentera ce jeudi après-midi son analyse des conclusions du magistrat.
Copyright Reuters. David Cameron, qui a déjà reçu mercredi une copie du rapport du juge Leveson, présentera ce jeudi après-midi son analyse des conclusions du magistrat. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Une année d'entretiens de journalistes, de patrons de presse, de personnalités politiques, de policiers, d'industriels, de stars et de simples citoyens victimes d'écoutes téléphoniques illégales. Après cette instruction marathon, le juge Leveson dévoilera aujourd'hui en milieu d'après-midi les conclusions de son rapport sur la Culture, la pratique et l'éthique de la presse. Les mondes politiques et médiatiques attendent avec anxiété ses recommandations, qui affecteront l'ensemble de la presse nationale : conseillera-t-il d'imposer aux journaux britanniques une structure indépendante de supervision, voire même un régulateur étatique, ou les laissera-t-ils s'auto-surveiller comme jusqu'alors ?

Mise à jour des relations sulfureuses entre les responsables des médias et les dirigeants politiques

L'enquête a été lancée par le Premier Ministre David Cameron et le vice-Premier Ministre Nick Clegg, suite à l'émotion créée par la révélation de l'écoute illégale, par des journalistes de l'hebdomadaire News of The World, de la messagerie téléphonique d'une fille de 13 ans assassinée en mars 2002 . L'affaire a depuis pris une dimension qu'aucun des deux hommes ne devaient imaginer, et encore moins espérer. Elle a permis de mettre à jour la généralisation des comportements illégaux dans la presse tabloïd et les relations sulfureuses entre les responsables de médias et les dirigeants politiques. David Cameron a ainsi dû admettre avoir effectué plusieurs sorties à cheval avec Rebekah Brooks, l'ancienne directrice exécutive de News International, l'entité britannique de l'Américain Rupert Murdoch ; son ancien ministre de la Culture et des Médias, Jeremy Hunt, depuis promu à la Santé, communiquait de son côté de manière très suspecte avec le fils de celui-ci, James Murdoch, alors président de News International.

Cameron préférerait ne rien changer... mais la pression de l'opinion publique est forte

David Cameron, qui a reçu mercredi après-midi une copie du rapport, présentera à 16h (heure de Paris) son analyse des conclusions du juge Leveson. Quelles que soient ces dernières, le chef du gouvernement se trouvera dans une situation délicate : les partisans de l'établissement d'une institution destinée à surveiller les médias s'opposent vivement à ceux d'un maintien du statu quo. Les premiers estiment que la presse a prouvé qu'elle ne pouvait pas s'autoréguler tandis que les seconds clament que la liberté de la presse et la liberté d'opinion seront mises en danger.

Inquiet de la potentielle réaction à son égard des tabloïds, lus chaque jour par des millions de Britanniques, Cameron préférerait ne rien changer au système actuel. La pression de l'opinion publique, largement favorable à un contrôle plus approfondi, et de plusieurs quotidiens d'influence devrait néanmoins l'empêcher d'écarter le rapport d'un revers de la main. Lors d'un entretien avec un témoin, le juge Leveson avait expliqué : « Je ne veux pas produire un rapport que tout le monde lise, aime ou déteste, et qui reste ensuite posé sur une étagère. Parce que j'aurais alors perdu beaucoup de temps et nous aurons gâché beaucoup d'argent (environ 7,5 millions d'euros). » Premier élément de réponse dans quelques heures.
 

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/11/2012 à 6:32
Signaler
TV media and newspapers will never tell you that an Israeli firm had placed the explosives that brought down the 3 buildings in NY on 9/11. ICTS was the only security firm in charge for the twin towers and building 7 (most people still do not know ab...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.