Internet : surf (presque) à volonté pour les Cubains

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement cubain a investi 70 millions d'euros pour améliorer le débit internet sur l'île. La connexion devrait toutefois coûter relativement cher et restera sous surveillance...

Il y a quelques mois, la Corée du Nord faisait un premier geste symbolique en ouvrant internet aux appareils connectés, y compris à ceux qui appartiennent aux étrangers. Cette fois, c'est au tour de Cuba de desserrer l'étau sur ce nouveau média.

Depuis mardi, les Cubains ont le droit de fréquenter des cybercafés. L'île devrait compter à terme 118 "salles de navigation". Une véritable révolution dans ce pays où internet est strictement limité à un usage universitaire ou administratif. Moins de 3% de la population cubaine est connectée. Et encore. Les blogs dissidents, la presse étrangère ou les réseaux sociaux y étaient strictement prohibés. Enfin, la connexion était de mauvaise qualité et coûteuse. Il faut dire que le réseau internet était alimenté par satellite, ou alors avec un débit très limité.

Un câble fibre optique de 1.600 km

Le gouvernement cubain a investi 70 millions d'euros dans un câble de fibre optique sous-marin reliant l'île au Venezuela, soit près de 1.600 km. Désormais, les Cubains pourront librement consulter la presse étrangère ouvrir des comptes Facebook ou Twitter, ou encore lire des journaux en ligne dissidents.

Mais, la connexion devrait rester relativement chère. Avec un salaire moyen de 20 dollars par mois, peu de Cubains pourront s'offrir une connexion à 4,5 dollars de l'heure. Par ailleurs, les internautes doivent décliner leur identité dans les cybercafés. Mais pour Yaoni Sanchez, la fameuse blogueuse cubaine guère connue dans son pays, a déclaré: " en dépit du prix et de la formalité du contrat, il faut occuper ces petits espaces de liberté".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :