10 expressions pour décrypter le discours d'investiture de Barack Obama

 |   |  1159  mots
Le président Barack Obama a prêté serment dimanche lors d'une cérémonie privée à la Maison Blanche, en présence de sa famille - Copyright Reuters
Le président Barack Obama a prêté serment dimanche lors d'une cérémonie privée à la Maison Blanche, en présence de sa famille - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président des Etats-Unis prête serment en public ce lundi. Son second mandat s'ouvre dans une période toujours critique pour la première économie mondiale. Aussi le sujet devrait probablement tenir la première place dans son discours d'inauguration.

?Quarante-quatre Américains ont maintenant prêté le serment présidentiel. Ils l'ont fait alors que gonflait la houle de la prospérité sur les eaux calmes de la paix. Mais il arrive de temps à autre que ce serment soit prononcé alors que s'accumulent les nuages et que gronde la tempête?. Ce que Barack Obama clamait le 20 janvier 2009, lors de sa première prestation de serment, il pourrait le redire ce lundi. Dans un contexte de crise persistante, nul doute que, pour son second discours d?investiture, l?occupant de la Maison-Blanche évoquera des sujets relatifs à l?économie. Voici, en 10 expressions-clés, ce que l?on peut attendre de ce discours déjà annoncé comme bien moins ?historique? que le premier.

  • Double prestation de serment

Le hasard du calendrier ayant fait tomber un 20 janvier un dimanche, date du début officiel de son mandat, Barack Obama a déjà prêté serment hier, en présence de sa famille et du président de la Cour suprême John Roberts. Comme son vice-président Joe Biden, il répétera son geste ce lundi, en public et à partir de 11h30 (heure de Washington), comme le veut la tradition. Pour l?anecdote, ce 21 janvier, troisième lundi du premier mois de l'année, correspond à un jour férié aux Etats-Unis en mémoire de Martin Luther King, le pasteur noir symbole de la lutte pour l?égalité mené par les Afro-Américains. Celui qui se revendique de cette filiation prêtera d?ailleurs serment sur une Bible lui ayant appartenu ainsi que sur celle d'Abraham Lincoln, le président qui a fait abolir l'esclavage outre-Atlanique.

VIDEO (en anglais) : La prestation de serment du 20 janvier 2013 filmée par CNN

 

  • Négociations sur la dette

Régler le problème de la dette, l?un des principaux défis que doit relever le président Obama pour son second mandat. Début janvier, un accord in extremis avait été trouvé sur le relèvement de impôts pour les contribuables américains les plus aisés pour éviter le ?mur budgétaire?. Reste maintenant au président démocrate de trouver un compromis avec les Républicains ?majoritaires à la chambre des Représentants? sur des réductions de dépenses ou un relèvement du plafond de la dette. A cet égard, son conseiller David Plouffe a déjà laissé entendre que ce point sera évoqué dans le discours d?investiture de Barack Obama. ?Il va dire que notre système politique ne requiert pas de résoudre toutes nos différences ou de mettre un terme à toutes nos disputes, mais il est absolument impératif que nos dirigeants essaient de trouver un terrain d?entente?, a ainsi affirmé le conseiller politique lors d?une interview diffusée par la chaîne américaine ABC.

>> Etats-Unis : reculer pour mieux sauter dans le gouffre budgétaire ?

 

  • Triple A

Pour l?agence Fitch, ce relèvement du plafond de la dette de l?Etat fédéral conditionne le maintien de la note Triple A accordé par cette agence aux Etats-Unis. Fin décembre, ce plafond a atteint son maximum autorisé, à 16.394 milliards de dollars, faisant craindre le déclenchement de mesures automatiques d?accroissement des impôts et de baisse des dépenses, évité par un accord trouvé quelques heures après le délai légal officiel, le 1er janvier.

>> Fitch menace de dégrader les Etats-Unis si le plafond de la dette n'était pas relevé

  • Fiscalité

Ce discours sera probablement l?occasion de justifier une fois de plus la campagne menée par les démocrates pour accroître les impôts des contribuables les plus aisés. Il a été contraint de faire des concessions sur ce terrain puisqu'il prônait pendant sa campagne une hausse d'impôts pour les contribuables aux revenus supérieurs à 250.000 dollars et que le seuil de 450.000 dollars a finalement été retenu.

  • Chômage

Cette prestation de serment intervient dans un contexte toujours tendu sur le marché de l?emploi. Début janvier, le département du Travail publiait des chiffres peu encourageants qui signalaient une stagnation du chômage à 7,8% au mois de décembre et 160.000 emplois créés. Sur l?ensemble de l?année 2012, le taux de chômage a atteint 9,1% de la population active outre-Atlantique.

>> Etats-Unis : les embauches ne permettent pas d'enrayer le chômage, qui piétine à 7,8%

  • Obamacare

"Notre système de santé coûte trop cher?, faisait remarquer Barack Obama en 2009. Dans son bilan, l?occupant de la Maison-Blanche pourra compter sa fameuse réforme surnommée ?Obamacare?. Il en a fait le principal chantier de son premier mandat. En juillet 2012, il obtenait une victoire à ce sujet avec le feu vert de la Cour suprême sur son programme.

>> "L'Obamacare" devra faire face à des défis considérables
 

  • Armes à feu

Plus récemment, la tuerie de Newtown dans l?Etat de New York a remis sur le devant de la scène le sujet brûlant des armes à feu dans un pays où le droit d?en porter est inscrit dans la Constitution. En réaction, Barack Obama a récemment annoncé un plan de 500 millions pour lutter contre la violence due à ces armes.

>> Obama dégaine 500 millions de dollars pour contrôler les armes à feu

  • Algérie et Mali

Quelques jours la prise d?otage en Algérie, au cours desquels un ressortissant américain est mort, et alors que l?intervention militaire française se poursuit au Mali, les propos de Barack Obama sur la politique étrangère seront particulièrement attendus. Pour rappel, lors de sa précédente investiture, il avait longuement évoqué les rapports des Etats-Unis avec le monde musulman. ?Nous voulons trouver une nouvelle approche, fondée sur l'intérêt et le respect mutuels. A ceux parmi les dirigeants du monde qui cherchent à semer la guerre, ou faire reposer la faute des maux de leur société sur l'Occident, sachez que vos peuples vous jugeront sur ce que vous pouvez construire, pas détruire?, disait-il alors. Un message qu?il avait ensuite développé dans un discours au Caire en juin 2009.

  • Sandy

Autre sujet qui pourrait être évoqué: l?environnement. Juste avant la réélection de Barack Obama, l?ouragan Sandy dévastait le nord-est des Etats-Unis. Avec la sécheresse dont a souffert le pays pendant l?été, il a contribué à faire revenir la question climatique dans le débat.

  • Spectateurs

Entre 600.000 et 800.000 personnes sont attendues sur le ?National Mall?, le parc en face du Capitole pour écouter le discours du président réélu le 6 novembre. C?est deux fois moins qu?en 2009 quand 1,8 million de personnes avaient été comptabilisées. La première élection d?un président afro-américain était alors vécue comme un tournant dans l?Histoire des Etats-Unis encore secouée par la crise des subprimes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2013 à 23:30 :
J'espère que la Belgique n'organisera pas un coup d'Etat aux USA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :