"Baleine de Londres" : la direction de JPMorgan aurait menti

 |   |  707  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon un rapport d'enquête parlementaire publié jeudi aux Etats-Unis, la banque JPMorgan Chase aurait fourni des informations fausses ou incomplètes aux investisseurs et aux régulateurs sur les risques et pertes liées à l'affaire dite de la "baleine de Londres". Affaire qui mettait en cause un trader français dont les prises de position auraient entrainé des pertes estimées à un peu plus de 6 milliards de dollars.

Ce sont des accusations graves. Un rapport d'enquête du Sénat américain de plus de 300 pages publié jeudi accuse la direction de la banque JPMorgan Chase de mensonge dans l'affaire de la "baleine de Londres". Après avoir examiné près de 90.000 documents, plus de 200 conversations téléphoniques, ainsi que des entretiens avec des membres de la banque et des régulateurs, le rapport publié jeudi aux Etats-Unis est parvenu à la conclusion suivante. La direction de la banque JPMorgan aurait occulté des risques, trompé les investisseurs et tenté de contourner la réglementation, confrontée qu'elle était à des pertes énormes liées à un portefeuille de dérivés.

6 milliards de dollars de pertes

Pour rappel, l'affaire dite de la "baleine de Londres" est celle d'un trader français, Bruno Iksil, basé au sein de la cellule d'investissement (CIO). Celui-ci avait pris des positions considérables entraînant des pertes estimées à un peu plus de 6 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros). Or en avril dernier, le patron de la banque avait dédramatisé la situation alors que la presse s'en inquiétait. Jamie Dimon avait alors évoqué une "tempête dans un verre d'eau". 

Le patron de JPMorgan savait

Pourtant, selon le quotidien britannique The Guardian, le rapport conclut qu'il était tout-à-fait au courant de l'état des pertes "au moment de cette déclaration". Jamie Dimon aurait même, à un moment donné, ordonné qu'on ne transmette plus de rapports quotidiens de pertes et de profits de trading à l'Office du Contrôleur de la Monnaie (OCC), l'une des principales autorités de tutelle de la banque, craignant des fuites, lit-on dans le rapport.

"Nous avons à plusieurs reprises admis nos erreurs et la direction a toujours agi de bonne foi, sans jamais avoir eu l'intention de tromper qui que ce soit", a toutefois assuré une porte-parole de J.P. Morgan à l'agence Reuters.  JPMorgan avait néanmoins déjà reconnu mi-janvier avoir commis de "graves erreurs" et la responsabilité de certains de ses hauts dirigeants, dans des rapports tirant les conclusions d'un audit interne sur l'affaire. Jamie Dimon avait d'ailleurs lui-même assumé "une part de responsabilité" et vu son bonus réduit de moitié.

Un changement des règles pour un risque accru

Par ailleurs, toujours selon le rapport, la banque aurait changé ses méthodes d'évaluation du risque pour contourner les règles de fonds propres. Le document cite des courriels dans lesquels un analyste de la banque se fait fort de remodeler les procédures pour dissimuler l'augmentation des risques au sein du CIO. La banque "a accru le risque en présentant faussement le portefeuille comme un instrument de couverture et de réduction du risque alors qu'il s'agissait en fait de trading pour compte propre", a confié le parlementaire républicain John McCain, ancien candidat à la présidentielle de 2008 et membre de la sous-commission, à la presse.

La sous-commission devait entendre directement des responsables de la banque, à l'exception de Jamie Dimon, ce vendredi matin sur ces transactions de dérivés connues sous l'appellation de transactions de la "baleine de Londres", surnom donné au trader français Bruno Iksil. Si le sénateur Carl Levin, qui préside la sous-commission, dit ne pas encore avoir décidé s'il soumettrait le rapport à des autorités judiciaires civiles ou pénales, il a cependant assuré que celle-ci pourrait prodécer à de nouvelles auditions, voire convoquer Jamie Dimon lui-même.

Reste que cette publication vient doublement saper le moral de la banque. Elle arrive en effet au moment où la Fed a déclaré avoir découvert des "faiblesses" dans les plans d'investissement de JPMorgan. La réserve fédérale lui a demandé d'améliorer ses procédures avant de déterminer les dividendes des actionnaires. Il s'agit du deuxième volet des stress tests auxquels la banque n'a obtenu qu'un accord sous condition. La Fed reproche à JPMorgan son incapacité à estimer leurs pertes en cas d'événements économiques majeurs. La banque devra donc rendre des comptes à la Fed avant la fin du troisième trimestre. Le statut de "premier de la classe" semble bien loin.


Lire aussi: La "Baleine de Londres" prive le patron de JPMorgan de la moitié de son bonus
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2013 à 12:06 :
Evidemment tout le monde sait qu'il n'y a pas de baleine dans la Tamise ! Juste un banc de morues traders à la City !
a écrit le 18/03/2013 à 1:29 :
cher surpris, bien sûr que les banquiers sont des gens honnêtes ! même que si ils vous serre la main, comptez vos doigts. et n'y a-t-il pas de très grosses banques en grèsce et àa chypre ? et comme leur économie va bien...
a écrit le 17/03/2013 à 22:03 :
Tiens, je croyais que les banquiers étaient des gens honnêtes, dignes de confiance, que l'on peut croire sur parole en fermant les yeux !! !Je croyais que tous ces traders surpayés comme Iksil avec ses 7 millions de $ par en en 2010 et 2011 méritaient amplement ces petits bonus raisonnables !! ??? !!!
a écrit le 17/03/2013 à 12:51 :
pourquoi ne pas mettre à l'amende cette entreprise qui fraude. l'amende doit ètre suffisamment forte pour ne plus lui donner l'envie de le refaire... quelques dizaines de milliard de dollard a payer sur plusieurs annees. ou tout simplement leur enlever leur autorisation d'exercer. quand ces pseudo banquiers auront compris que s'en mettre plein les poches sans servir ses propres clients n'est pas dans les règles du commerce, nous aurons au moins gagner cela. et d'autres préfèreront ne pas le faire.
a écrit le 16/03/2013 à 13:13 :
Autrefois, les banquiers savaient analyser un risque et aider les gens rigoureux et honnêtes, qui se défonçaient pour leur entreprise. Depuis des années nous n'avons que des crétins qui remplissent des cases et des grilles pour analyser ledit risque....! L'important étant le diplôme à la place de la compétence. En outre, tous les gouvernements des Pays industrialisés, parfaitement incapables, n'ont jamais pris la moindre mesure pour stopper cette imbécilité qui consiste à créer de la richesse à partir du virtuel, en faisant tourner de manière illimitée les planches à billets, au lieu de favoriser les richesses tangibles et intelligentes.
La connerie domine. Elle va nous faire tous crever et c'est très bien ainsi, puisque les électeurs l'ont voulu.
L'on pourra peut-être un jour repartir du bon pied..???! si lesdits électeurs arrivent à réfléchir..????
a écrit le 16/03/2013 à 10:50 :
Mais que fait Blythe Master ?
Réponse de le 16/03/2013 à 13:19 :
@ Frane. blythe masters, elle achète via ses différentes structures, TOUTES les matières premières pour faire ensuite monter les cours artificiellement sur un plan mondial et s'en mettre plein les fouilles sur le dos de tous les Pays du monde qui eux rament pour l'engraisser chaque jour davantage. Quand allez-vous comprendre enfin ????
a écrit le 15/03/2013 à 22:29 :
Chez JPMorgan , l'on n'a pas eu la sagesse ou la modestie de demander à la Société Générale la méthode pour se défausser d'un Kerviel que l'on a enfanté. Le pragmatisme anglo-saxon avait tout de même cultivé,comme chez la SG, l'expertise mathématicienne exceptionnelle des traders français.
a écrit le 15/03/2013 à 19:58 :
Je cite "JPMorgan avait néanmoins déjà reconnu avoir commis de "graves erreurs" et la responsabilité de certains de ses hauts dirigeants, dans des rapports d'un audit interne sur l'affaire. Jamie Dimon avait d'ailleurs lui-même assumé "une part de responsabilité" et vu son bonus réduit de moitié." Je précise : son bonus a été réduit de 20 à seulement 10 millions de dollars, tandis que son salaire de 1,5 million de dollars n'a pas été affecté. Si c'est cela "assumer sa part de responsabilité" à la suite de "graves erreurs", je me dévoue bien volontiers pour faire pénitence à sa place !
Réponse de le 15/03/2013 à 20:24 :
Cruel. Sait-on s'il va s'en remettre, ce "pauvre" homme ?
Réponse de le 15/03/2013 à 20:25 :
... un tout autre monde...
Réponse de le 15/03/2013 à 20:26 :
Comme cela au(x) procès, JP Morgan pourra affirmer avoir agit avec la plus extrême sévérité contre les contrevenants :))))
a écrit le 15/03/2013 à 19:45 :
Il est temps de voir les gouvernements européens un peu plus actifs sur le sujet des grosses banques. Et aller vers une vraie séparation des banques des particuliers et des PME et de celles des investisseurs. L'argent du contribuable ne doit plus servir à sauver les banques trop grosses pour ne pas être secourues.
Que les investisseurs prennent de vrais risques. Peut-être que ceux-ci iront enfin vers de vrais projets porteurs de valeur ajoutée pour la société.
a écrit le 15/03/2013 à 19:35 :
Too big to jail
Les banques peuvent se permettent n'importe quoi, elles se trouvent au dessus des lois et de la justice. Une simple amende et une promesse qu'ils ne referont plus suffira à calmer tout le monde.
Réponse de le 16/03/2013 à 8:12 :
ou un simple rappel a la loi.une amende pourrait fragiliser le secteur bancaire.
a écrit le 15/03/2013 à 19:01 :
Il faudrait tout de même être réaliste seulement de temps en temps. Une banque ne peut PAS ne pas mentir. Business as usual oblige. Soit, les salariés, seconds couteaux, sont bien obligés de tout prendre. Donc, aucun dirigeant d'aucune banque n'ira un jour en prison, soyons rassurés. Ouf.
a écrit le 15/03/2013 à 18:53 :
90.000 documents, plus de 200 conversations téléphoniques pour savoir qu'ils mentent ouvertement ?
a écrit le 15/03/2013 à 18:45 :
Mais la SG ne savais rien pour Kerviel evidement...
Réponse de le 15/03/2013 à 19:02 :
@Realiste: un peu comme Chirac: il n'a rien vu, rien entendu, ne sais rien. C'est leur système de défense !!! Alors que toi si t'es arrêté, tu dois prouver que t'es pas coupable, ce qui est d'autant plus difficile quand tu as perdu ta liberté. On vit décidément dans un monde de plus en plus dangereux pour le citoyen lambda.
a écrit le 15/03/2013 à 18:40 :
Ils auraient menti ! Là franchement, je tombe de l'armoire, moi qui croyais que nous étions dans un monde de bisounours où il fallait prendre pour argent comptant tous les promesses et déclarations des dirigeants :-)
a écrit le 15/03/2013 à 17:37 :
A tout les fans de libéralisme débridé, voyez ce que les financiers font de notre monde alors même qu'il existe plusieurs mesures permettant d'encadrer leurs activités. Maintenant, imaginé G&S, JPMorgan et les autres sans toutes ces barrières qui les empèchent de spéculer comme bon leur semble. N'en déplaise à mon adolescent préféré (oui John) le libéralisme a une grosse faille : l'Homme. L'argent nous pourri mais cela semble tellement plaire à une majorité des lecteurs de ce site...Imaginez une rivière, un doux soleil, une canne à peche et un pétard, c'est pas beau ? Et bien vous me ruinez tout ca avec vos pneux de Porche Cayenne ou autres grosses voitures allemandes si chère aux yeux de VGA. Sur ce, ma journée de banquier s'achève. Je laisse maintenant l'expert ès économie me traiter de communiste.
Réponse de le 15/03/2013 à 19:07 :
Est-ce le liberalisme, ou la nature humaine ? Combien de dirigeant communiste avaient des trains de vie hors normme alors que la population mourrait de faim?
Idem: pour les socialistes, peut on faire confiance a Mitterand qui a lappider les excedent de la france en faisant des remises de dettes a tous les pays africains pour flatter son ego? ou est mieux, construire sa bibliotheques mitterand financer a coup de dettes qu on arrive pas a rembouser maintenant? qui fait qu on coup sur les hopitaux l educcation etc .... Segolene en numero deux de la nouvelle banque de fincancment des pme ca aussi c'est rassurant non?
Arretez de dire n importe quoi, il y a du bon et du mauvais de partout. (un peu plus de mauvais chez les cocos et les sauces selon moi d'ailleurs.)
Réponse de le 16/03/2013 à 16:02 :
@chich , non tu n est pas un communiste, non utiliser l argent public pour sauver les banques n est pas non plus du liberalisme.
On auras du laisser les banques perdre leus chemises et leur slips, exceptionnelement une nationalisation temporaire aurait eu un sens ( moins pire des solutions ? )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :