La Fed ne ménage pas les marchés

 |   |  564  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Ben Bernanke a confirmé et précisé son cap : il veut sortir du Quantitative Easing d'ici la mi-2014 et compte sur une accélération de la croissance l'an prochain. De quoi bousculer les marchés.

 Ben Bernanke persiste et signe. Le président de la Réserve fédérale américaine n'a pas réellement voulu ménagé les investisseurs. Ces derniers attendaient pourtant fébrilement ses propos à l'issue des deux jours de réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Depuis le 22 mai, et l'annonce par ce même Ben Bernanke d'une possible réduction des injections de liquidité, actuellement à 85 milliards de dollars par mois, les marchés ont montré des signes d'anxiété. Mais le président de la Fed ne semble désormais n'avoir qu'un objectif : réussir à faire sortir la banque centrale américaine du Quantitative Easing, cette stratégie basée sur l'abondance de liquidités, avant lui-même de quitter la scène. Il a donc tenu le cap de sa stratégie de préparation des marchés à la fin de l'argent facile.


Fin du QE à la mi-2014


Il s'est même voulu plus précis : si la reprise se confirme à la fin de l'année sans envolée inflationniste - scénario qui semble désormais privilégié par la Fed - alors le rythme des injections de liquidités pourrait être réduit. Pour se terminer dès la mi 2014. Mieux même : selon les projections de la Fed, le taux de chômage pourrait reculer plus rapidement que prévu outre-Atlantique. A la fin 2014, il pourrait atteindre les 6,5 % de la population active, un niveau qui sonnerait le signal d'une remontée du taux directeur, actuellement toujours à son niveau plancher de fin 2008 d'une fourchette comprise entre 0 % et 0,25 %. Autrement dit, Ben Bernanke a confirmé que les taux pourraient remonter en 2015, comme s'y attendent la plupart des économistes.


Hausse des taux en 2015 ?


Le travail de préparation des marchés se poursuit donc. Ben Bernanke a désormais les yeux braqués sur la croissance. Les projections de la Fed pour 2014 dénotent la possibilité d'une vraie accélération du PIB américain. Il pourrait progresser l'an prochain de 3 % à 3,5 %, contre 2,8 % attendu jusqu'ici par la Fed. Il est donc temps pour lui de faire machine arrière et de commencer à réduire sinon la taille de son bilan, du moins le rythme de la croissance de celui-ci. Le président de la Fed n'ignore pas que l'on a accusé son prédécesseur Alan Greenspan d'avoir trop longtemps maintenu une politique très accommodante après l'explosion de la bulle Internet en 2000-2001 et d'avoir ainsi encouragé le développement d'autres bulles - notamment immobilières - qui ont donné naissance à la crise de 2007-2008.


Risques


Evidemment, Ben Bernanke a pris un risque : celui de parier sur une adaptation progressive des marchés à l'idée qu'ils devront bientôt se passer de liquidités faciles. Alors même que la reprise est - pour le moment - des plus fragiles. Il a cependant voulu ignorer la menace d'un « krach obligataire » semblable à celui de 1994 qui est évoqué par certains. Reste que les marchés ont assez mal réagi à ces propos. Le Dow Jones a perdu 1,35 % tandis que le 10 ans américain voyait son rendement progresser de 0,13 points de pourcentage à 2,308 %. Il faudra désormais observer si les marchés finissent par se calmer comme l'escompte sans doute Ben Bernanke ou s'ils sont pris de panique. Dans ce cas, un changement de stratégie risque de s'imposer à la Fed.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2013 à 11:40 :
Bernanke ou son successeur ne s'arrêtera pas de jouer avec son imprimerie faute de quoi c'est toute la pyramide qui s'écroulera et bien plus vite que les twin towers de NY.

Réponse de le 20/06/2013 à 12:45 :
En effet, à la mi-2014 l'économie américaine ne se sera pas améliorée et donc il sera obligé de continuer à imprimer de l'argent. C'est uniquement de la communication pour ceux qui croient encore les balivernes des politiques (que la crise est derrière nous) pour repousser toujours les problèmes et surtout pour essayer de calmer les chinois qui eux ne se font pas enfumer par les prestidigitations de Ben.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:46 :
C'est clair que la pseudo croissance du PIB des USA va avoir lieu, mais de manière complétement abstraite puisqu'elle ne correspondra qu'à une augmentation de la masse monétaire, et donc de la supposée richesse du pays, elle même évaluée en dollars. En d'autres termes, les chiffres données par les économistes et les politiques correspondent de moins en moins à la réalité économiques,
a écrit le 20/06/2013 à 11:26 :
J'aime bien l'analyse de PIEGEACONS, et il faut dire que Obama et Merkel ne sont que les sbires des intérêts économiques et financiers de leurs pays respectifs, Deux pays à tendance impérialiste, impérialisme qui s'exerce aujourd'hui principalement à travers la puissance des firmes (dont les banques). Tant que l'on a pas compris ça, on continue de se faire b...comme des c.... Ensuite, j'ai dit que je ne voyais pas comme le prétendaient tous les charlatans à deux balles dans de nombreux journaux ou magazines, le CAC à 4000 points, certes on les a touché mais ceci est une hérésie et ça n'a pas durer longtemps, ceci valait tant que les marchés croyaient (anticipaient) que l'assouplissement de la politique monétaire des banques centrales durerait éternellement, ceci prouve que les opérateurs de marché et les pseudo spécialistes et enfonceurs de portes ouvertes, sont des incapables. Le CAC va revenir probabablement vers les 3500 points pendant l'été après on risque de retomber à 3000 avec le retournement des marchés US qui sont très très hauts.
Réponse de le 20/06/2013 à 16:39 :
Et quand on va acheter à 3000, dans 5-6 ans on prendra nos bénefs et les gueulantes du patron auront moins d'impact sur ma santé :) La bourse, on gagne toujours.
a écrit le 20/06/2013 à 10:53 :
Les marchés financiers étant décorrélés de l'économie réelle,il n'y a pas de soucis mon petit Ben,ferme le robico sinon t'es mort ( économiquement s'entend,quoi que tes camarades vont pas apprécier le gag ça c'est sur).
Réponse de le 20/06/2013 à 11:09 :
Erreur Kirk, pas de déconnexion à moyen terme, encore moins à long terme ! C'est là le vrai problème...
a écrit le 20/06/2013 à 10:12 :
On se croirait en France, avec Moi Président : « ne faisons rien, tout va repartir l?année prochaine » ; par l?opération du Saint Esprit ?
Réponse de le 20/06/2013 à 10:31 :
Je rejoins votre propos totalement. Ces prévisions de croissance ne valent pas un pet de lapin et on se demande vraiment pourquoi la croissance repartirait comme ça en claquant des doigts. Quant au taux de chômage, c'est une vaste fumisterie, ce qui compte c'est le taux d'emploi, et aux Etats-Unis, il n'a jamais été aussi bas.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:51 :
Je ne suis pas du tout pro hollande, mais je crois me rappeler que Sarko disait avant son élection qu'il allait "arracher la croissance avec les dents" et qu'il allait financer ses réformes, dont la baisse des impôts, grâce à cette croissance provenant de son action masticatoire. Il est vrai que Hollande est encore plus drôle lorsqu'il prophétise le retour de la croissance car "il ne s'agit que de cycles" et qu'"il faut rester optimiste sinon plus rien ne va plus".
a écrit le 20/06/2013 à 9:47 :
Je fais partie des commentateurs qui ont fortement mis la pression concernant la folie de la politique monétaire US et ses effets collatéraux sur les parités de change, politique dont Bernanke est l'inspirateur et le finalement le premier responsable, le deuxième étant Obama, lui même, puisque celui ci l'a maintenu dans ses fonctions et que Bernanke le lui a bien rendu. On dirait donc que l'action de ces commentateurs et lobbyistes chevronnés porteses fruits. Ne vous y trompez pas ce ne sont pas les allemands à commencer par Merkel (sauf peut être Weidmann le patron de la Buba celui qui joue la vertu) qui sont à l'origine de cette évolution, les allemands ce qui les arrange c'est de massacrer tous leurs concurrents européens dans les secteurs de leurs industries phares à commencer par l'automobile mais pas seulement, grâce à un euro "fort" "débilement" fort, mais qui sert leurs intérêts et business model puisqu'il est destructeur.
Réponse de le 20/06/2013 à 10:15 :
Il faut reconnaitre que, pour ce qui est de la voiture, la vignette écolo bonus-malus lancée par Borloo et aggravée par ce gouvernement a ravagé ce qui restait de moyen et haut de gamme français, sans l?intervention des Allemands.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :