Italie : le chômage continue de grimper

 |   |  260  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Au mois de janvier, le taux de chômage a bondi de 0,4 points pour s'établir à 11,7% de la population active.

Conséquence des plans d'austérité à la chaîne, l'économie italienne continue de broyer du noir. Et le taux de chômage s'envole depuis l'été 2011. Au mois de janvier, celui-ci a progressé de 0,4 point, à 11,7% de la population active, selon une estimation provisoire publiée vendredi par l'Institut national des statistiques (Istat). Sur une base annuelle, le taux de chômage est en hausse de 2,1 points de pourcentage, précise le communiqué. Sachant que le taux de décembre a été révisé en hausse de 0,1 point à 11,3%.

Reste que le taux de janvier est nettement supérieur aux attentes des économistes de la banque Intesa Sanpaolo. Eux tablaient sur une hausse contenue à 11,3%. Il est le plus élevé depuis janvier 2004, date à laquelle l'Istat a commencé à publier des statistiques mensuelles sur cet indicateur, et le plus haut depuis fin 1992 sur une base trimestrielle.

Plus d'un jeune sur dix en quête d'emploi

Selon des données corrigées des variations saisonnières, le nombre de personnes à la recherche d'un emploi s'est élevé à près de 3 millions en janvier dans le pays. Ce qui représente une hausse de 3,8% de plus qu'en décembre et de 22,7% sur un an (+554.000 personnes), indique l'institut.

Sans surprise, les jeunes demeurent les plus touchés. Chez les 15-24 ans, le taux de chômage s'est établi à 38,7% en janvier (655.000 personnes), soit 1,6 point de pourcentage de plus qu'en décembre et 6,4 points de plus qu'il y un an. Un peu plus d'un jeune sur dix (10,9%) de cette tranche d'âge est ainsi en quête d'emploi, souligne Istat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2013 à 15:27 :
Les citoyens sont malades de la peur et de la protections des états qui renforce la peur. Pourquoi n'y-a-t-il pas dans nos pays développés où la population est éduquée, plus de créateurs d'emploi? Il n'y a pas de complot. Il y a seulement une fuite de ses propres responsabilité à tous les niveaux de la société. Les plus capables ne se sentent pas concernés. C'en est presque comique. FH indéfiniment souriant, Grillo riant.
Réponse de le 29/07/2015 à 20:24 :
Je ne vois pas en quoi les performances de Mr Drahi sont remarquables: perte de clientele accélérée, baisse du CA et bénéficie net ridiculement faible vu la taille du CA et du capital engagé
Cost-cutting is not always a winning strategy!!!Service matters!!!
a écrit le 01/03/2013 à 14:37 :
Tous les pays sont MALADES, CREVENT de cette EU, gouvernée par des marchés, banquiers, hommes politiques qui veulent notre mort, rien que cela! tout ce qui arrive actuellement, EST PROGRAMME d'avance!! ça a été bien étudié par des margoulins machiavéliques, stupides et cupides à souhait! ils n'apportent que malheur, misère, suicides, réveillez vous, que diable! nous payons dramatiquement, les erreurs, les c..neries de nos gouvernants successifs avilis à leurs bottes; ce n'est pas à nous, à payer, regardez autour de vous, nous sommes tous en perdition...Faisons quelque chose, pour une fois! nos voisins Italiens, ont marqué par 3 fois leur mécontentement, du coup c'est la pagaie chez eux, mais n'est ce pas pire avec cette Europe actuellement ? !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :