Pour Barack Obama, Ben Bernanke est "resté plus longtemps" que prévu à la tête de la Fed

 |   |  274  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Les propos du président américain ont relancé les rumeurs d'un départ anticipé du patron de la Réserve fédérale américaine dont le mandat s'achève en janvier 2014. Barack Obama aurait déjà envisagé des noms pour le remplacer.

"Ben Bernanke a fait un travail extraordinaire?", a déclaré Barack Obama lundi à la télévision américaine. Il n'en fallait pas plus pour relancer les rumeurs d'un départ anticipé du patron de la Réserve fédérale américaine. Président de la Fed depuis 2006, Ben Bernanke voit son mandat s'achever en janvier 2014? Et il y a peu de chances pour qu'il puisse espérer un troisième mandat. "Il est déjà resté en place plus longtemps qu'il le souhaitait ou qu'il était supposé rester", a répondu le président américain à ce sujet. Par ailleurs, Ben Bernanke avait annoncé, il y a quelques semaines, qu'il ne participerait pas au symposium de Jackson Hole, le rendez-vous annuel des banquiers centraux de la planète qui se tient en août.

Les favoris sont déjà connus

Barack Obama aurait donc envisagé quelques noms pour la succession de Ben Bernanke à la tête de la puissante banque centrale américaine. Il ainsi pensé à Janet Yellen, actuelle vice-présidente de la Fed. Il a également songé à Lawrence Summers, son ancien conseiller, ou encore à Timothy Geithner, ancien secrétaire du Trésor.

Ces rumeurs arrivent au moment où la Réserve fédérale se prépare à réduire progressivement sa politique monétaire accomodante qui a permis, jusque-là, de soutenir l'activité économique américaine alors que sévissait une grave crise économique et financière. Cette politique fait l'objet, depuis plusieurs mois, de divergences au sein du conseil de politique monétaire de la Fed.

Pour aller plus loin:

>> Fed : les raisons d'une politique qui touche à sa fin

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 18:04 :
La vision des Américains est toujours la plus perçante. La tradition du Père Noël est venu d'Europe du Nord. Mais ce sont les américains qui l'ont «commercialisé» vers 1885, vêtu d'un habit rouge. Pour attirer des petits enfants. En habillant le père noël en rouge, par cette couleur, on y «visionna» un nouveau commerce. Trois ans après, on a découvert cette surprises, ils ont remis cette couleur dans le logo de coca cola vers 1886. c'est ça la performance des américains. En Amérique, nous avons facilement trouvé le successeur de Ben Shalom Bernank qui à été nommé par l'ancien président Georges W. Bush le 24 octobre 2005, ou il prit en main sa fonction de président de la réserve fédérale des états-unis depuis février 2006. J'insiste pour dire que tout est possible aux États-Unis, ce qui ne serait pas faisable dans un autre pays. Chaque fois que l'on change de système politique, on a aussi un changement de personnages siégeant à l'administration (France), ce n'est pas comme aux États-Unis, ou un homme d'un parti a choisi de garder un homme qui est d'un parti très différent. Comme on a vu l'an dernier que la politique s'est transformé du UMP ou PS. Mais en Amérique personne n'a changé MR. Bernank. Un MR qui a été nommé en novembre 2011, en anglais : « World's Most Powerful People » et qui a aussi reçu le prix Nobel économique territorial du marché du travail. Il a toujours été et sera encore dans l'administration de Barack Obama, en tout cas jusqu'à 2014. Or, il était du parti Républicain, celui de Bush, alors que Barack Obama est un démocrate. Son successeur, parallèlement, c'est bien MME . Janet Yellen, actuelle vice-présidente de la FED, qui n'est pas très mal. Politiquement aussi elle est bien placée, étant du parti démocratique et qui occupe son poste depuis longtemps et qui a prêté serment en octobre 2010 en présence de Bernank, ayant aussi pas mal d'experience de juin 2004 jusqu'en 2010, elle a été présidente et chief executive officer de la federal reserve of san fransisco et elle avait aussi le pouvoir de voter à la federal open market committee en 2009. elle était aussi la chairperson of the Council of economic advisors de 1997 à 1999. Donc je sais que MME. est plus favorable à la succession de Bernank, come l'a pensé premièrement MR le Président des Etats-Unis, MR Barack Obama. Ensuite, il a aussi proposé MR. Lawrence summers qui a choisi d'être le successeur d'un membre de ce poste depuis l'âge de 16 ans. Car lorsqu?il était entré au Massachusetts institute of technology pour étudier la physique, par l?intermédiaire de Dieu, il changea soudainement d'avis, pour vouloir devenir un économiste. Il avait largement l?expérience requis et est politiquement connu par l'Afrique et l'Asie. Il a aussi déclaré être un homme disant crûment ce qu'il pense, sans rien cacher, genre : l'air d'Afrique est très mauvais par rapport à Los Angeles ou Mexico. Il a aussi dit que pour les enfants d'Asie, il les invitait à travailler dans des usines de textile, déclarent que c'était mieux pour eux plutôt que de travailler dans des quartiers sales et malodorants. Summers a aussi fait partie de l'équipe du Conseil de conseillers économiques du président Ronald Reagan de 1982 à 1983. De 1991 à 1993, Summers devient Chef économiste de la Banque mondiale, puis il est nommé sous-secrétaire pour les Affaires internationales du département du Trésor. A la fin de l'administration Clinton en janvier 2001, il quitte le Trésor. En 2006, il fait partie du petit groupe de personnalités de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. Membre de l'équipe de transition du président-élu Barack Obama,en 2009 il devient chef du Conseil économique national. Il a annoncé mettre fin à sa fonction suite à une opposition à la politique économique menée par Barack Obama le 21 septembre 2010. Il y a bien sûr encore beaucoup d'autres choses... Sa position non plus n'est pas mauvaise. Timothy Geithner est du parti politique Indépendant, lui aussi ayant beaucoup d'expérience. Lors des études en Thaïlande, à l'International School of Bangkok, il a observé la politique d'Asie. Il a également étudié à Dartmouth College ou il obtient un Bachelor of Arts en gouvernance et études asiatiques en 1983. il eut une bonne expérience en politique internatioanl en travaillent pour Kissinger Association, le cabinet de l'ancien secrétaire henry kissinger, qui était très connu politiquement dans le monde entier. Il a aussi joué un rôle très important dans l'économie asiatique en 1998. il a aussi travaillé avec l'administration Clinton, et avec MR. Bernank, en la période de la crise financière en 2008. c'est un beau collaborateur. Maintenant reste le choix du peuple Américain.
a écrit le 19/06/2013 à 17:24 :
Mon opinion est qu' Obama ne va pas accélérer le départ de Bernanke car sa prise de position reviendrait à mouiller les démocrates encore plus en marquant leur incapacité à régler la crise, ce qu'ils avaient promis. Ensuite je crois que sera nommé à terme un "politique" plus qu'un banquier, Geithner aurait plus de chance ou bien un profil de ce type. Les taux ont intérêt à rester bas, encore moins que le seuil courrant actuel. En effet l'économie américaine est en situation régressive importante. Les entreprises qui rencontrent un véritable tourbillon de fusions et acquisitions actuellement ont été empillées en multiples super doublons ou segmentations qui commencent à peine à se comprimer. Ce phénomène produit une situation dégressive importante qui éloigne durablement l'inflation, hors certains secteurs limités. L'amérique se tasse et devra stopper l'immigration de gré ou de force pour éviter de couler totalement. La politique de Bernanke ne pourra qu'être reconduite ou infléchie avec la plus infime précaution sur un temps long. Obama tente alors de trouver une tête de Turc mais le Turc.... c'est lui.
a écrit le 19/06/2013 à 14:12 :
Janet Yellen colle parfaitement au poste, il suffit d'aller regarder ce qu'elle a pondu comme papiers, lisez simplement les titres:
"Trends in Income Inequality and Policy Responses" et
"The Inequality Paradox: Growth of Income Disparity".
a écrit le 19/06/2013 à 11:12 :
Il a fait tomber les taux à 0%, et imprimé environ 3000 milliards de dollars, pour aider les banques (à l'origine de la crise) : dont 1500 milliards de rachats de crédits immobiliers pourris détenus par les banques : un gigantesque cadeau, au détriment, bien-sûr, de la population. Alors, bon débarras. Enfin.
Réponse de le 19/06/2013 à 13:14 :
Tout à fait. B. Bernancke aura passé son temps à imprimer des billets de monopoly dans les caves de la FED. Il a simplement augmenté la dette des USA déjà abyssale..?! Dès lors, aucune richesse tangible n'a été créée. Seule la bourse des USA a monté artificiellement et l'économie réelle n'en a évidemment pas profité. Son bilan est désastreux et le dollar perd de sa valeur tous les jours.De ce fait, l'explosion du système financier mondial finira par se produire. Ce n'est qu'une question de temps...!
Réponse de le 19/06/2013 à 14:18 :
Son successeur, je pense à Janet Yellen; aurait comme politique à priori de laisser les taux bas même en cas de décollage de l'inflation ( le retour de bâton de tous les QE précédents), on voyait déjà cette stratégie sous Berni( refus de publier le M3, modifications de calcul de l'inflation presque chaque année pour le minimiser), mais là cela se fera encore pire on peut penser à une inflation qui ressortirait à 6 ou 8%/an avec des taux restant sous les 2%, c'est inquiétant car on pourrait avoir ensuite la même politique qu'au début des années 80, celle de taux très haut pour tuer l'inflation, mais ce serait déjà anticiper la politique du successeur du successeur.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:20 :
Toute la finance est une question de temps. Sa base, l'intérêt, est proportionnelle au temps. La politique du FED bénéficie aussi au CAC40. Les récentes déclaration de Bernanke qui voulait mettre fin au QE a fait instantanément décroché tous les marchés du monde. Le FED serait-il sensible au pressions politiques? C'est vraiment le monent d'affirmer son indépendance! En fait Obama ne décide rien.
Réponse de le 19/06/2013 à 17:14 :
Si les QE sont stoppés (USA, JAPON) les marchés vont décrocher puisque, dans les QE, vous n'avez que de la monnaie virtuelle qui profite artificiellement aux cours de bourse. Les entreprises ne sont pas plus riches et rentables puisque leurs cours montent tout aussi artificiellement. Les valeurs boursières actuelles des entreprises ne correspondent pas à leur valeur réelle. Comme il n'est pas possible de s"endetter éternellement sur du vent au lieu de le faire à partir de richesses créées tangibles, c'est la raison pour laquelle ,tôt ou tard, il faudra arrêter définitivement les QE et revenir au bon sens avec toutes les conséquences.....!! et arrêter de croire que 1+1 = 100 ou 1000 ....!
a écrit le 19/06/2013 à 9:07 :
Sur le papier, la masse monétaire américaine est énorme. Elle a plus que doublé en 5 ans. Il est temps de constater les pertes des banques et de réduire leurs bilans. Ce qui générera moins de frais bancaires et commissions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :