Oran voudrait devenir la Barcelone du Maghreb

 |   |  731  mots
Inauguré le 1ermai dernier, le tramway, ici devant l'Opéra, est un des nouveaux équipements appréciés de citadins d'Oran, deuxième ville d'Algérie / DR
Inauguré le 1ermai dernier, le tramway, ici devant l'Opéra, est un des nouveaux équipements appréciés de citadins d'Oran, deuxième ville d'Algérie / DR
Grâce à l'argent du pétrole, le gouvernement algérien veut faire d'Oran la capitale économique du pays. Il dépense sans compter pour permettre à la ville de rivaliser avec les grandes métropoles de la rive nord de la Méditerranée. Les entreprises françaises sont très présentes dans la réalisation des nouveaux équipements.

Nous possédons l'image. L'imagination vient des spectres. L'imagination est le propre des gens du Nord. L'image est le propre du Méditerranéen. Oreste sait où il va, tandis que Hamlet erre parmi les doutes », a dit un jour le grand architecte catalan Antoni Gaudí. Et à Oran, on sait justement où on veut aller : Oran veut ressembler à Barcelone. Depuis 2000, le gouvernement algérien, issu en majorité de l'Ouest, a décidé d'y investir massivement pour développer et moderniser les transports publics, les infrastructures routières, les logements, le réseau d'alimentation en eau potable et l'hôtellerie haut de gamme. Objectif : rivaliser avec les grandes métropoles de la rive nord méditerranéenne.

Treize ans plus tard, la capitale économique du pays commence à changer de visage, et le cadre de vie est devenu agréable. Ainsi, le 1er mai dernier, la première ligne de son tramway (18,7 km, 32 stations) a été mise en service. Dotée de rames Citadis du français Alstom, cettelignepermet aujourd'hui aux Oranais de se déplacer plus facilement du centre-ville historique vers les quartiers de l'est de la ville où de nombreuses cités-dortoirs ont été bâties ces dernières années. Le tramway d'Oran a été réalisé par le groupement Tamnor, constitué des sociétés espagnoles CorsanCorviam Construcción (chef de file) et Isolux Ingenieria et des filiales, espagnole et algérienne, du groupe Alstom pour plus de 340 millions d'euros.

En projet, un TGV et un quatrième périphérique

Au moment où une extension de ce tramway est à l'étude, Oran s'apprête à lancer sa première ligne de métro. Les travaux devraient être lancés en 2014 pour un coût prévu de 1,4 milliard d'euros, selon le directeur des transports de la wilaya (préfecture) d'Oran, Khaled Talha. La ligne de métro devrait traverser Oran d'est en ouest sur une distance approximative de 16 km avec des points de connexion avec le tramway.

Oran est reliée à l'autoroute Est-Ouest (lire encadré) par une bretelle de 80 km, tandis qu'une ligne ferroviaire à grande vitesse est envisagée pour la relier à Alger. Un troisième périphérique a été construit et un quatrième est en projet pour fluidifier la circulation automobile et permettre la création de nouveaux quartiers autour du centre-ville historique.

La ville est un chantier permanent

Outre les investissements massifs dans les infrastructures de c ommu n i catio n, la v ill e a dépensé des centaines de millions d'euros pour améliorer la distribution de l'eau potable. Des stations de dessalement de l'eau de mer ont été créées, des barrages bâtis et le réseau d'alimentation en eau potable a été agrandi. À la fin des années 1990, l'eau qui coulait dans les robinets oranais était saumâtre et sévèrement rationnée. Depuis 2011, elle est potable et coule 24 heures sur 24. Son réseau de distribution a été entièrement refait par le français Saur (groupe Bouygues) et il est géré depuis 2008 par la société espagnole Agbar, une filiale du groupe Suez.

Côté construction, Oran est un véritable chantier. À l'est, des dizaines de milliers de logements ont été construits par l'État et cédés à des prix dérisoires. Le gouvernement a décidé de dépenser près de 1 milliard d'euros pour mettre en chantier des milliers de logements avant 2014. Une opération de réhabilitation de 600 immeubles du centre-ville, construits par les anciens colons français, est en cours. Toujours à l'est de la ville, un stade de football moderne d'une capacité de 40"000 places et une nouvelle université sont en train de sortir de terre. Un centre de conférences et des tours de haut standing ont été construits sur le front de mer, et des hôtels de chaînes internationales (Sheraton, Ibis, Méridien) y sont déjà implantés.

Tout en développant ses infrastructures, Oran, qui dispose du plus grand port d'hydrocarbures d'Algérie, attire aussi des investisseurs locaux et étrangers. Le groupe Renault l'a choisi pour implanter son usine algérienne de fabrication de voitures, avec une capacité de 25"000 unités par an, dans un premier temps. Le gouvernement incite - et parfois oblige - les entreprises algériennes et étrangères à investir à Oran, qui a l'avantage de disposer de terrains industriels, contrairement à Alger, saturée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2013 à 21:37 :
Dixit , le parlement US , le secretaire d etat dedie aux affaires nord americaine , dans un rapport economique , il est dit que l algerie est parmis les pays avec le gros potentiel economique mondiale, un tx de croissance de 10 pour cent par an est la portee de l algerie ... rebrab le dit haut et fort ...un entrepreneur dans le chiffre d affaire avoisine les 4 millards de dollar en 2013 ...mais a condition de reformer des secteurs de notre economie et vaincre la corruption ...
a écrit le 25/08/2013 à 17:19 :
Ces dernières années je me suis souvent rendu à Oran et je peux témoigner de la transformation de la ville. Cette ville qui était dans les années 90 en état de ruine ( guerre civile, situation économique du pays catastrophique etc...), est en pleine mutation. La ville est un chantier à ciel ouvert du fait de l'incroyable boom économique du pays. On peut réellement parler d'un pays émergent et plus d'un pays du tiers monde. De nombreux français d'origine algérienne vont tenter leur chance dans ce nouvel eldorado. Bonne chance à eux car la ville deviendra a cou sur, dans moins de dix ans, la nouvelle métropole économique du Maghreb.
a écrit le 23/08/2013 à 13:09 :
Le "colonisé" Senghor aurait dit : "L'émotion est nègre et la pensée est hellène" ...
Voilà ce que pensent non "dirigeants" très "modernistes" , eux...
C'est bien de vouloir rivaliser avec les métropoles occidentales , mais avant d'en arriver là il faudrait peut-être dresser un bilan de santé de toutes les sociétés "en voie de développement"...
a écrit le 06/08/2013 à 20:49 :
Pfff mes pauvres algériens faudrait déjà rivaliser avec rabat puis pk pas casa meme si la bas aussi ca evolue beaucoup mais la barcelone olala mdr. Mais bon si ça vous rend heureux... PS: barcelone c'est pas fantastique nn plus
Réponse de le 26/08/2013 à 14:28 :
Je pense pas qu'on puisse comparer l'Algérie avec des pays comme le Maroc entre autre. J'en reviens pas de voir les gens comparer les pays du Maghreb entre eux :-) c'est ne rien comprendre à l'économie. L'Algérie est un pays émergeant n'en déplaise aux haineux de toute part et ceux-là même qui dénigrent le pays viendront en rampant profiter d'opportunité s'ils en ont l'occasion.
a écrit le 05/08/2013 à 17:38 :
et Tizi Ouzou va devenir Zürich ...
Réponse de le 26/08/2013 à 14:19 :
pourquoi pas...... on nous fait bien croire que le premier homme sur terre était berbère :-)
a écrit le 05/08/2013 à 16:54 :
J'adore comment avec un petit titre par ci, une petite saillie par là on nous pousse tout doucement à trouver naturel que le Maghreb soit européen. Vous avez dit agent d'influence?
a écrit le 05/08/2013 à 14:35 :
Je vis à Oran, et ça fait 2 ans que je cherche à quitter l'Algérie !!!
Réponse de le 05/08/2013 à 18:52 :
pour aller ou ? la france est saturee je vous conseille le quatar .
Réponse de le 06/08/2013 à 1:29 :
J'ai tenté l'Allemagne mais j'ai pas eu mon visa !
Je tente l'Angleterre, l'Australie et je vais tenter les USA via la DV-2015...
Réponse de le 23/08/2013 à 12:12 :
@BARMAN
euh ... QATAR
a écrit le 05/08/2013 à 12:57 :
Toujours une gestion bureaucratique, des milliards dépensés mais aucune création de richesse n'est envisagé. Au lieux de construire des industries, des entreprises, d'aider la création de richesse, de soutenir les entrepreneurs, d'attirer les investisseurs et les nouvelles technologies, on investit dans les logement inaccessibles au citoyen simple, des stèles fantaisiste à la mémoire de je ne sais qui, des refontes de trottoirs et de routes trois fois par an, arroser tous les acteurs logistiques de la réélection de sa "fakhamatouhou", grandeur en Français. La majorités des ministres de bouteflika sont de l'Oranie, voir à 90% de sa région, dans l'Oranie, alors ce choix se base-t-il sur des critères techniques ou des critères clanique ? Il est temps que le régime Algérien change de décideurs, car, les anciens n'ont ni formation supérieure, ni un niveau intellectuel élevé, juste une légitimité historique qu'il se sont auto proclamée, nourri de socialisme et communisme vecteur des révolutions dans les pays colonisés . Il est temps que la nouvelle génération prenne le pouvoir, j'espère celle instruite et éduquée, intellectuelle, et qui ne fait pas dans le dirigisme étatique et la division régionale.
Réponse de le 05/08/2013 à 13:49 :
Oui mais le logement qu'on ne construit pas sera encore moins accessible au citoyen moyen...
a écrit le 05/08/2013 à 12:33 :
Avec le pétrole, l'Algérie peut se développer et offrir un avenir à ses nombreux jeunes, qui n'auront donc plus besoin de vivre en France et pourront repartir construire un avenir radieux au Maghreb.
a écrit le 05/08/2013 à 12:07 :
Effectivement, lors de notre arrivée, nous avons été subjuguer par le nombre impressionnant de grues.
La demande est telle que les fournisseurs du BTP et les industriels locaux sont constamment en rupture de stock.
Une sorte de Dubaï bis avec une touche méditerranéenne.
Certaines difficultés bureaucratiques ont été rencontré dans nos investissements, cependant la croissance exponentielle de la région vaut vraiment la peine d'affronter ces quelques tracasseries administratives.
a écrit le 05/08/2013 à 10:36 :
il y a encore de la route à faire avant d'envisager de rivaliser avec Barcelone.............
a écrit le 05/08/2013 à 10:23 :
"c ommu n i catio n"
gnééééééééééééé, vous touchez presque le fond, continuez comme ça !
Réponse de le 19/09/2013 à 18:05 :
c'est très bien de voir le pays en progression mais je n'aime pas voir que des cadres européens nous aussi nous avons des cadres qui sont a la hauteur sauf qu'il faut leur donner la possibilité d'investir et de semer leurs graines dans le pays comme le notre un beau pays

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :