Les Etats-Unis en route vers une croissance de 2,1 % en 2013

 |   |  342  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que le gouvernement français prévoit une croissance de 0,8% en 2013 -une estimation jugée optimiste par les économistes-, les Etats-Unis s'orientent vers une croissance modérée, sur fond de baisse de la consommation intérieure et des investissements.

La dernière enquête de la NABE (National Association for Business Economics) risque de faire pâlir d'envie quelques dirigeants européens. Selon l'association, l'économie américaine va continuer de croître à un rythme moderé de 2,1% en 2013, à comparer aux 2,2% prévus en 2012, sur fond de baisse de la consommation intérieure et des investissements.

Amélioration infime de la consommation, réduction des investissements

"Les membres du comité (de la NABE) ne prévoient qu'une amélioration infime de la croissance de la consommation, une réduction significative des investissements dans les logements non-residentiels, les équipements et les logiciels et une croissance limitée des bénéfices des entreprises et de la production industrielle", a précisé Nayantara Hesel, directeur de la NABE.

Crise de la dette européenne et mur budgétaire

L'économie américaine a été touchée par la crise de la dette en Europe et par l'incapacité des législateurs à faire face, à ce jour, au "mur budgétaire", qui entraînera début 2013, si aucun accord politique n'est trouvé, une forte baisse des dépenses budgétaires et une hausse des impôts, privant ainsi l'économie d'environ 600 milliards de dollars (456 milliards d'euros environ). Selon l'enquête, le déficit budgétaire devrait atteindre 900 milliards de dollars en 2013, contre 1.090 milliards anticipé pour cette année. La croissance de la consommation intérieure, qui représente environ 70% de l'activité économique, sera en hausse de 2% l'année prochaine, soit légèrement supérieure à la croissance de 1,9% attendue pour 2012.

Eclaircie sur le marché du travail

Le marché du travail devrait connaître une embellie avec 165.000 créations d'emploi non-saisonniers par mois en 2013. Depuis le début de l'année, ces créations mensuelles d'emplois ont été de 151.000 en 2012. La taux de chômage devrait être en légère baisse en 2013, à 7,7% contre 7,9% anticipé au mois d'octobre.

Selon les prévisions de l'enquête, la reprise du marché immobilier se poursuivra l'année prochaine avec une forte augmentation des constructions résidentielles et des prix des maisons.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2012 à 8:31 :
Les américains ont le même problème que nous: une balance commerciale négative mais à une autre échelle et des déficits publics gigantesques. Seulement nous on est à la limite de l'endettement maximum vu la dégradation et on fait de la récession. Notre dette a alimenté la consommation et l'emploi public, la baudruche se dégonfle alors qu'il faut réduire la dépense publique... Seulement notre déficit est bien de plus de 100 milliards. Alors qui paye? Nos classes moyennes sont fortement menacées...
a écrit le 17/12/2012 à 21:26 :
seule une panne d electricite et encore permettra de faire face a l hegemonie du roi dollar
mais bon la terre continuera a tourner sauf pour les pays endettes qui doivent prier pour remplir leurs assiettes. En atttendant santa clauss, le pere NOelle a l autorisation de changer de sexe d apres le premier amendement de la constitution....
a écrit le 17/12/2012 à 18:40 :
Je ne sais pas, mais c'est la première année que je vois au Canada des soldes de 50 à 75 % avant Noël. D'habitude les magasins attendent "boxing week" pour cela. Cela me fait dire que leur business n'est pas florissant, mais peut-être me trompes-je :-)
a écrit le 17/12/2012 à 17:06 :
Vente d'armes compris ?
a écrit le 17/12/2012 à 13:20 :
Quel est l'idiot de journaliste qui a écrit autant de conneries ?
"L'économie américaine a été touchée par la crise de la dette en Europe et par l'incapacité des législateurs à faire face" : parce que elle n'est pas touchée par sa propre dette ! au lieu de vous focaliser sur la dette Grèce, vous feriez mieux de regarder les USA et la GB, tous les deux font tourner à font leur rotative et ça n'inquiète personne."Eclaircie sur le marché du travail" sûrement : déjà les chiffres du chômage ne reflète pas le chômage aux USA qui est de l'ordre de 20%. De plus, le nombre de création d'emploi (si elle sont réelles et non créées par l'état) viennent juste palier la démographie aux USA. Et pour votre information (puisque vous m'avez l'air d'être pas très bien informé) en deux mois les USA ont eu une augmentation de pauvre de 1 millions soit 50 millions de personnes vivant des bons alimentaires. Ce qui correspond à 16 % de la populations américaines. Pour ce qui est de la progression du PIB, indice qui ne reflète strictement rien, les rotatives de la FED (48 milliards de dollars par mois) permettront aux USA de continuer à acheter des biens étrangers avec de la monnaie de singe et déclenchant aux passages des révoltes (comme pour le printemps arabes, à causes de l'augmentation des prix alimentaires) puisque création monétaire sur rien = inflation. En attendant la chute finale et l'hyperinflation. USA = Zimbabwe (tant que le monde donnera à leur papier chiot, le dollar, une valeur, les USA continueront à vivre sur notre dos)
Réponse de le 17/12/2012 à 13:39 :
C'est marrant, ça va bientôt faire 4 ans que la FED fait tourner les rotatives, et depuis ce temps-là, on nous prédit l'hyperinflation, l'explosion des taux, etc. Il n'en est toujours rien (pas étonnant pour les tenants de liquidity trap).

J'aime bien aussi le fait de se plaindre que cette politique a amené les révolutions arabes : vous auriez préféré que les dictateurs restent en place ?
Réponse de le 17/12/2012 à 13:49 :
arrêtez de boire !
Réponse de le 17/12/2012 à 16:48 :
Cab@, je me demande ce que vous trouvez de marrant ??? Candide@ ne se trompe pas lorsqu'il écrit que c'est la Chine, le Japon, l'Europe etc.. qui soutiennent le dollar. Sachez que pour une hyperinflation il faut plusieurs paramètres et la dévaluation de la monnaie ne suffit pas. Pour vous l'Irak, l'Égypte, L?Afghanistan, la Libye sont des régimes démocratiques ???
Réponse de le 17/12/2012 à 17:34 :
Merci Lafronde pour votre réponse : le problème c'est ces réactions de gens qui ne s'informent que par les merdias, et ne sont pas même pas capable de raisonner par eux même. Ils ont besoin de TF1 pour mettre à disposition leur cerveau pour gober et ingurgiter toute ces désinformations. D?ailleurs le travail est bien fait, car ils sont près à nous resservir cette soupe de façon assurée.
Réponse de le 18/12/2012 à 8:42 :
Les prix alimentaires, c'est la demande mondiale. En revanche, ce dont il est utile de s'occuper c'est du déficit, 900 milliards... Si c'est 100 millions d'américains qui doivent payer, le tiers de la population, ça fait 6000 euros de moins. En France, 120 milliards ça fait un potentiel de 13000 euros de moins pour le tiers des ménages, soit 9 millions.
Réponse de le 18/12/2012 à 9:37 :
Candide sur le fond soulève quand même des points importants, c'est vrai que le déficit budgétaire des USA est très élevé et que pour l'instant, les usa font de la croissance à crédit. De plus les usa ne peuvent pas rembourser leur dette uniquement avec la planche à billet car se faisant, ils menacent le statut du dollar auprès des investisseurs. Quand la chine deviendra la première puissance mondiale (dans pas si longtemps) , le dollar perdra évidemment de son importance, et cette fois les rotatives provoqueront plus d'inflation, donc d'ici là, les usa ont intérêt à réduire drastiquement leurs dépenses. Contrairement à la zone euro, les usa n'ont rien fait pour réduire leur dette.
Faire une prévision de croissance pour 2013 me parait donc hasardeux si on ne connait pas le budget des usa pour cette année.
a écrit le 17/12/2012 à 12:59 :
On voit mal comment le consommateur américain portera la croissance quand on sait que le programme Food Stamps de bons alimentaires concerne désormais 48 millions de personnes, soit un américain sur 6
Réponse de le 17/12/2012 à 14:35 :
les food stamps vont vivre Wal-Mart et JP Morgan ... un vrai état socialiste.
Réponse de le 17/12/2012 à 15:46 :
@ letroll ; eh oui vu sous cet angle...pour la relance économique, beaucoup de supputations...la consommation
intérieure aurait plûtot tendance à s'essouffler .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :