Il faut équilibrer soutien à la reprise et consolidation budgétaire selon le G7

 |   |  644  mots
George Osborne était l'hôte du G7 des Finances au Royaume-Uni. Il est l'artisan d'une cure d'austérité drastique outre-Manche mais a reconnu que le soutien à la reprise mondiale était nécessaire - Copyright Reuters
George Osborne était l'hôte du G7 des Finances au Royaume-Uni. Il est l'artisan d'une cure d'austérité drastique outre-Manche mais a reconnu que le soutien à la reprise mondiale était nécessaire - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les grands argentiers du G7 se sont de nouveau engagés samedi à "encourager" une reprise qui patine, malgré des différends sur le rythme de la réduction des déficits qui tendent toutefois à s'aplanir. Le Japon, sous surveillance pour sa politique monétaire, n'est pas mis en cause directement pour le moment.

"Il y a encore de nombreux défis pour garantir une reprise mondiale durable", a déclaré le ministre britannique des Finances George Osborne à l'issue du G7 Finances qui a réuni pendant deux jours de ce club qui comporte l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Italie et le Japon. "Nous ne pouvons la considérer comme acquise mais nous nous engageons, en tant qu'économies développées, à jouer notre rôle en encourageant cette reprise", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse dans la demeure historique située à une soixantaine de kilomètres au nord de Londres, qui a abrité la rencontre.

La rigueur en Europe au coeur des discussions

Alors que la reprise économique mondiale est fragmentée, avec une zone euro qui décroche, les Etats-Unis avaient insisté avant ce G7 sur leur volonté d'appeler les Européens à changer de cap sur l'austérité. "La réalité est que si nous voulons que la reprise mondiale aille où elle doit aller, elle ne peut pas être seulement menée par les Etats-Unis. L'Europe va devoir faire mieux", avait martelé vendredi le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, qui n'a pas fait de déclarations samedi. 

Mais George Osborne, lui-même artisan d'une sévère cure de rigueur, a assuré après la rencontre qu'il y avait finalement "plus de points d'accord entre nous sur les politiques budgétaires que ce qui est communément admis". Un constat partagé par le ministre français Pierre Moscovici. "Le consensus progresse dans la façon que nous avons d'équilibrer le soutien à la croissance et la consolidation budgétaire (...) Il y a encore la volonté qui est très présente de réduire les déficits, mais assurément il y a un changement de ton", même s'"il peut y avoir des différences de situation, des différences de positions", a ajouté Pierre Moscovici.

La politique monétaire du Japon sous surveillance

Enfin, comme cela était attendu, le G7 a maintenu sa ligne sur la politique monétaire, en confirmant la forme d'assentiment accordé au Japon par le G20. Les membres du club des pays riches se sont en effet de nouveau engagés à ce que leur politique monétaire ait pour but des "objectifs intérieurs en utilisant des instruments intérieurs" et à ne "pas cibler des taux de change", a indiqué George Osborne.

La politique offensive du Japon, qui affirme qu'il ne cherche pas à manipuler le marché des changes mais à lutter contre la déflation, a eu pour conséquence un considérable affaiblissement du yen ces derniers mois et le dollar a franchi jeudi la barre symbolique des 100 yens pour la première fois depuis quatre ans.

Des "pas de géant" dans la lutte contre l'évasion fiscale"

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du G7 se sont également dits "absolument déterminés à faire des progrès" dans la lutte contre l'évasion fiscale et ont souligné "l'importance de l'action collective", a ajouté le ministre des Finances britannique. Cette question, érigée en "priorité" par la présidence britannique du G8, devrait être au centre du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G8 de juin en Irlande du Nord. 

Alors que ce thème est revenu sur le devant de la scène à la faveur de l'"offshore leaks", la pression est encore montée d'un cran vendredi avec l'annonce par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Australie du lancement d'une vaste enquête internationale après la réception de milliers de fichiers informatiques sur des comptes secrets dans des paradis fiscaux. La communauté internationale est "en train de faire des pas de géant (...) il y a quelque chose qui est en train de s'ouvrir", a affirmé Pierre Moscovici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2013 à 8:17 :
L?Amérique est sous perfusion de la FED : 85 milliards de dollars chaque mois. L?initiateur, Ben Bernanke, lui-même, ne cache plus ses inquiétudes et n?exclue pas un accident....La BCE va-t-elle aussi faire marcher sa planche à billets ? La France l?Italie et les Etats-Unis l?y poussent plus ou moins fermement?L?Allemagne renâcle?L?Europe s?enfonce?lentement?

a écrit le 12/05/2013 à 16:07 :
Malgré tout ce que l'on dit pour se rassurer, il y a quand même une réalité tenace , c'est l' incapacité pour l' Allemagne et pour la France, les deux poids lourds économiques de L'U.E. de rembourser leurs dettes abyssales , biens sur elles peuvent tout le temps emprunter pour aider les petits pays en difficulté mais jusqu'où !
a écrit le 12/05/2013 à 15:50 :
Le genre de déclaration fait par un communicant pour adoucir l'opinion mais pas de doute l'austérité est la voie clairement choisie, l'autre (la course à la croissance par l'endettement) n'étant plus possible, sauf aux US où la roulette tourne encore. C'est vrai que le hollandisme semble gagner du terrain à l'échelle européenne: je fais croire tout et son contraire selon à qui je parle et je t'embrouille à l'arrivée. La lutte contre les paradis fiscaux est louable: même si le Luxembourg ne vit pas encore d'une activité honnête, tout progrès en la matière est appréciable et doit être salué
a écrit le 12/05/2013 à 12:03 :
L'endettement a cru de 100 % dans notre belle France en 20 ans, le chômage progressé de 3 points en zone Euro depuis sa création alors qu'il a régressé de plus de 1 chez les non adhérents ! Formidable Europe dont il reste à en tirer le constat de la casse : à qui profite le crime ? Les US ont imposé aux nations soumises l'indexation du dollar devenu étalon au détriment de l'or des nations, il fallait alors faire dépendre les états du système financier puisque seul l'intérêt payé par l'activité économique est créateur de richesse, le prêt étant quant à lui virtuel. Le commerce international s'exprime en dollars et donc la réserve US contrôle l'économie mondiale et l'ensemble des banques. Il a fallu des complices US dans les économies des états pour en commander l'endettement au détriment des monnaies nationales et créer l'Europe et son avatar la monnaie unique l'Euro, l'un et l'autre favorables au States. La dette de la zone euro devenant l'aliment du système et assurant ainsi la pérennité du dollar qui permet à l'Amérique de fabriquer les armes qui perpétueront ce système... cqfd. De l'intérêt de TOUJOURS questionner le général avant de redescendre au particulier... Tout le reste est du blabla, de l'enfumage, Le G7, le G machin, trop d'Europe, pas assez d'Europe,.. du pain béni pour les politiciens corrompus. Il faut sortir de l'Europe, de l'Euro, de l'Otan, retrouver notre souveraineté, il y va de notre survie existentielle. J'appelle un gaulliste, un vrai, sortant des querelles d'égo, vite...
Réponse de le 12/05/2013 à 12:26 :
oui, vite! vite! ça fait plus que "urger" !
Réponse de le 12/05/2013 à 12:30 :
Belle tirade mais avec des conclusions hâtives et des arguments qui ne tiennent pas. Ne faites pas appel à des notions économiques mal maîtrisées pour étayer votre opinion.
Réponse de le 12/05/2013 à 14:10 :
@Polo : Conclusions hâtives ? Lorsqu'on sait que les USA sont les véritables pères fondateurs de l'UE (très loin de ce qu'on vous assène à coups de propagande européiste très franco-française, hein ?), on est en droit de se poser de vraies questions. Mais puisque vous parlez d'arguments et de notions économiques, nous serions heureux de vous lire. Qu'avez-vous à nous exposer pour étayer la vôtre, d'opinion ?
Réponse de le 12/05/2013 à 17:45 :
bien dit.....mais , on attend toujours! parler pour parler ou ne rien dire, mieux vaut ne pas faire de réflexion !! (à polo !)
Réponse de le 13/05/2013 à 17:29 :
@Polo,comment se fesse que nous ne libellons pas nos achats de pétrole en euros,c'est là question à se poser,ils n'hésiteraient à nous faire une guerre économique acharnée si on se lançait dans l'aventure. Y en a qu'ont essayés,ils sont pendus,ou mort d'une balle entre les deux yeux (au choix),ils en étaient seulement qu'au stade de projet (Libye,Irak).
a écrit le 12/05/2013 à 11:51 :
le G7, le G8, le G20 etc, tout ça c'est de la "Pagnolade" ! du blabla, de la cOOnerie à long et moyen terme, et ça gaspille un argent fou en plus!
a écrit le 12/05/2013 à 11:09 :
esperont que ce enieme G7 ne soit pas encore une coquille vide , le japon est dans un état inquiétant et bien plus grave que la grece , l'Asie est dans un marasme grandissant avec la crise européenne c'est un fait , en plus du nationalisme qui refait surface dans cette partie du monde qui est devenue économiquement sensible autant pour les européens que pour les USA , comment relancer la machine ? , inflation ou pas ? , enfin les paradis fiscaux et les comptes qui vont être etudiés sérieusement , on pourrait dire enfin ? , souhaitons qu'ils iront au bout et je ne crains qu'une chose s'ils ont ce courage , le déballage sur des individus ou sociétés concernés qui seraient de la dynamite sociale , pour la sortie de crise réelle que des millions et des millions de gens espèrent , le public est pris a la gorge par une crise née du privé , mais tous admettent enfin une évidence , c'est bien la pire crise depuis 1929 , j'espère seulement qu'on évitera le pire et que des hommes censés et courageux prendront les bonnes décisions mondialement neccessaire , mais là c'est un faible espoir vu les lobby de part le monde et l'idéologie
Réponse de le 12/05/2013 à 11:16 :
une revolte des peuples
Réponse de le 12/05/2013 à 11:54 :
Vous pouvez rêver très fort à un monde plus juste mais le système financier anglosaxon responsable de la crise sucera vos éconocroques, si vous en avez, jusqu'à la moelle. Maintenant, rien n'interdit d'appeler à une moralisation de vos voeux pieux... Il faut juste comprendre à qui profite le crime, reconsidérer notre appartenance à l'Europe, sortir de l'Euro, de l'Otan, de Shengen. Les problèmes se règlent quand à la fois vous comptez sur vous et vous vous donnez les moyens de les régler ; pas quand les hommes politiques nationaux ou supranationaux ayant des intérêts divergents et serviles prétendent les régler pour vous !!!
a écrit le 12/05/2013 à 10:34 :
Je constate que notre président avait peut être raison en demandant la croissance depuis un an. Aurions nous perdu un an en ne l'écoutant pas ?
En revanche je me demande bien comment financer cette croissance que tout le monde désire ? Faut il la financer avec un endettement encore plus élevé ? Faut il faire de l'inflation?
Reconnaissons que l'on se trouve en surproduction de tout et qu'il faut inventer un nouveau système qui réponde au chômage
Réponse de le 12/05/2013 à 11:00 :
Le problème c'est que la croissance ne se décrète pas. Sinon ça se saurait. Et avec des prélèvements fiscaux aussi importants, cela n'encourage pas les gens à entreprendre. Tant que les impôts seront aussi dissuasifs il n'y aura pas de croissance possible.. et donc un chômage toujours plus élevé, catastrophique.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:04 :
@albbo +1 Bravo pour votre démarche dans l'esprit du scepticisme rationnel appliqué à l'économie. Vous avez l'intelligence de commencer par poser de bonnes questions.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:15 :
Et oui, il faut inventer un nouveau système, mais l'ennui est qu'en Occident au moins, la pensée unique des des majorités gouvernantes est de perpétrer le système qui prédomine depuis trois décennies.La surproduction par rapport à la demande solvable est endémique depuis longtemps. Après le choc pétrolier et l'échec du dialogue Nord-Sud, l'inflation à deux chiffres régna, suivie par la déflation compétitive et la dérégulation financière. Ce fut la solution consumériste par une offre stimulée par la pratique d'enchères de quasiment tout ; le dogme en était la création de valeur et de croissance mondialisée. Avec les cycles de bulles, on est parvenu au krach et à la crise de 2.007 . Depuis six ans, G7,G8,G20 jouent au mistigri et le système continue sophistiqué diaboliquement, car le conflit entre créanciers et débiteurs est déporté sur l'ensemble des populations, miséreux inclus. C'est comme si la faillite d'une entreprise était réglée par la population où elle se trouve. Un autre système mondialisé ou pas proviendra peut-être de la fin du jeu de la barbichette entre l'Etat hégémonique et son challenger. Pour l'instant, le "réglage" semble être de la déflation systémique pour désendetter en même temps que de l'endettement pour faire tourner le casino d'enchères pour entretenir l'offre. Seuls les Grecs et Chypriotes ont été contraints à un apurement du passif brutal et aveugle.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:27 :
Bien sur que la croissance ne se decrete pas mais l'austerite oui et c'est bien la le pb. Nos gouvernants ont transforme le concept d'une saine gestion en arme politique, ce qu'il n'est pas passible democratiquement obtenons le par le dogme eco. le pb c'est que la rigueur de gestion n'est ni de droit ni de gauche et ne peut etre detourne meme au profit d'objectif vertueux au risque de faire perdre tout sens au debat.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:49 :
Quelle austérité ? vous avez vu les dépenses diminuer en France ? IL N'Y A PAS D'AUSTERITE EN FRANCE !!!! SEULEMENT DANS LA TETE CE DEUX QUI NE SOUHAITENT PAS ETRE TOUCHES PAR LES ECONOMIES QUI S'IMPOSENT !!!
Réponse de le 12/05/2013 à 14:44 :
@COCO: vous avez raison. Il n'y a pas globalement d'austérité en France. Mais comme toujours, ici nous gérons les problèmes par la seule variable d'ajustement qu'est le chômage. Ceux qui ont de la chance de rester en place continuent d'avoir une progression des salaires et ne voient donc pas d'austérité. Ceux qui ont été éjectés violemment du train ou ceux ( les jeunes) qui n'arrivent pas à y monter, sont eux obligés de gérer leurs vies de façon austère pour ne pas dire plus. C'est un choix de société. Faut-il par temps difficile partager pour garder un maximum de gens au travail (système Allemand) ou continuer en mettant l'excédent de travailleurs aux bons soins du système social qui devient de force déficitaire?
Réponse de le 12/05/2013 à 15:03 :
@Jeannot Lapin : certes, les allemands ont moins de chômage mais beaucoup plus de travailleurs pauvres qu'en France. Le miracle allemand qu'on nous vante partout et qu'on veut nous vendre n'existe pas, il faut le répéter combien de fois ? Les réformes Schröder n'ont été possibles que parce que l'Allemagne a une démographie en déclin, contrairement à la France.
Réponse de le 12/05/2013 à 15:28 :
@Jeannot lapin: je suis frontalier. Les allemands ne partagent rien du tout! J'ai vu une proposition d'embauche à 4?/ h pour ranger des caddies dans un super marché en Allemagne. Le dimanche, les étrangers ramassent les asperges dans les champs pour des clopinettes. Les allocs chômage sont versées selon les revenus du foyer (monsieur peut ne pas toucher si madame gagne assez ou plutôt un peu). Le racisme se développe pour les mêmes raisons que chez nous, etc....et pour finir la nourriture y est dégueulasse , c'est eux qui le disent, ils font tourner tous les restos en Alsace le WE . La vraie différence c'est que l'allemand marche encore droit quand son patron le lui demande....mais pas sur que ça dure encore longtemps! Je suis bien content d'être en France.
Réponse de le 12/05/2013 à 15:55 :
Vous avez bien raizon de vous complaindre et de vanter le modèle social français, qui favorise la paresse et la fainéantise à crédit. Quand votre beau système s' effondrera comme l'URSS de jadis, que ferez vous ?
Réponse de le 12/05/2013 à 17:49 :
+ 1000 on nous rabâche les oreilles avec l'Allemagne!...guère mieux que chez nous,"si l'on peut dire !", mais jusqu'à quand? demandez aux Allemands ce qu'ils pensent de la politique de leur pays qui les exploitent! édifiant !
a écrit le 12/05/2013 à 9:46 :
Les économistes ne sont pas à une contradiction près (soutien à la croissance et consolidation budgétaire sont antinomiques !)! Je peux comprendre l'exaspération des jeunes au chômage mais ils se trompent de cible en pourfendant leurs ainés. Le système était à peu près équilibré avant 2000 (60% de dette et 3% de déficit). Si les banques n'avaient pas joué au casino en 2008, la situation ne serait pas aussi dramatique ! Ces jeunes devront accepter des emplois à 700 ?/mois comme en Allemagne, mondialisation oblige. Cela fera baisser les loyers et les rentes de quelques rentiers propriétaires.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:06 :
De tout temps il y a eu des crises, des flux migratoires avec de la réussite et des échecs.De tous temps les vieux se sont accrochés au magot et les jeunes ont voulu le leur piquer. Mais pour y arriver faut se bouger et prendre des risques. La différence notable est que la jeunesse d'aujourd'hui a eu la vie beaucoup plus facile que celle d'avant donc elle se réveille avec la gueule de bois. Faites comme vos vieux, prenez des risques et allez où le boulot se trouve au lieu de pleurer sur votre sort.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:22 :
Les ex jeunes de 68 ont eu la vie facile avec une insertion professionnelle beaucoup plus rapide que pour les jeunes des années 2010. Ils ont même pu se payer le luxe de glander plusieurs années ( leurs délires sexuels et autres trips communautaires) et de démarrer dans les entreprises avec un faible niveau de diplôme. Ils n'ont pris aucun risque dans la mesure où ils n'ont rien entrepris pour la plupart, hormis tenir coute que coute dans des petits jobs peinards jusqu'à une retraite la plus précoce possible. Ils se sont constitué un patrimoine grâce aux deux plus grands hold up de tous les temps : spoliation de leurs anciens en leur rachetant en monnaie de singe leurs maisons et spoliation de leurs descendants grâce à un état providence ponzi, des milliers de milliards d'euros de dettes et à la rente immobilière.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:43 :
@Albatros Les dépenses sont de natures diverses. Beaucoup peuvent être réduites sans grandes conséquences économiques, d'autres contribuant au mieux vivre et préparant l'avenir, devraient être augmentées. Au final, le budget serait plus équilibré et la qualité de vie améliorée. Si, comme nos dirigeants, vous continuez à raisonner avec les modèles actuels, vous allez préserver ce système inique et broyer les citoyens.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:57 :
@@Mougeon: vous généralisez trop vite sur des clichés éculés. Autres temps autres problèmes. Mais que vous ayez raison ou tort ne change rien à votre situation actuelle: vous pouvez pleurer et faire le procès de vos parents... ou vous bouger les fesses. L'avenir vous appartient, c'est vous qui le construisez. Dans 20 ans vous direz la même chose à vos enfants. C'est d'ailleurs ce que nous disaient aussi nos parents. L'histoire n'est qu'un éternel recommencement.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:52 :
+ 10000000
Réponse de le 12/05/2013 à 11:56 :
@ albbo surproduction d'aide pour tout, allocations..........
Réponse de le 12/05/2013 à 19:28 :
Mougeon le 68tard qui relativise la responsabilité de sa génération du "jouir sans entraves" qui est au pouvoir depuis 30 ans : aucun étonnement pour ma part...
a écrit le 12/05/2013 à 9:42 :
L'Europe fédérale se fera ou l'Europe actuelle explosera. Il faut encore du temps et arriver encore plus au bord du précipice pour en accepter l'idée. Quelques réalisations exemplaires comme la fin des paradis fiscaux intra européen (Luxembourg, Monaco...), un doigt de protectionisme aux frontières de l'UE (photovoltaïque), permettront d'illustrer les bienfaits pour tous du nord au sud, de l'est à l'ouest. Juste une question de temps, ça se fera.
Réponse de le 12/05/2013 à 19:31 :
L'Europe explosera le jour où on imposera une Europe fédérale à l'image de l'enfer fiscal français. C'est heureusement impossible : jamais les autres peuples européens ne voudront du modèle français qui échoue lamentablement. L'avenir de l'Europe est de nous protéger de nos propres gouvernants socialistes par une structure confédérale libérale qui les empêche de pratiquer les abus de pouvoir fiscaux et sociaux comme actuellement.
a écrit le 12/05/2013 à 9:29 :
@Théophile ,excusez moi, vous êtes à coté de la plaque ! au 21 nième siècle... nous n'avons pas besoins de ce surnombre impressionnant de fonctionnaires improductifs...! pour occuper des postes obsolètes ...A considérer ,que si IBM était géré avec le même nombre d'intervenants à compétences égales.......les actions IBM auraient chutées de 90% depuis longtemps !
Réponse de le 12/05/2013 à 9:50 :
Sir le nombre de fonctionnaire,je ne sais pas.Mais pourquoi les compter comme improductiffs alors qu'ils participent largement à la production nationale :
-Enseignant :pourquoi un enseignant du privé serait productif et un enseignant du public non
-Pourquoi les fonctionnaires americains de la NASA seraient donc tous improductifs
-Pourquoi les Polytecnniciens des ministères qui font des études tout à fait remarquables et complètes seraient moins productifs que le personnel de Standard et Poor ,....etc
Cette assilitation Fonctionnare= Improductif ,me parait décidément idiote.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:15 :
@ clodef: tous les fonctionnaires ne sont pas improductifs, votre exemple des enseignants.est pertinent mais dans ce corps d'état comme dans les autres , il y a aussi un bon nombre qui peignent la girafe. Aucune autre usine ne pourrait tourner avec un taux d'absentéisme pareil! Et le polytechnicien qui empile les normes contradictoires n'est pas improductif, il est destructif!. Il ne faut pas généraliser, vous avez raison: il y a des bons, des moyens, des mauvais. Le problème c'est que maintenant il y a beaucoup trop de mauvais.... Le personnel de standard and Poor productif ? La bonne blague...
Réponse de le 12/05/2013 à 10:21 :
Car : 1) un enseignant dans le privé va à l'école et il travaille (le fonctionnaire brille par son absentéisme démesuré), 2) les fonctionnaires américains (ou autres en Europe) n'ont pas le même statu que les fonctionnaires français : on peut les virer s'ils n'obtient pas de résultats. Un fonctionnaire doit être un employé d'Etat mais avec un contrat du même type que dans le privé, un CDI ou un CDD.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:20 :
Je vous laisse libre de vos propos suivant lesquel un fonctionnaire est "par définition" moins productif que qq'un d'autre qui fait le même boulot .Mais ceci n'empèche pas aux fonctonnaires "dits moins productifs " de produire de la richesse .Il est donc inexact de les qualifier d'improductifs
Réponse de le 12/05/2013 à 11:47 :
@clodef: Un fonctionnaire n'est évidemment pas improductif par définition. Mais beaucoup trop ne sont pas suffisamment productifs pour justifier ce qu'ils coûtent à la collectivité. C'est ceux là qu'il faut éliminer... La priorité n'est pas de s'attaquer au gratte papier sans grade mais de faire sauter les chef de service bidon qui entretiennent la complexité de l'usine à gaz pour leur permettre de justifier leurs postes. Un choc de simplification! Reste encore à le faire...une paille!
Réponse de le 12/05/2013 à 11:47 :
@clodef: Un fonctionnaire n'est évidemment pas improductif par définition. Mais beaucoup trop ne sont pas suffisamment productifs pour justifier ce qu'ils coûtent à la collectivité. C'est ceux là qu'il faut éliminer... La priorité n'est pas de s'attaquer au gratte papier sans grade mais de faire sauter les chef de service bidon qui entretiennent la complexité de l'usine à gaz pour leur permettre de justifier leurs postes. Un choc de simplification! Reste encore à le faire...une paille!
Réponse de le 12/05/2013 à 11:52 :
Personne n'a écrit ça ici. Vous nourrissez un débat de manière improductive....comme beaucoup de fonctionnaires
a écrit le 12/05/2013 à 8:40 :
Mrs, L'Europe fédérale est la seule solution pour nous, notre Europe serait
plus fort que les Chinois et USA ! les concurrents des Français ne sont pas l'Allemagne,l'Espagne ,Pologne etc...mais les Chinois !?
Pour moi il y a plus de différence entre un américain du nord et du sud, que la différence entre un belge et un français !? Donc le problème est uniquement Politique ! Comment voulez vous ne pas être européen quand votre Fille est Française,Grecque, et portugaise !
Réponse de le 12/05/2013 à 10:52 :
L'Europe fédérale ne se fera pas pour la simple raison qu'il n'y a pas de peuple européen mais des peuples européens, fondamentalement différents les uns des autres.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:11 :
La France s'est bien faite avec des chtis, des basques, des bretons, des alsaciens, et même des corses (quoique...) , mes excuses à ceux que j'oublie. Faut pas désespérer: les USA sont tout aussi hétéroclites que l'Europe
Réponse de le 12/05/2013 à 11:27 :
Enfin quelqu'un qui comprend quelque chose. J' irai même plus loin, l'Europe ne doit pas fonctionner et ne fonctionnera jamais. Les intérêts de peuples sont divergents et antagonistes, l'Europe cautionne le dollar via l'euro, c'est la seule raison de sa justification, l'appauvrir et la rendre dépendante de l'emprunt pour en ponctionner les intérêts au seul service de la finance anglosaxonne... Il ne fallait pas présenter de budget à l'équilibre, année après année, cela a été voulu. Réfléchissez au lieu de vous étriper qui sur la responsabilité des boomers, l'insuffisance du G machin, de la droite, de la gauche, la seule responsabilité c'est le capitalisme dans sa phase ultime, l'Empire servilement aidé par nos politiques corrompus, nationaux ou européens. Merci les US.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:43 :
Comparer une nation vieille de plus de 1500 ans avec une autre qui n'est née qu'il y a moins de 300 ans, il faut l'oser ! Je vous laisse vous débattre avec ça. Sinon, la culture latine et anglo-saxonne sont fondamentalement opposées dans la conception même de la société : le marqueur éclairant étant le modèle économique choisi dans les pays anglo-saxons et les pays latins. La langue est aussi une barrière culturelle qu'on ne peut ignorer. Pour preuve, la plupart des jeunes diplômés des pays du sud (Portugal, Espagne) ne partent pas en Allemagne ou au Royaume-Uni pour y chercher du travail mais dans les anciennes colonies.
a écrit le 12/05/2013 à 7:50 :
Le vrai boulet de l'économie française, c'est la génération des 68tards qui stérilise des centaines de milliards dans la bulle immobilière, qui coûtera pour son "entretien", rien qu'en pensions, de 16 à 20 points de PIB par an (quand le déficit est à 4). Les feignasses qui nous ont plombé de 2.000 milliards de dettes publiques pour financer leur état providence (35 heures, départ de la vie active à 58 ans en moyenne...) avec un niveau moyen de revenus supérieur à celui des actifs qui les supportent (combien de temps ?)
Réponse de le 12/05/2013 à 8:09 :
les feignasses ne faisaient pas 35 h ne vivaient pas avec 3 ou 4 téléphone ,télés ordi ,n'avaient pas x semaine de repos ou rtt etc à la maison,ils commençaient avec un petit appartement maintenant ils veulent tout le confort à la naissance
Réponse de le 12/05/2013 à 8:19 :
@ génération feignasse + 10000000000 et les boomers donnent des leçons d'économie en plus !!!
Réponse de le 12/05/2013 à 8:34 :
Arrêtez de me faire rire, j'ai les lèvres gercées. Les soixante-huitards sont la génération qui a le moins travaillé et cotisé pour sa retraite dans l'histoire : ils ont élu Mitterrand (retraite à 60 ans) et voté Jospin (35 heures en 1998) pour ça. On les connait, arrêtez de nous enfumer. Leurs petits apparts ? Ben voyons ! Des baraques achetées à des petits vieux pendant la période d'inflation et d'indexation des salaires = les boomers ont remboursé leurs vieux en monnaie de singe et les petits vieux ont fini dans la misère. Maintenant, les boomers veulent les refourguer X 6 à X 10 aux jeunes en leur conseillant de s'endetter sur 25 ans !!! Les boomers pillent l'économie par l'immobilier et par les pensions !!!
Réponse de le 12/05/2013 à 8:48 :
@Génération zapping depuis un iphone. Vous n'avez pas appris à mettre de la distance entre désir et satisfaction immédiate. En principe, passé son 3ème anniversaire, l'être humain intègre les vertus de la patience. En alignant la fiscalité du travail et du capital, François Hollande a donné un coup d'accélérateur à l'euthanasie des rentiers dont parle Keynes ... http://www.latribune.fr/opinions/editos/20120928trib000721933/-hollande-accelere-l-euthanasie-des-rentiers.html
Réponse de le 12/05/2013 à 9:09 :
En attendant, la génération du déni (= les boomers), est en train d'euthanasier l'économie française et de faire fuir les jeunes talents et les entrepreneurs ! Merci encore 68 !!
Réponse de le 12/05/2013 à 9:12 :
Dans pas longtemps les zappeurs qui peuvent changer de pays et aller bosser là où on exploite pas la jeunesse, s'en sortiront mieux que les boomers qui dépendent des pensions et de l'immobilier pour vivre !!!
Réponse de le 12/05/2013 à 10:09 :
Si vous avez les moyens et les talents requis pour vous épanouir, ici ou ailleurs, tant mieux pour vous. Notez que l'herbe est toujours plus verte chez les autres, jusqu'à ce qu'on découvre que c'est du gazon artificiel (Jacques Salomé). La génération qui vous suit, ne se pose pas, ou pas encore, la question dans les mêmes termes. Cette génération devra affronter d'autres défis plus redoutables, cette fois à l'échelle planétaire: la démographie, les ressources naturelles, la pollution, le climat, ... A leur tour, ils vous interpelleront. Commentaire rédigé pour le compte de la génération in utero.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:33 :
J'ai la cinquantaine et donc je fais partie de la génération des baby boomers. Contrairement à vous, je ne nie pas notre responsabilité dans le désastre français à tous les points de vue : économique, écologique, social etc. Qui a "joui sans entraves" au point de polluer les sols, les eaux et l'air ? Nous les gens du baby boom. Dans un domaine que je connais bien, la viticulture, les exploitants qui prennent leurs retraites se sont conduits de manière irresponsables : ils ont arrêté de travailler la terre dans les années 70, 80 et 90 avec la facilité des produits phytosanitaires. Ce sont leurs enfants, les jeunes vignerons trentenaires qui se remettent enfin à cultiver de manière raisonnée. Ils ont compris qu'on ne peut produire et respecter la nature sans travailler un peu plus dans les vignes. Les générations nées entre 45 et 65, les boomers, ont vécu dans la facilité hédoniste et leur déni individualiste n'en est que plus grotesque.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:24 :
@cinquantenaire 10:33 Ne présumez pas à tort que je nie nos responsabilités. J'ai approximativement le même âge que vous. Je reconnais que de nombreux jeunes ont une attitude plus responsable. Les consciences se sont éveillées. Notre responsabilité maintenant est d'aider et d'encourager ceux-là mais pas ceux qui s'inscrivent dans une surenchère hédoniste et individualiste.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:53 :
TOUT à FAIT RAISON ! + UN
a écrit le 12/05/2013 à 6:05 :
C'est implicitement un aveux... que la crise est plus grave qu'en apparence ...donc relancer une hypothétique croissance ...avec de l'argent que l'on a pas ...cela conduit obligatoirement a faire d'abord , des réformes en profondeur...par ex. réduire le coût de fonctionnement de l'état...c'est pour quand une réduction de 30 % des fonctionnaires et autres ministres improductifs financé par nos impôts ...?
Réponse de le 12/05/2013 à 7:43 :
Vous les nourrirez les 30% de fonctionnaires que vous comptez virer ? A moins que vous déclenchiez une guerre avec l'Allemagne de manière à occuper cette "ressource humaine" ? (PS : pas la peine de me traiter de communiste et de fonctionnaire, je suis juste rentierphobe)
Réponse de le 12/05/2013 à 8:00 :
en virant le trop de fonctionnaires nous baissons les impots de 10 points avec cela nous devenons compétitif et les entreprises embauchent beaucoup plus que le nombre de fonctionnaires supprimes .c'est bien les entreprises qui apportent la valeur ajoutée pas les fonctionnaires ou élus qui ne servent à rien
Réponse de le 12/05/2013 à 8:01 :
Expliquez-nous comment l'Allemagne a 3 fois moins de Ministres et 3 fois moins de fonctionnaires sans que le pays soit mal en point mais au contraire semble-t-il en bien meilleur santé économique ? On peut pas prendre exemple sur ceux qui gagnent, sur le ou les meilleurs ?
Réponse de le 12/05/2013 à 8:16 :
Vous oubliez que la fonction publique n'est pas (seulement) une machine administrative : elle opère dans des secteurs en croissance comme la sécurité, l'éducation et la santé. Donc raisonner en "baisse d'enveloppe" sans regarder les livrables est une approche du XIXème siècle. Ce qu'il faut c'est regarder le coût unitaire de ces livrables et les comparer aux autres pays de l'OCDE quelque soit le statut de l'opérateur qu'on trouve derrière : c'est là qu'on constate que les coûts de la santé et de l'éducation sont bien chers aux US en dépit d'un faible taux de prélèvements obligatoires. Cela dit, nous ne sommes pas dispensés de faire cet exercice car nous sommes bien au-dessus de la Suède sans avoir de meilleurs résultats qualitatifs. Il faut donc en fait pour bien raisonner, consacrer l'impôt à la seule redistribution et rendre les services publics payants (lorsqu'ils n'ont pas de valeur pour l'usager ils ne sont pas achetés et l'administration disparaît mécaniquement).
Réponse de le 12/05/2013 à 8:18 :
Dans le genre simplisme (vous m'avez l'air d'être fans) : baissons de 30% les retraites au delà du Smic et gelons les revalorisations de pensions pour les générations du papy boom et on a résolu le problème du financement des retraites. Chiche ?
Réponse de le 12/05/2013 à 8:43 :
Ils vont vous dire qu'ils ont cotisé et qu'ils ont "droit" à leurs pensions. Alors qu'ils n'ont rien cotisé du tout en comparaison de nous car ils cotisaient pour leurs vieux qui avaient la délicatesse d'être beaucoup moins nombreux qu'eux (classes d'âge creuses de l'entre-deux guerres) et la mentalité de ne pas se faire entretenir par leurs petits enfants et à coups de dettes...
Réponse de le 12/05/2013 à 9:52 :
Il y a trop de fonctionnaires qui ne font rien de constructif et encore pire, pondent des normes contradictoires que plus personne ne comprend. Allez François, sors ton balai de ta boîte à outil et fais ton choc de simplification: 30% en moins et ceux qui auront la chance de rester vont faire preuve d'ingéniosité pour garder leur job...comme on doit le faire nous dans le privé tous les jours. Pour les 30% de virés, pas de solution mais bon vous avez assez profité du système, et la fête ne peut pas durer éternellement. Démerdez-vous.
Réponse de le 12/05/2013 à 10:38 :
Il y a surtout trop de baby boomers égoïstes qui vont finir d'achever le pays ! Pour eux aussi la fête est finie : les jeunes ont des salaires et des statuts précaires et ils ne vont plus cotiser à hauteur des espérances. Au pire, ils quitteront le pays pour aller gagner leur vie ailleurs. Les entreprises n'embauchent plus et le chômage croit : la base taxable et "cotisable" diminue. Enfin ce ne sont pas les allemands qui vont financer leurs rentes et leurs pensions. Bref je dis aux boomers : bientôt et pour beaucoup d'entre vous pour la première fois dans votre vie, il va falloir vous démerder sans Maman Etat Providence ...
Réponse de le 12/05/2013 à 11:05 :
@@mougeon: vous avez raison! Ceux qui ont le plus bénéficié de maman Etat providence sont la plupart du temps fonctionnaires. Beaucoup ont passé une vie à ne rien faire.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:55 :
+ 1000
a écrit le 12/05/2013 à 0:48 :
L'endettement a cru de 100 % dans notre belle France en 20 ans, le chômage progressé de 3 points en zone Euro depuis sa création alors qu'il a régressé de plus de 1 chez les non adhérents ! Formidable Europe dont il reste à en tirer le constat de la casse : à qui profite le crime ? Les US ont imposé aux nations soumises l'indexation du dollar devenu étalon au détriment de l'or des nations, il fallait alors faire dépendre les états du système financier puisque seul l'intérêt payé par l'activité économique est créateur de richesse, le prêt étant quant à lui virtuel. Le commerce international s'exprime en dollars et donc la réserve US contrôle l'économie mondiale et l'ensemble des banques. Il a fallu des complices US dans les économies des états pour en commander l'endettement au détriment des monnaies nationales et créer l'Europe et son avatar la monnaie unique l'Euro, l'un et l'autre favorables au States. La dette de la zone euro devenant l'aliment du système et assurant ainsi la pérennité du dollar qui permet à l'Amérique de fabriquer les armes qui perpétueront ce système... cqfd.
De l'intérêt de TOUJOURS questionner le général avant de redescendre au particulier... Tout le reste est du blabla, de l'enfumage, Le G7, le G machin, trop d'Europe, pas assez d'Europe,.. du pain béni pour les politiciens corrompus. Il faut sortir de l'Europe, de l'Euro, de l'Otan, retrouver notre souveraineté, il y va de notre survie existentielle. Un gaulliste, un vrai, qu'il se révèle, sortant des querelles d'égo.
a écrit le 12/05/2013 à 0:17 :
Que nos chers élus commencent par donner l'exemple en supprimant pour eux-mêmes le principe inique des indemnités non-imposables. Mais quel cynisme que ces gens-là ! C'est pas croyable. On l'a bien vu avec l'aplomb dans le mensonge d'un personnage qui a fini par donner sa démission il y a peu de temps.
Réponse de le 12/05/2013 à 11:56 :
malheureusement, ça, ce n'est pas d'actualité, ni aujourd'hui, ni demain !!
a écrit le 11/05/2013 à 23:42 :
La consolidation budgétaire c'est simplement des réformes structurelles = moins de fonctionnaires, moins d'élus ( plus de 600 000 pour rappel). Malheureusement nos politiciens de droite comme de gauche ne font que du clientélisme et protégé leurs amis.
a écrit le 11/05/2013 à 22:04 :
Le père de cette idée n est pas Hollande mais Monti, Osborne ne compte pas c'est Merkel qui est visée, si elle ne fait pas un pas non seulement elle sera isolée mais en plus la Germanophobie va s accentuée, en quatre mois les élections peuvent encore de perdre. Peut être que le G7!a enfin compris que l Austérité déstabilisé les pays et la population tombe sens les bras des extrêmes.
a écrit le 11/05/2013 à 21:07 :
c'était bien le G8 avant...qui manque?.....;
Réponse de le 11/05/2013 à 22:36 :
Depuis 1998, le G7 est devenu le G8 en intégrant la Russie. Il comprend aussi les USA, le Japon, l'Allemagne, la France, le RU, l'Italie et le Canada. Si le G8 été constitué aujourd'hui avec les 8 premières puissances économiques, il faudrait rajouter la Chine et le brésil et enlever la Russie et le Canada.
a écrit le 11/05/2013 à 20:28 :
Le Président de la République française triomphe. La synthèse s'impose comme méthode de gouvernance mondiale. François Hollande est imperare orbi universo.
a écrit le 11/05/2013 à 17:44 :
"Soutien à la croissance et rigueur budgétaire" c'est du pur jus d'Hollande....!!
Réponse de le 11/05/2013 à 18:22 :
Autrement dit, la même potion qu'aux USA est confirmée pour l'Europe. Finalement, Hollande était dans le "vrai" (selon la vérité américaine) et c'est Merkel, qui va manger son chapeau. La pauvre, elle est prise entre l'enclume et le marteau mais finaude comme elle, je ne me fais pas de souci pour elle, elle devrait rester à sa place jusqu'à ce que ça bouge en Allemagne et pour ça, ça va bouger !
a écrit le 11/05/2013 à 17:41 :
Derrière le G7, ce sont les USA qui imposent leur politique de planche à billets et inondent le marché de liquidités. Mais il semble que cet argent est dirigé vers les grandes banques américaines qui avec la complicité des hedge funds détiennent une sorte de monopole boursier et ce sont eux qui sont en train de constituer une énorme bulle boursière qui finira bien par éclater comme cela a été le cas pour toutes les bulles.
Les dindons de la farce ce sont les épargnants les pays vendeurs de ressources énergétiques et alimentaires .
Seule Mme Merkel semble vouloir résister à cette tentation de l'argent facile et trompeur car il ne peut y avoir de réelle relance économique basé sur du vent.
Il faut au contraire une politique de rigueur et de gestion honnête de l'argent public.
Il semble que cette politique soit bien plus dommageable pour nos pays ( sauf peut etre les USA, le Japon et la GB) que les fuites de capitaux ou fraude fiscale en termes de volume d'argent détourné. On s'en rendra compte dans quelques années et peut etre bien plus tôt que prévu.
Il faut donc arrêter d'urgence les USA dans leur comportement dangereux et les européens doivent s'unir pour cela avec les BRICS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :