Pour Barack Obama, le marché immobilier repart... grâce à ses mesures

Dans son allocution hebdomadaire à la nation, le président américain a appelé le Congrès à approuver la nomination d'un nouveau responsable pour l'agence qui supervise les établissements de prêts.

2 mn

Barack Obama, le 3 mai 2013. Copyright Reuters
Barack Obama, le 3 mai 2013. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Sept ans après l'éclatement de la bulle immobilière, "qui a provoqué la pire crise économique depuis la Dépression et a coûté leur emploi et leur maison à des millions d'Américains, le marché immobilier est en train de guérir", s'est félicité Barack Obama dans son allocution hebdomadaire à la nation, diffusée sur la radio et internet. "Les ventes sont en hausse. Les expropriations baissent. Les constructions s'amplifient" et les prix montent doucement, a-t-il poursuivi.

Si un tel résultat est possible aujourd?hui, c?est aussi parce qu?"aider les propriétaires responsables et éviter les imprudences qui ont provoqué la crise, a été ma priorité", a-t-il affirmé. Selon Barack Obama, les mesures lancées par son administration ont aidé plus de deux millions de personnes à refinancer leurs emprunts, économisant une moyenne de 3.000 dollars par an.

De même, une nouvelle agence créée pour aider les consommateurs "met en place des protections, comme par exemple une façon plus simple d'accéder aux emprunts, qui aideront les familles qui travaillent dur, à ne pas être escroquées", a-t-il dit.

?Encore du travail?

Le président a reconnu qu'il y avait "encore du travail", qu'il fallait encore plus aider les "propriétaires responsables" qui, pour diverses raisons, ne peuvent refinancer leur prêt et les familles "qui ont fait ce qu'il fallait faire mais doivent pourtant rembourser plus que la valeur de leur maison". L'économie américaine et "le marché immobilier progressent mais nous pouvons faire beaucoup mieux si nous travaillons ensemble", a-t-il ajouté, en pressant le Congrès d'approuver des exonérations d'impôts pour les propriétaires.

La président américain a également lancé un appel aux élus pour qu'ils approuvent son choix du représentant de Caroline du nord (sud-est) Mel Watt pour prendre la tête de l'agence fédérale qui supervisera les grands établissements de prêts.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 16/05/2013 à 23:06
Signaler
Hahahahahahahaha! On est le 16 et devinez les chiffres US du jour concernant l'immobilier? Mais bon, c'est Obama, donc aucun journaliste ne va revenir sur ce qu'il a dit moins d'une semaine avant et avec quel aplomb!

à écrit le 12/05/2013 à 17:15
Signaler
Le marché de l'immobilier US reprend des couleur car la FED pond 80 milliards par mois, qui font monter tous les actifs tangibles : actions, immobilier, etc... Reste à voir se que ça va donner quand la perfusion sera retirée. La dernière fois que la ...

à écrit le 12/05/2013 à 12:38
Signaler
cé plu obama ki fo l'apeulé mais hosanna

le 12/05/2013 à 17:26
Signaler
pas de critique, il est trop mignon!

à écrit le 12/05/2013 à 12:34
Signaler
Comme d'habitude?.. Obama et les démocrates (ou démons) libéraux US s'approprient une relative réussite dans la restructuration de l'immobilier aux USA, alors qu'elle est essentiellement due a la résilience des institutions financieres. Ces crypt...

le 12/05/2013 à 14:24
Signaler
Aux USA, plus que partout ailleurs, le pouvoir est intrinsèquement lié aux puissances de l'argent, il n'y a donc rien d'étonnant à cela.

à écrit le 12/05/2013 à 11:17
Signaler
Mon Dieu mais quel clown.

à écrit le 12/05/2013 à 10:29
Signaler
En politique ce qui va bien est de la responsabilité des dirigeants, et pour le reste il existe des boucs émissaires( la crise, sarko, angela,...)

le 12/05/2013 à 12:34
Signaler
Et Hollande , les socialo-collectivistes, les syndicats, les fonctionnaires, les salariés fainéants , bref chacun ses boucs émissaires.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.