La France aurait versé 12,7 millions d'euros pour libérer ses otages au Sahel

La France, comme d'autres pays européens, aurait versé 12,7 millions d'euros pour obtenir la libération d'otages au Sahel, selon une ex-ambassadrice américaine au Mali, Vicki J. Huddleston. Ce qui confirmerait des informations connues depuis un an.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

17 millions de dollars (12,7 millions d'euros): c'est le montant que la France aurait déboursé pour libérer ses otages enlevés en 2010 dans une mine d'uranium au Niger. C'est en tout cas ce qu'a assuré vendredi une ex-ambassadrice américaine au Mali, Vicki J. Huddleston. "La rumeur dit que les Français ont payé une rançon importante, peut-être jusqu'à 17 millions de dollars", a affirmé l'ancienne diplomate affectée à Bamako entre 2002 et 2005.

Des chiffres précis publiés en 2012

Des montants beaucoup plus précis avaient toutefois déjà été évoqués début 2012. Dans son ouvrage de référence "Aqmi, l'industrie de l'enlèvement" publié à cette époque, Serge Daniel, correspondant à Bamako de Radio France internationale et de l'Agence France-Presse, expliquait que deux sociétés françaises avaient ainsi payé "13 millions d'euros" pour libérer des Français.

"Les rançons nourrissent le terrorisme"

Alors que Nicolas Sarkozy déclarait en 2012,  que payer des rançons n'était pas un problème pour son gouvernement, le nouvel exécutif socialiste de François Hollande semble avoir une approche différente. Le gouvernement jugerait en effet que des rançons nourrissent le terrorisme et la poursuite de la pratique des rapts, selon des sources concordantes. Pour rappel, la France compte aujourd'hui encore sept otages dans la bande sahélo-saharienne.

Lire aussi: Pour tarir le financement d'Aqmi, "il ne faut plus payer de rançon"
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 11/02/2013 à 15:01
Signaler
mais non c'est faux puisqu'ils le disent, c'est comme l'affaire cahuzac, que des mensonges qui sont pas vrais !!

à écrit le 09/02/2013 à 22:02
Signaler
Si l'état français me verse 12 millions d'euros, je promets de cesser d'être insolent avec nos médiacons et politicons français. C'est à peu près le même marché qui a été fait pour ces braves gens kidnappés. Que pensez-vous qu'il se produirait si no...

à écrit le 08/02/2013 à 14:41
Signaler
Ben, tiens ! à les écouter, c'est toujours sans contrepartie ! qu'est ce qu'on peut nous raconter comme c..neries! mais les Français, ne sont plus dupes !!

à écrit le 08/02/2013 à 14:09
Signaler
Et combien en retrocommissions et à qui????

à écrit le 08/02/2013 à 14:06
Signaler
Pour ma part que la France paie pour sortir ses ressortissants dans le cadre de prise d'otages me parait normal mais ce type d'information devrait être secrète. Par contre que la FRn,ace est dépensée des sommes jusqu' à affrêter un avion de guerre et...

à écrit le 08/02/2013 à 14:02
Signaler
L'argent public ne doit pas servir de rançon pour acquérir la liberté de nos concitoyens, plus nous acceptons de payer plus le nombre d'otage augmentera, les francais qui partent a l'étranger n'ont qu'a s'assurer contre ce risque, le francais n'est p...

le 08/02/2013 à 16:00
Signaler
@demo bonjour, un français qui travaille à l'étranger, travaille pour son entreprise mais également pour la France et en premier lieu pour la balance commerciale mais également pour un maintien ou le développement de l'emploi en France et autres........

à écrit le 08/02/2013 à 13:36
Signaler
scandaleux, mais bon, l'argent public, ca se jette par la fenetre, vu que c'est a personne

à écrit le 08/02/2013 à 13:36
Signaler
le seul probleme de Sarko...c etait Paraitre...

à écrit le 08/02/2013 à 13:34
Signaler
Le contribuable paie les frais de sécurité et les conséquences d'imprudence d'AREVA

le 08/02/2013 à 14:43
Signaler
que ne paie t-il pas le contribuable?! on lui tend la laine sur le dos, mais attention! il se retrouve nu, ça peut changer !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.