Barack Obama appelle le Congrès à un compromis pour le budget

Le président américain a exhorté samedi les élus républicains et démocrates du Congrès à rechercher avec lui un compromis pour sortir les Etats-Unis de la crise budgétaire ouverte par l'entrée en vigueur, la veille, de coupes automatiques dans les dépenses fédérales.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

"Ces réductions de dépenses ne sont pas intelligentes". Après que les coupes automatiques sont entrées en vigueur vendredi, le président américain, Barack Obama, a appelé les élus démocrates et républicains du Congrès à se mettre d'accord pour trouver rapidement un accord sur le budget.

"Cela va nuire à notre économie et nous coûter des emplois. Et le Congrès peut les annuler à tout moment, dès lors que les deux camps manifestent la volonté de parvenir à un compromis", a-t-il déclaré dans son allocution radiophonique et internet hebdomadaire.

Salaires réduits et temps de travail diminué

Comme il le fait depuis des semaines, Barack Obama a ensuite énuméré une liste de conséquences concrètes de ces coupes budgétaires dues au blocage politique entre la Maison blanche et le Congrès.

"Dès cette semaine, les entreprises qui travaillent avec l'armée vont devoir mettre des salariés au chômage. Les villes situées près des bases militaires vont subir un coup important. Des centaines de milliers d'Américains qui servent leur pays - les gardes-frontières, les agents du FBI, les employés civils du département de la Défense - vont voir leurs salaires réduits et leur temps de travail diminué", a-t-il notamment indiqué.

Le Congrès a jusqu'au 27 mars pour voter une loi sur le budget. C'est au cours de cette loi que démocrates et républicains pourraient se décider sur des coupes budgétaires plus ciblées, et annuler ainsi les coupes automatiques qui ont été mis en oeuvre vendredi.

>> Lire Les Etats-Unis menacés par des coupes budgétaires

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 50
à écrit le 03/03/2013 à 16:42
Signaler
Brenda : "Obama, the saddest POTUS in my 72 yrs" !

à écrit le 03/03/2013 à 16:36
Signaler
Les dépenses publiques sont le problème, ce qui signifie que couper dans ces dépenses est la solution. La situation est simple. Obama a tout fait pour faire échouer les négociations depuis 2 ans. Le Sénat, soumis aux démocrates, a refusé plusieurs pr...

à écrit le 03/03/2013 à 12:22
Signaler
Vu la faible croissance générée par les 85 milliards MENSUELS de monétisation de la FED, cette petite réduction de dépenses ne va pas avoir un effet trop dévastateur, rassurez-vous. Ca va peut-être provoquer un petit flash krach qui nous permettra d...

le 03/03/2013 à 15:11
Signaler
La faible croissance malgré la monétisation de la Fed est un signe fort de la nocivité de cette politique. Les réductions budgétaires vont impacter immédiatement l'économie, d'autant qu'Obama va cibler les baisses de dépenses au détriment des product...

à écrit le 02/03/2013 à 23:23
Signaler
Ce sont les riches américains qui abusent. Un peu comme certains anglais qui actuellement refusent de réduire les salaires excessifs de certains patrons pronées par l'Union Européenne qui a raison.

le 03/03/2013 à 18:55
Signaler
+100 !

le 04/03/2013 à 14:44
Signaler
+ UN

à écrit le 02/03/2013 à 17:41
Signaler
Obama ne fait pas de miracles, mais a su conforter quelque chose de concret, ne serait ce que pour améliorer la santé des Américains.....Les années Bush (oui, je sais "l'héritage !" ), n'ont rien arrangé non plus, dépenses incroyables, et privilèges ...

le 02/03/2013 à 18:57
Signaler
Bush, lors d'un discours, invitait les américains à s'endetter pour devenir propriétaires, on a vu le résultat, Pas mal les républicains.

le 02/03/2013 à 19:45
Signaler
@ American Dream D'accord avec vous ! + 1000 !

le 03/03/2013 à 10:28
Signaler
+ UN @ I HAVE DREAM+Américan Dream

le 03/03/2013 à 16:39
Signaler
Obama, le cauchemar liberticide socialiste de l'Amérique, la mise en esclavage du peuple américain.

le 03/03/2013 à 19:00
Signaler
Que disiez vous de Bush à l'époque, vu ce que vous taillez comme costume à Mr Obama???... !

le 03/03/2013 à 20:17
Signaler
C'est sur, c'est Obama qui a du provoquer la crise americaine, puis mondiale, et cela 1 an avant son election...

à écrit le 02/03/2013 à 16:09
Signaler
Comme Hollande en France, Obama est prêt à sacrifier l'économie de son pays s'il n'obtient pas ce qu'il veut. Belle collection de traîtres antipatriotiques des deux côtés de l?Atlantique !

le 02/03/2013 à 23:21
Signaler
Obama et Hollande héritent des politiques précédentes et prennent des dispositions assez justes dans l'ensemble.

le 03/03/2013 à 14:59
Signaler
Comique ! Ca fait 4 ans qu'Obama est au pouvoir : s'il hérite, c'est de lui-même. Quant à la France, Sarko et Chirac avant lui étaient au moins autant socialistes qu'Hollande. Hollande n'hérite de rien, il est dans la continuité d'une politique suici...

à écrit le 02/03/2013 à 16:08
Signaler
Obama s'entete a niet la realite. Il devient tres dangereux pour les USA et le reste du monde!...

le 02/03/2013 à 17:54
Signaler
Non, mais vous relisez ce que vous dites???

le 02/03/2013 à 18:41
Signaler
et Merckel, non? d'après vous..

le 03/03/2013 à 10:59
Signaler
Attendez les gars on va quand même pas refaire le coup de 39/45. N'oubliez pas que nos parents nous ont dit, plus jamais ça! " Alors calmos"

à écrit le 02/03/2013 à 15:56
Signaler
59% des Américains considèrent qu'Obama ou le parti démocrate sont responsables de la situation. Le jeu politique malsain d'Obama ne prend pas : il n'y a qu'en France que le gouvernement peut, sans risque sérieux, prendre les électeurs pour des idiot...

le 02/03/2013 à 23:32
Signaler
Pas exacts vos "sondages partisans" Reuters 2 mars : Twenty-eight percent of Americans blame Republicans for the lack of a deal to halt sequestration, while 22 percent hold either Obama or the Democrats in Congress responsible, according to the Reute...

le 03/03/2013 à 14:16
Signaler
Exact. 22+37 = 59% des américains blâment Obama ou les démocrates. Voilà qui fait une belle majorité consciente de la nocivité des socialistes dirigés par Obama.

à écrit le 02/03/2013 à 14:58
Signaler
Il a raison : l'échec du gagnant-gagnant conduit au compromis du perdant-perdant. Vu, l'arbre en boule, FEU !

à écrit le 02/03/2013 à 14:53
Signaler
Sacré Obama, lui qui a tout fait pour faire échouer les négociations, avec une obstination sans faille, veut maintenant faire croire qu'il veut négocier. Les républicains ont cédé aux exigences de leurs adversaires en décembre dernier. Ce faisant, il...

le 02/03/2013 à 23:34
Signaler
Totalement inexact, les républicains ne cèdent rien d'essentiel, les riches sont peu touchés. Et les sondages actuels le confirment : Reuters 2 mars : Twenty-eight percent of Americans blame Republicans for the lack of a deal to halt sequestration, w...

le 03/03/2013 à 10:36
Signaler
+ UN Vive Obama! humain, sensible (non, il ne joue pas la comédie, n'en déplaisent à certains!),mais on lui barre la route, de nouveau...il aurait fait plus pour le peuple, s'il l'avait pu, sans "léser les Républicains",et les "riches", en plus!, mai...

le 03/03/2013 à 10:37
Signaler
+ 1 @ Politologue

le 03/03/2013 à 10:57
Signaler
@ @ Politologue + 1000 !

à écrit le 02/03/2013 à 14:28
Signaler
Pas de souci pour les USA. Tout ceci n'est qu'un jeu de chat et souri. Encore 4 ans de chamailleries et ensuite tout sera fini. On trouvera une petite guerre quelque part et c'est reparti. Allons... Comme premiere puissance et aussi premiere dette il...

le 02/03/2013 à 18:24
Signaler
Il y a en effet de grandes chances qu'ils trouvent des "palliatifs" ou autres entourloupes pour faire durer dans l'hypocrisie. Là, moi, ce qui me laisse un peu sur le c.. est qu'à force de "tuer" l'état, ils vont finir dans une anarchie style far-wes...

à écrit le 02/03/2013 à 14:06
Signaler
Je vous recommande d'aller sur google et vous affichez: "dette des états-unis compteur"... Regardez bien...! Les républicains ont raison. Le génie.... Bernancke continue à imprimer des dollars fictifs dans la cave de la FED sans création de valeurs t...

le 02/03/2013 à 23:26
Signaler
Tout à fait d'accord en plus 85 milliards sur un budget de 3700 millards......

à écrit le 02/03/2013 à 13:59
Signaler
La dette n'est pas le problème car les USA ont une forte industrialisation donc de quoi asseoir cette dette ce qui n'est plus notre cas. Couper dans le public est et restera toujours ce qu'il y a de mieux a faire mais ça c'est aller contre la nature ...

le 02/03/2013 à 14:46
Signaler
industrialisation des USA ? mort de rire ... en mettant les usines en Chine ? une bonne partie de l'industrie restant fait partie du complexe militaro-industriel, totalement financé par les dettes de l'état et donc bientôt au régime sec ... ça va fai...

le 02/03/2013 à 15:57
Signaler
En accord avec vous Criscarro. Les USA, bien qu'endettés jusqu'au trognon peuvent s'en sortir s'ils cessent les QE (planche à billets) car c'est un Pays de pionniers. Exemple: La façon dont l'industrie automobile US est en train de se relever par l'i...

le 02/03/2013 à 16:46
Signaler
@ Lucky Luke Il y a une autre valeur qui existe aux USA mais que vous ne citez pas car ça gêne beaucoup de monde, c'est la compétence des chefs d'entreprises américains. En France, malheureusement nous avons les chefs d'entreprises les plus nuls du ...

le 02/03/2013 à 17:58
Signaler
Ils ont surtout les Chinois pour financer leur dette, et certainement pas autre chose ! Côté Industrie, ce n'est pas mieux ou moins bien qu'en Europe, sauf que les Européens n'ont pas les Chinois derrière pour acheter la dette (mais bon d'un côté, t...

le 02/03/2013 à 18:28
Signaler
Non, GhostMachin. Ce ne sont plus les Chinois qui achètent leur dette, mais la fed. Là, ce sont TOUS nos placements qui leur servent de matelas. De Gaulle avait déjà compris l'arnaque.

le 03/03/2013 à 3:01
Signaler
Apprend déjà à épeler correctement un pseudonyme, tu sera gentil, "machin" ! Et non ce ne sont pas tous nos placement, ne confond pas tout. En 2011, la Chine détenait pour environs 1600 Md$ de dette US (hors Honk-Kong). Et encore, il se dit que ce p...

à écrit le 02/03/2013 à 13:56
Signaler
L?amérique a des soucis de croissance, elle au bout du cycle d?endettement public. Comme on nous dit il nous faut réinventer le système, cessons les saturnales et remettons le système à l?endroit. Excédents, croissance et investissements, respect du...

à écrit le 02/03/2013 à 13:32
Signaler
Il y a de quoi se faire des cheveux blancs!

le 02/03/2013 à 17:56
Signaler
Faites vous une couleur...

à écrit le 02/03/2013 à 13:31
Signaler
Et je constate avec amusement que le Dow Jones est à un niveau presque record, au moment où les problèmes semblent s'accentuer pour les USA, et la bourse ne réagit pas. Comme en 2007 : la bourse a battu des record juste APRES le début de la crise des...

à écrit le 02/03/2013 à 13:28
Signaler
C'est tout de même assez amusant : les USA ont mis la pression maximale pour pousser l'Europe à faire de l'austérité et à diminuer son déficit. Mais les USA continuent à avoir un déficit géant de 8%, une dette colossale à 110% du PIB (!!!), et refuse...

le 02/03/2013 à 13:35
Signaler
Bien vu, Ironie. Mais je sais pouvoir leur faire confiance pour trouver des "petits arrangements" afin qu'ils continuent leur train de vie aberrant.

le 02/03/2013 à 15:30
Signaler
Oui yvan, les "petits arrangements" continueront tant que le dollar n'aura pas de concurrent sérieux et que l'armée américaine sera la première de la planète. Ces avantages ne devraient plus durer très longtemps...

le 02/03/2013 à 16:06
Signaler
A Ironie: faut pas oublier que l'administration Obama ne represente pas l'ensemble des USA. C'est d'ailleurs le president americain le plus socialiste radical jamais connu. Comme socialiste, il comprend rien a rien des entreprises et de l'economie. D...

le 03/03/2013 à 10:39
Signaler
Foiet liberté ça ne tient pas debout ce que vous avancez

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.